Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Adriana Evangelizt
  • Le blog de Adriana Evangelizt
  • : La catastrophe planétaire qui s'est produite voilà 12 960 ans est en train de se reproduire mais nul n'en parle... il faut retrouver la Cosmogonie des Anciens pour Savoir.
  • Contact

L'Apocalypse est pour demain

 

 

 

 

Toutes les catastrophes dans le monde en temps réel

 

RSOE EDIS

 

Merci de soutenir ce blog...  

 

A notre époque, hélas... il est difficile pour les Chercheurs de Vérité de ne vivre que des "dons du Ciel" ils sont obligés de faire appel au Mécénat Populaire... Merci pour votre Générosité

et  votre Soutien.  

 

adrianaevangelizt@wanadoo.fr

Recherche

Blogs à suivre

BEN GARNEAU

 

HORIZON 444

 

Archives

17 juillet 2010 6 17 /07 /juillet /2010 01:57

 Je ne m'appesantirai pas sur le fameux entonnoir qui aurait été posé par les assassins de chez BP. Ce sont des assassins, des criminels et ils devaient être jugés et exécutés selon la loi des USA qui ne fait pas de quartier pour les petits mais qui garde bien au chaud les monstres pétrolifères ou ceux de l'armement. Voilà ma pensée. Déjà le fait qu'ils aient mis l'Omerta sur la presse et les témoins prouve combien ils ont la Conscience tranquille. Il faut voir aussi dans quel état se trouve la faune, la flore, l'océan, la terre, les plages, on en passe et des meilleures. Que pourra leur entonnoir contre cet écocide ? Auront-ils assez d'argent pour payer les dégats ? Et d'ailleurs l'argent pourrait-il réparer leur monstruosité, s'ils le donnaient ? Car ils ont bien l'intention de n'en distiller qu'un minimum, ces raspiats ! Ceci prouve ce qu'il en est de notre pauvre civilisation. Pognon... Petrole... Guerre... et une déliquescence généralisée de l'Humanité. Il n'y a plus de valeurs. Plus rien ! Triste constat.

 

 

 

 

BP et l’administration Obama commettent un écocide dans les îles du Golfe

 

 

 

 


 Wayne Madsen Report, 14 juillet 2010

      La Nouvelle-Orléans en Louisiane – J’ai vu des séquences vidéo montrant les effets destructeurs de la pulvérisation aérienne nocturne secrète d'agents blanchissants, effectuée par les avions BP sur la barrière d’îles à proximité de Grande île et Port Fourchon en Louisiane.


      La pulvérisation d'un composé d'acide chlorhydrique (muriatique) a été effectuée vers 2 heures 30 à 3 heures du matin (heure locale) par des avions qui volaient tout feu éteint, violant de façon flagrante les règlements de l’Administration fédérale de l'aviation et mettant en danger les autres avions présents dans le secteur. Les agents blanchissants sont destinés à donner l'impression que le pétrole a été retiré de la barrière d'îles. Seulement, tous les êtres vivants, notamment les oiseaux nicheurs, les crustacés, et la végétation, ont été détruits dans le mouvement.


      Les preuves vidéo, prises par les membres d’Humane Society Louisiana, montrent clairement les effets de la vaporisation des produits chimiques. Les oiseaux en train de nidifier, sans aucun poisson à manger dans les mers environnantes, perdent leurs œufs, les oiseaux mâles dévorant les œufs de leurs compagnes. J’ai vu des preuves vidéo de coquilles d'œufs consommés et non éclos, tous blanchis par la pulvérisation d’acides de BP.


      La Garde côtière et la Commission pour la conservation de la vie marine et sauvage, une agence du ministère de l'Intérieur, ont pleine connaissance de la substance chimique pulvérisée par BP et n'ont rien fait pour l'arrêter. L’Agence de protection de l’environnement n'a rien fait pour arrêter ce qui équivaut à un écocide conduit par BP sur la barrière d’îles vierges et sensibles au large de la côte Sud de Louisiane.


