Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Adriana Evangelizt
  • Le blog de Adriana Evangelizt
  • : La catastrophe planétaire qui s'est produite voilà 12 960 ans est en train de se reproduire mais nul n'en parle... il faut retrouver la Cosmogonie des Anciens pour Savoir.
  • Contact

L'Apocalypse est pour demain

 

 

 

 

Toutes les catastrophes dans le monde en temps réel

 

RSOE EDIS

 

Merci de soutenir ce blog...  

 

A notre époque, hélas... il est difficile pour les Chercheurs de Vérité de ne vivre que des "dons du Ciel" ils sont obligés de faire appel au Mécénat Populaire... Merci pour votre Générosité

et  votre Soutien.  

 

adrianaevangelizt@wanadoo.fr

Recherche

Blogs à suivre

BEN GARNEAU

 

HORIZON 444

 

Archives

9 juillet 2010 5 09 /07 /juillet /2010 10:10

Il faut noter que plus le temps passe et davantage l'apparition de l'homme est repoussée dans le temps. La fourchette étant maintenant comprise entre 1,8 millions et 800 000 ans. Alors que l'on nous dit que l'Homo Sapiens ne serait apparu que voilà 40 000 ans. C'est-à-dire notre espèce. Mais on peut se poser de nombreuses questions sur notre espèce, vu qu'il en a existé une avant la nôtre qui possédait un plus gros cerveau. On est passé de 1650 cm3 à 1350 cm3. Soit une diminution de 300 cm3. Ce qui prouve que nous avons régressé. J'insiste. Il y a eu une régression dans les derniers 100 000 ans mais combien y en a-t-il eu avant ? La science officielle ne peut pas répondre à cette question car les squelettes de nos lointains ancêtres sont introuvables à cause des divers bouleversements terrestres qui ont eu lieu depuis des millions d'années. Il nous reste les vestiges des grandes civilisations dont nous sommes incapables de reproduire, par exemple, les Pyramides de Gizeh. Signe évident d'une supériorité scientifique par rapport à cette civilisation matérialiste et destructrice qui domine le monde sans maîtriser les éléments terrestres comme le firent nos Ancêtres. Ils possédaient non seulement d'importants pouvoirs psychiques mais, de surcroît, ils connaissaient la puissance des sons par rapport aux forces cosmiques. Ils ne parlaient pas comme nous pour ne rien dire. Tout était sacré. Voilà pourquoi les 22 lettres de l'alphabet hébreu n'étaient pas destinées à devenir un langage vulgarisé. Elles sont le substrat d'une gamme Harmonique destinée à réveiller les forces de la Nature invisible. Seuls les Grands Prêtres détenteurs de la Science Sacrée utilisaient ces sons précieux dans la Pyramide dite de Khéops, voilà pourquoi nous y trouvons la galerie en encorbellement. Le Savoir Antique s'est perdu et l'actuelle Science n'a jamais cherché à le retrouver.

 

 

 

 

Des premiers hommes déjà présents en Angleterre

 

 il y a 800.000 ans

 

 

 

 

Les premiers hommes se sont adaptés aux frimas de l'Europe du Nord il y a 800.000 ans, soit 100.000 ans plus tôt que ce qu'on croyait possible jusque là, selon une étude sur des découvertes archéologiques britanniques publiée mercredi dans la revue Nature.

 

Tous les sites archéologiques étudiés jusqu'à présent en Europe et en Asie ayant des traces de présence humaine pendant la période du Pléistocène (il y a 1,8 million d'années à 780.000 ans) se trouvaient sous le 45e parallèle, laissant penser que la température avait fait barrière aux migrations des premiers hommes vers le Nord.

 

Tous ces sites étaient de climat tropical, méditerranéen ou de savane.

 

Les hommes semblaient confinés à l'époque au sud des Pyrénées et des Alpes, et leur présence en Grande-Bretagne remontait à 500.000 ans. Néanmoins en 2005, des fouilles à Pakefield (Suffolk, est de l'Angleterre) ont montré une présence humaine remontant à 700.000 ans. Les nouvelles découvertes placent le curseur 100.000 ans plus tôt.

 

"Ces découvertes sont de loin la trace la plus ancienne connue de présence d'humains en Grande-Bretagne, remontant à au moins 100.000 années plus tôt que les découvertes précédentes", a expliqué le Pr Chris Stringer, directeur de recherches sur les origines de l'homme au Musée d'Histoire naturelle à Londres.

 

"Elles ont des implications importantes pour notre compréhension du comportement des premiers hommes, leurs adaptations, leur survie, et pour savoir quand et comment nos ancêtres ont colonisé l'Europe après avoir quitté l'Afrique", il y a 1,8 million d'années, explique-t-il.

 

Ces nouvelles découvertes montrent que ces premiers hommes survivaient dans des climats hostiles, à des températures hivernales inférieures à zéro.

 

"Ces nouveaux objets de silex sont incroyablement importants. Non seulement ils sont plus anciens que les autres découvertes, mais ils sont accompagnés d'une gamme de données sur l'environnement qui donnent une image claire de la végétation et du climat", explique Nick Ashton, du British Museum, codirecteur du projet.

 

"Cela montre que les premiers hommes ont survécu dans un climat plus froid que le climat actuel", explique-t-il.

 

L'été les températures avoisinaient les 16 à 18 degrés, l'hiver elles descendaient jusqu'à -3 degrés.

 

Une grande partie de l'Europe du Nord était couverte à l'âge de glace de forêts boréales, fluctuant en fonction de l'évolution des glaciers. Plantes et animaux comestibles étaient rares et clairsemés, les jours raccourcis et les températures rigoureuses en hiver rendaient encore plus difficile la vie déjà rude des premiers hommes.

 

Happisburgh se trouvait sur un cours ancien, aujourd'hui disparu, de la Tamise. "La plaine, inondée par la marée, était recouverte d'herbe qui nourrissait un grand nombre d'herbivores, comme des mammouths, des rhinocéros et des chevaux. Les prédateurs devaient être des hyènes, des félins à dents de sabre et bien sûr les humains", indique Simon Parfitt, d'University College London.

 

Sources AFP

 

Posté par Adriana Evangelizt

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans Le Commencement de l'Humanité
commenter cet article

commentaires