Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Adriana Evangelizt
  • Le blog de Adriana Evangelizt
  • : La catastrophe planétaire qui s'est produite voilà 12 960 ans est en train de se reproduire mais nul n'en parle... il faut retrouver la Cosmogonie des Anciens pour Savoir.
  • Contact

L'Apocalypse est pour demain

 

 

 

 

Toutes les catastrophes dans le monde en temps réel

 

RSOE EDIS

 

Merci de soutenir ce blog...  

 

A notre époque, hélas... il est difficile pour les Chercheurs de Vérité de ne vivre que des "dons du Ciel" ils sont obligés de faire appel au Mécénat Populaire... Merci pour votre Générosité

et  votre Soutien.  

 

adrianaevangelizt@wanadoo.fr

Recherche

Blogs à suivre

BEN GARNEAU

 

HORIZON 444

 

Archives

30 août 2011 2 30 /08 /août /2011 23:22

Bonsoir mes Frères et Soeurs... quand ce n'est pas l'orage qui m'empêche de bosser, c'est l'ordinateur ou ma santé. Il y a toujours quelque chose. J'ai beaucoup de choses à vous dire et je prends de plus en plus de retard...

 

Mais je vais vous parler de la NASA car une nouvelle vient de tomber qui va dans mon sens. La NASA est notre baromètre, en ce qui concerne "Elenin et les dangers qui n'existent pas" selon David Morrison. La Caste dupait le Peuple, il y a des milliers d'années, elle continue de le faire. On le voit dans les Symboles qu'elle utilise pour ses Missions.  On le voit dans ses mauvais camouflages sur diverses photos ou videos. J'en ai posé ICI, en voilà une nouvelle...

 

 Sources 

 

 

On le voit enfin dans diverses initiatives surprenantes qu'elle a prises durant ces derniers mois. La plus parlante étant qu'elle a décidé de cesser les ravitaillements de la Station Spatiale -ISS- et mis Atlantis au rebut. Pour ma part, j'ai vu dans ce geste de la NASA un début de "fuite en avant". Car, comme je vous le disais ICI, il est clair et net que la "chose" -qui poursuit sa Course dans notre Système solaire- draine avec elle des millions de météorites et qu'elles vont s'abattre sur la Terre, telle une pluie de boules de feu, comme l'ont dit les Anciens. Car moi, voyez-vous, nos Ancêtres, je les crois et je sais très bien qu'ils ont voulu nous prévenir de quelque chose de terrible. Alors, en connaissant ce prochain contexte, je pistais la NASA pour voir ce qu'elle allait faire de la Station Spatiale. J'expliquais ICI qu'il n'y avait pas 36 solutions, mais trois. Soit, X ou Elenin n'existent pas ou sont sans danger et les astronautes de l'ISS ne risquent rien et peuvent y rester. Soit, la NASA -pour ne pas éveiller les soupçons- est capable de les "sacrifier". Soit, elle va trouver un moyen pour extirper les hommes de la Station Spatiale. Et c'est bien cette dernière solution qui va se produire. Signe donc que Elenin ou X sont vraiment un danger pour notre planète. La NASA se trahit toute seule avec ses attermoiements et ses subterfuges pour duper le populo, et cela en parfaite coordination avec les Russes. Ils ont monté un scénario du tonnerre. Tout a été planifié de A à Z...

 

Il fallait bien sûr trouver une excuse pour évacuer l'ISS et que tout le monde trouve cela normal. La NASA commence par retirer ses billes en stoppant les missions d'Atlantis, sans donner aucune raison valable. Mais il faut bien que quelqu'un remplace les Américains. Et bien sûr, ce sont les Russes qui feront le va-et-vient. Mais voilà que, comme par hasard, le cargo russe qui devait ravitailler la Station s'écrase "parce qu'elle n'aurait pas trouvé son orbite". Vous avouerez que ça tombe à pic ! Là dessus, la Russie commence à balancer qu'elle "pourrait reporter le prochain vol habité vers l'ISS." Je les voyais venir avec leurs gros sabots, les uns comme les autres, car je connais déjà le dénouement de l'affaire. Je l'ai dit et je le pense plus que jamais. La Station Spatiale va bientôt être bombardée de tous les côtés et il était bien sûr hors de question de laisser les astronautes dans l'espace. Tout est déjà en route et en marche pour la vider de ses occupants. Et nos compères scientifiques de l'espace tant Russes qu'Américains s'entendent comme larrons ou cochons en foire, comme je vous l'ai déjà expliqué. La coopération Russo-NASA n'est pas une légende. Les Soviétiques ont commencé par dire "qu'ils allaient reporter le prochain vol habité et n'excluait pas l'évacuation". Mais c'est bien sûr ! Ceci se passait le 29 et le lendemain, soit le 30, la NASA annonce à son tour "qu'elle craint de perdre la Station Spatiale, en cas d'évacuation." Puis la rumeur devient grandissante, l'ISS va bientôt être abandonnée.  La messe est dite.