      J’ai vu des preuves vidéo de prestataires de BP et du personnel du ministère de la faune et de la pêche de Louisiane se tenant autour sans rien faire pendant que des centaines d'oiseaux, dont des pélicans, mouraient couverts de pétrole brut. Les barrages flottants mis en place par BP sont inefficaces car il y avait autant de pétrole brut flottant des deux côtés des barrages flottants, à côté des îles comme au large. Dans certains cas le pétrole brut s’est échoué et a recouvert la végétation des berges, qui servent également de lieu de nidification aux mouettes et aux pélicans.


      Sans aucun poisson pour se nourrir, les oiseaux de mer se pressaient sur la petite barrière d’îles où ils mourraient en nombre énorme. Les oiseaux volant sans but autour des petites îles étaient manifestement stressés et leur façon de voler était tout à fait inhabituelle. Les vidéos d’oiseaux morts ont été prises il y a un mois. Il est désormais rare de voir des oiseaux dans certaines parties de la côte de Louisiane, comme j’en ai été témoin à Venice en Louisiane, à l'est de Grande île.


      La pulvérisation de l'agent blanchissant a aussi fait virer au blanc crayeux les carcasses d'oiseaux morts. Même le bec des oiseaux morts a pris une couleur orangée blanchâtre. Avec le décolorant, les coquillages, la tige des plantes et les roches sont aussi devenus d’un blanc sinistre.


      Des biologistes marins m’ont dit qu'il y a un autre problème grave dans le Golfe. Une substance laiteuse semblable à du mucus a été repérée dans les eaux du Golfe à l'ouest de Port Fourchon. Les biologistes ont déterminé que ce n'est pas un sous-produit de la pulvérisation des dispersants par BP, mais qu'elle est émise par le corail qui la libère en cas de stress sévère. La mort des récifs coralliens est un drame supplémentaire pour les écosystèmes marins du golfe du Mexique.


      Les biologistes marins ont déterminé que l'utilisation de dispersants dans les eaux du Golfe, dont la conséquence est de créer des nuages [sous-marins de pétrole], empêche la lumière solaire de passer à travers la colonne d'eau. Il en résulte la mort de nombreux animaux et plantes sous-marins, qui dépendent de la lumière du soleil pour survivre.


      Les résidents locaux, qui ont vu la dévastation de leur environnement et de leurs moyens de subsistance par BP, reprochent leur inaction à l’administration fédérale et au gouvernement de Louisiane. Ceux qui sont tenus les plus responsables pour leur inertie sont BP, le commandant superviseur des incidents nationaux retraité de la Garde côtière, l’amiral Thad Allen, le président Obama, le vice-président Joe Biden, qui aurait, dit-on, montré peu ou pas d'intérêt pour la catastrophe pétrolière du Golfe, peut-être une conséquence de son engagement de longue date envers les intérêts de l’industrie pétrochimique de son Delaware natal, le ministre de l'Intérieur Ken Salazar, l’administratrice de l'EPA Lisa Jackson, et le gouverneur de Louisiane Bobby Jindal.


      Les médias d’information professionnels, notamment les locaux des stations de télévision de Nouvelle-Orléans, intègrent leurs reporters à la Garde côtière et aux équipes de BP dans le golfe. Ce que rapportent ces médias sert essentiellement d’assistance aux relations publiques de BP. Un certain nombre de groupes de Nouvelle-Orléans et de Louisiane essayent d'obtenir les informations réelles sur la catastrophe, mais les ressources sont limitées.


      Qualifier le ravage pétrolier du Golfe de pire catastrophe écologique de l'histoire de Zunie est un euphémisme. Et avec la complicité de la Maison Blanche d’Obama, le golfe du Mexique est transformé en Golfe de la Mort.



      Wayne Madsen est ancien officier de renseignement de la Marine zunienne, spécialisé dans la surveillance électronique et la sécurité. Anciennement assigné à l’Agence de sécurité nationale (NSA) et au ministère des Affaires étrangères. Actuellement, journaliste d’investigation, chroniqueur dans la presse nationale, et auteur. Administrateur de l’Electronic Privacy Information Center (EPIC), (une organisation dédiée à la protection des libertés individuelles) à Washington DC.



Relayé par Online Journal :
onlinejournal.com/artman/publish/article_6110.shtml
Traduction copyleft de Pétrus Lombard

 

Sources News of Tomorrow

 

Posté par Adriana Evangelizt

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans CONSEQUENCES DES CATASTROPHES
commenter cet article

commentaires