Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Adriana Evangelizt
  • Le blog de Adriana Evangelizt
  • : La catastrophe planétaire qui s'est produite voilà 12 960 ans est en train de se reproduire mais nul n'en parle... il faut retrouver la Cosmogonie des Anciens pour Savoir.
  • Contact

L'Apocalypse est pour demain

 

 

 

 

Toutes les catastrophes dans le monde en temps réel

 

RSOE EDIS

 

Merci de soutenir ce blog...  

 

A notre époque, hélas... il est difficile pour les Chercheurs de Vérité de ne vivre que des "dons du Ciel" ils sont obligés de faire appel au Mécénat Populaire... Merci pour votre Générosité

et  votre Soutien.  

 

adrianaevangelizt@wanadoo.fr

Recherche

Blogs à suivre

BEN GARNEAU

 

HORIZON 444

 

Archives

18 juin 2010 5 18 /06 /juin /2010 11:07

Il est clair et net que tous ceux qui travaillent sous terre en ce moment, notamment dans des mines, s'exposent à des explosions car il y a des remontées de gaz sur toute la planète, y compris sous les océans. On imagine sans peine, de surcroît, les conditions de travail des mineurs colombiens sous l'infâme Uribe, la marionnette des tortionnaires de l'armée, qui tyrannise le Peuple à un point inimaginable. Déjà, il semblerait qu'il n'y avait point de "détecteurs de gaz". Pas de "détecteurs de gaz" dans une mine de charbon !!

 

 

 

 

 

Coup de grisou dans une mine en Colombie: 17 morts, 55 disparus

 

 

 

 

Un coup de grisou dans une mine de charbon proche de Amaga, au nord-ouest de la Colombie, a fait au moins dix-sept morts dans la nuit de mercredi à jeudi, selon un bilan provisoire des autorités qui craignaient que 55 autres mineurs bloqués à l'intérieur n'aient tous péri.

 

"Jusqu'à présent il y a 17 morts, onze qui ont été emportés et six qui sont en phase d'identification. Nous avons réussi à sortir un survivant avec des brûlures sur 30% du corps", a indiqué à l'AFP, Juan Carlos Posada, responsable de la protection civile.

 

"Il est peu probable qu'il y ait d'autres survivants, parce que l'explosion a provoqué de très hautes températures", a-t-il ajouté, en précisant que les corps extraits de la mine étaient calcinés.

 

La recherche des mineurs ensevelis a toutefois du être suspendue vers 17H30 locales (22H30 GMT), à la tombée de la nuit, et surtout dans l'attente que les gaz toxiques se dissipent, ont indiqué les autorités.

 

Dans la matinée de jeudi les opérations de secours avaient été pratiquement paralysées mais dans l'après-midi des équipes sont entrées dans la mine jusqu'à au moins 180 mètres, a expliqué Posada, qui a estimé que les opérations devront se poursuivre jusqu'à la fin de la semaine.

 

En quête d'information, des dizaines de proches des mineurs s'étaient massés aux alentours de la mine située près de Medellin (400 km au nord-ouest de Bogota), dans le département d'Antioquia.

 

Ils étaient cependant maintenus à l'écart par les autorités pour des raisons de sécurité. Plusieurs corbillards attendaient à proximité.

 

Les corps récupérés ont été emportés au théâtre municipal qui a été aménagé pour les recevoir parce que "la morgue du cimetière n'a pas suffisamment de place pour faire face à ce genre d'urgence" a affirmé la maire de Amaga, Auxilio Zapata.

 

Le président Alvaro Uribe a exprimé au cours d'une conférence de presse sa "grande douleur".

 

"J'ai demandé au gouverneur (d'Antioquia, ndlr) qu'il informe rapidement le pays sur le point de savoir si les conditions de sécurité industrielle étaient remplies dans la mine", a-t-il déclaré.

 

"Je suis très triste", a déclaré par téléphone à l'AFP Liliana Aguirre, 25 ans, dans l'attente angoissée de Jorge Huguita, le père de son fils. "Tout ce que l'on m'a dit c'est qu'il faut attendre encore car il y a trop de gaz et (les secours) ne peuvent pas entrer".

 

John Freddy Rendon, responsable des secours du département, a déclaré à la presse que l'onde explosive avait probablement provoqué l'effondrement d'une partie de la mine, faisant part de son "scepticisme" quant aux chances de survie des mineurs restés à l'intérieur.

 

Pour sa part, le ministre des mines, Hernan Martinez, a indiqué que la mine avait été inspectée le 9 juin dernier. "On n'a rien trouvé d'irrégulier. Nous devons cependant vérifier le rapport parce qu'il est très probable qu'il n'y ait pas eu de détecteur de gaz", a-t-il affirmé en conférence.

 

Sources AFP

 

Posté par Adriana Evangelizt

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans Energie Fossile-Pétrole
commenter cet article

commentaires