 

Maintenant, ils vont nous faire le gros cinéma. La NASA par la voix de ses chefs va nous jouer les gros lamentos au sujet de l'ISS qu'ils vont devoir sacrifier. Mais en fait, il faut bien savoir qu'elle était destinée à s'abîmer dans la mer en 2015, selon leurs dires. Donc, s'ils évacuent la Station Spatiale, en nous donnant comme prétexte que nul ne peut la ravitailler, ce sera un gros mensonge qui camouflera l'arrivée d'un grand danger venant de l'Espace. Un Danger Cyclique, connu par nos Ancêtres qui en furent témoins. Dans peu de temps, nous verrons si Mr David Morrison a dit la Vérité ou s'il nous a menti. Mais je ne me fais guère d'illusions quant à sa franchise...

 

 

 

 

 

La Nasa craint de perdre la Station spatiale

 en cas d'évacuation

 

Après le report sine die des lancements de Soyouz, une évacuation sans précédent de la Station spatiale internationale (ISS) est envisagée si les vols des vaisseaux russes ne reprennent pas d'ici fin novembre, une perspective que redoute la Nasa.

"Il y a un risque plus grand de perdre l'ISS s'il n'y a pas d'astronaute à bord et l'accroissement de ce risque n'est pas négligeable", selon Mike Suffredini, le responsable de la Station à la Nasa. 

"Nous allons faire ce qui est le plus sûr pour l'équipage et la Station, qui représente un très gros investissement pour nos gouvernements respectifs", soulignait-il lundi lors d'une conférence de presse téléphonique après l'annonce par l'agence spatiale russe du report, à fin octobre au plus tôt, du prochain lancement d'un Soyouz vers l'ISS.

Cette décision a été prise après l'échec la semaine passée du lancement d'un vaisseau cargo Progress vers la Station avec 2,9 tonnes de vivres et de carburant à bord. La perte du Progress a résulté d'une défaillance du dernier étage du lanceur. Or, ce même étage est également utilisé sur la fusée devant lancer le Soyouz.

"Notre mission est de protéger cet investissement (l'ISS)", a insisté Mike Suffredini. 

L'ISS, dont la construction a commencé en 1998 et s'est achevée en 2010, représente un investissement de cent milliards de dollars assumé en grande partie par les Etats-Unis. 

Selon ce responsable de la Nasa, la Station peut fonctionner sans équipage. "Si les systèmes essentiels ne connaissent pas de défaillance, on peut la contrôler depuis le sol et la maintenir indéfiniment sur orbite", assurait-il tout en soulignant que cette situation n'est pas souhaitable "pendant une période prolongée".

Une évacuation de l'ISS avait déjà été envisagée après l'accident de la navette Columbia le 1er février 2003, le temps de déterminer la cause de la catastrophe qui a coûté la vie aux sept membres d'équipage.

Mais la Nasa, considérant le risque accru de perdre la Station, avait alors décidé de maintenir trois astronautes à bord en permanence, a rappelé Mike Suffredini. 

L'équipage de la Station se compose normalement de six membres, actuellement trois Russes, deux Américains et un Japonais. Baptisé "Expedition", l'équipage effectue des rotations de six mois.

Une évacuation temporaire plus ou moins longue de l'ISS affecterait aussi nombre d'expériences scientifiques menées dans l'avant-poste orbital qui requièrent la présence des astronautes, a souligné Mike Suffredini. 

Mais d'autres expériences comme "l'Alpha Magnetic Spectrometer", un détecteur de particules traqueur d'antimatière et de matière noire invisible, pourra continuer à fonctionner en étant contrôlé depuis le sol, a-t-il reconnu.

Pour le moment, la Nasa reste optimiste sur les chances des Russes de déterminer les causes de la défaillance du lanceur et engager un nouveau lancement d'un Soyouz avec trois nouveaux membres d'équipage juste à temps pour éviter une évacuation de l'ISS.

La mi-novembre est considéré comme une limite pour faire revenir un Soyouz dans les steppes kazakhes, car il y fait nuit plus longtemps.

En outre, la Nasa et l'agence spatiale russe ne veulent pas prendre le risque de maintenir les astronautes à bord de l'ISS au-delà des six mois réglementaires, en raison des risques que représente l'exposition prolongée aux radiations de l'espace.

Enfin, les deux Soyouz de trois places chacun ne peuvent pas rester amarrés à l'ISS plus de 200 jours, le peroxyde d'hydrogène, un carburant pour leurs moteurs orbitaux, commençant alors à se dégrader.

L'approvisionnement de l'ISS ne pose pas problème a assuré M. Suffredini, puisqu'il est suffisant pour tenir un an.

 

Sources ORANGE

 

----------------------- 

 

ISS: la Russie reporte le prochain vol habité et n'exclut pas une évacuation

La Russie a annoncé lundi le report à fin octobre du prochain vol habité vers la Station spatiale internationale (ISS), programmé initialement pour le 22 septembre, après l'échec du lancement d'un vaisseau cargo, n'excluant pas une évacuation de tous les astronautes de l'ISS.

"Nous pensons que le prochain lancement (d'un Soyouz) aura lieu fin octobre, début novembre, pas avant", a indiqué Alexeï Krasnov, directeur des programmes de vols habités à l'Agence spatiale russe Roskosmos.

Le prochain vol d'un Soyouz doit transporter vers l'ISS les Russes Anton Chkaplerov et Anatoli Ivanichine, ainsi que l'Américain Dan Burbank.

Ils doivent remplacer les Russes Andreï Borissenko et Alexandre Samokoutiaïev, ainsi que l'Américain Ronald Garan, qui devaient revenir sur Terre le 8 septembre, mais dont le retour est également repoussé.

"Je pense que (l'atterrissage) aura lieu vers le 16 septembre. Il n'y aura sûrement pas d'atterrissage le 8 septembre", a déclaré Alexeï Krasnov.

 

Un vaisseau cargo Progress M12-M transportant près de trois tonnes de matériel et de nourriture à destination de l'ISS s'est écrasé la semaine dernière 325 secondes après son décollage du cosmodrome de Baïkonour (Kazakhstan).

  

Roskosmos tente depuis de déterminer l'origine de la défaillance de l'étage supérieur du lanceur également utilisé sur la fusée qui lance les Soyouz.

  

"Si pour quelque raison nous ne parvenons pas à envoyer la nouvelle équipe d'ici fin novembre, nous devrons étudier toutes les options possibles, y compris celle de laisser inhabitée la station", a indiqué M. Krasnov. Ce serait une première pour l'ISS depuis 2000.

  

Mike Suffredini, le responsable de l'ISS à la Nasa, a par ailleurs assuré lors d'une conférence de presse téléphonique depuis Houston (Texas, sud des Etats-Unis) que la Station pouvait fonctionner sans équipage "indéfiniment sans défaillance technique des systèmes essentiels".

  

Mais, a-t-il ajouté, "nous préférons ne pas laisser l'ISS sans un équipage à bord pendant une longue période".

  

Au delà de la mi-novembre, Roskosmos et la Nasa, sont inquiètes des risques liés aux atterrissages en hiver dans les steppes Kazakhes, alors qu'il fait nuit.

  

"On ne peut pas repousser davantage l'atterrissage sinon il aura lieu la nuit et ce n'est absolument pas souhaitable", a indiqué une source au sein de Roskosmos à l'agence Itar-tass.

 

Roskosmos et la Nasa ont assuré que la sécurité de l'équipage était assurée et qu'il ne manquerait ni de vivres ni d'oxygène en cas de prolongation de la mission.

Mike Suffredini a répété lundi qu'il y avait suffisamment de vivres à bord de l'ISS pour tenir jusqu'à l'été 2012.

Deux vaisseaux Soyouz, de trois places, restent amarrés en permanence à l'ISS dans le cas où son équipage doive être évacué en urgence.

Pour la Russie, la perte du Progress est un sérieux revers d'autant que les incidents se sont multipliés ces derniers mois avec au total quatre lancements ratés depuis décembre 2010. Les trois échecs précédents ont entraîné la perte de satellites.

Il s'agit surtout du premier problème survenu en lançant un Progress depuis la mise en service de ce vaisseau automatique de fret en 1978, au temps de l'Union soviétique, avait indiqué à l'AFP l'expert russe Igor Lissov.

Cet échec est intervenu alors que la Russie a l'exclusivité des vols spatiaux habités dans le monde.



Après le vol en juillet de la dernière navette américaine Atlantis, la Nasa dépend désormais exclusivement des Soyouz pour le transport de ses astronautes à l'ISS, au prix d'au moins 50 millions de dollars le siège, et ce le temps qu'un vaisseau spatial américain --qui sera commercial-- prenne la relève, mais pas avant 2015.



 

Sources ORANGE

 

Posté par Adriana Evangelizt

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans OVNIS-Apparitions-planetes-X
commenter cet article

commentaires