Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Adriana Evangelizt
  • Le blog de Adriana Evangelizt
  • : La catastrophe planétaire qui s'est produite voilà 12 960 ans est en train de se reproduire mais nul n'en parle... il faut retrouver la Cosmogonie des Anciens pour Savoir.
  • Contact

L'Apocalypse est pour demain

 

 

 

 

Toutes les catastrophes dans le monde en temps réel

 

RSOE EDIS

 

Merci de soutenir ce blog...  

 

A notre époque, hélas... il est difficile pour les Chercheurs de Vérité de ne vivre que des "dons du Ciel" ils sont obligés de faire appel au Mécénat Populaire... Merci pour votre Générosité

et  votre Soutien.  

 

adrianaevangelizt@wanadoo.fr

Recherche

Blogs à suivre

BEN GARNEAU

 

HORIZON 444

 

Archives

5 mai 2010 3 05 /05 /mai /2010 02:18

  Pour continuer sur ce qui a été dit hier au sujet de "l'attentat manqué". Pour être manqué, il est manqué mais il ne pouvait pas en être autrement comme tous les "attentats" auxquels nous avons eu droit ces derniers mois. Je vous le dis, en vérité, "ceux qui oeuvrent vraiment" pour les services secrets savent très bien à quoi s'en tenir. Le scénario est toujours le même. Les "terroristes" laissent toujours des traces dans les véhicules dont ils se servent. Là, par exemple, il a laissé des clefs. Des clefs qui ont mené à son appartement, comme par hasard. Comment avec des clefs peut-on trouver un appartement à tel endroit, ça c'est un grand miracle. Souvenons-nous que Mohammed Atta avait laissé un "testament" ! Eh oui...

 

Un jour, je vous dirai ce que j'ai fait comme "job" dans ma vie et pourquoi je m'attache aux détails. Parce que tout détail a son importance quand on mène une enquête. Mais ceux qui "fabriquent les preuves" n'en ont cure. Ils croient que tout le monde dort. Quand on voit les medias prostitués au système d'ailleurs, tout pourrait nous faire penser qu'il en est ainsi. Seulement, il y en a qui sont aux aguets... et qui savent ce qui se prépare.

 

Il faut bien vous dire que le "coup du 11 septembre" ne s'est pas conçu en un jour. Cela a pris quelques années. Et beaucoup de personnes ont été impliquées. Il y a d'abord les "penseurs". Ceux qui se disent "pour que les choses aillent dans ce sens, il faudrait procéder de telle façon". Ensuite, pour rendre les choses possibles, il faut nouer des contacts et prendre des gens sûrs qui ne parleront pas quoiqu'il advienne. Alors d'abord on pense, ensuie on décide que cela se fera. Mais pour donner vie à ce plan, il faut surtout des exécuteurs. Car, dites-vous bien que les penseurs, à part cogiter ne savent rien faire d'autre. Pour exécuter un plan, il faut des professionnels. Ceux qui, par exemple, on posé les explosifs dans les tours du WTC n'étaient pas des individus comme le pseudo-terroriste qui s'est fait prendre volontairement d'ailleurs. Il a servi d'appât... comme Mohammed Atta. Le but étant d'orienter l'enquête vers les musulmans à chaque fois. Là aussi, c'est signé. Si ça se trouve bientôt, il se reproduira le même scénario mais cette fois, les "terroristes" diront qu'ils ont été commandités par l'Iran. Ainsi cela fera une bonne excuse pour bombarder l'Iran comme le rêvent les "malfaisants" parce que dans l'immédiat, ils ne savent pas trop comment s'y prendre.

 

Le but du jeu avec cette affaire, c'est de faire porter les soupçons vers des gens innocents et pendant ce temps, les "penseurs" ont déjà pris contact avec les vrais "exécuteurs" de leur prochain "coup" qui ne saurait tarder.

 

 

 

 

Faisal Shahzad, l'homme invisible pour ses voisins

 

 

 

Dans la petite ville paisible de Bridgeport, à une heure et demie de New York, les voisins de Faisal Shahzad ont découvert mardi avec stupeur que cet homme d'une extrême discrétion était l'auteur présumé de l'attentat manqué commis samedi à Times Square.

 

«J'ai été choquée, effrayée, parce que nous n'imaginions pas qu'il y avait quelqu'un dans notre arrière-cour qui faisait cela, qui planifiait cela», a dit à l'AFP Lavonne Muse, une voisine de cet Américain né au Pakistan, arrêté lundi soir alors qu'il cherchait à quitter les Etats-Unis et qui a reconnu son implication dans la tentative d'attentat.

 

Il va être poursuivi notamment pour «acte de terrorisme dépassant les frontières nationales», selon les autorités.

 

Les agents de la police fédérale (FBI) ont fait irruption mardi à l'aube dans cette paisible cité peu prospère du Connecticut à environ 100 km au nord-est de Manhattan, pour mener un raid dans une modeste maison en bois de trois étages, rue Sheridan.

 

 

Leur perquisition s'est achevée peu après 14h00 lorsqu'un camion du FBI stationné devant le bâtiment a quitté les lieux, après avoir emmené divers objets saisis au domicile du suspect.

 

Bridgeport est une localité d'environ 130 000 habitants, où le revenu par habitant est inférieur à la moyenne nationale et où un quart de la population est étrangère. Des dizaines de journalistes affluaient mardi dans cette petite ville arrachée en un instant à l'anonymat.

 

Faisal Shahzad, habitait officiellement au deuxième étage du bâtiment, mais peu de ses voisins se souviennent de l'avoir croisé dans les environs. L'homme, qui serait âgé de 30 ans, faisait mardi la Une des chaînes d'informations américaines qui diffusaient en boucle des photos où il apparaît souriant, portant un collier de barbe, les cheveux courts.

 

«Ils sont en train de rénover le lieu. Nous n'avons jamais imaginé qu'il y avait des gens qui y vivaient. Mais ils étaient là avec sa femme et un enfant», a expliqué Mme Muse, contrainte par les forces de l'ordre à évacuer sa propre maison au milieu de la nuit.

 

Les agents du FBI ont bouclé la zone, repoussant la presse à l'écart dans une zone située derrière le bâtiment pour éviter les regards indiscrets pendant leurs opérations.

 

D'autres voisins, Afro-américains comme Mme Muse, font part de leur étonnement: «Je ne connaissais pas ce type et cela me surprend parce que je vis juste à côté de chez lui et je ne l'ai jamais vu», a dit Janine Crockett.

 

L'employé de l'épicerie du quartier, «Future Market», lui, a bien croisé le suspect à plusieurs reprises et pas plus tard que la semaine dernière. «Il venait acheter des cigarettes. Il entrait, faisait ses achats et repartait», a dit cet employé, Rafael Santos.

 

Marilyn Osoria, une Portoricaine qui vit depuis dix ans dans le quartier, rapporte que son fils de 19 ans a vu Faisal Shahzad à l'été 2009 alors que ce dernier livrait des caisses à son domicile.

 

«En août dernier, un jour de forte chaleur, il attirait l'attention parce qu'il portait une tenue musulmane», a-t-elle rapporté. «Ce jour là, le monsieur a débarqué des caisses de sa camionnette avec un jeune garçon de 16 à 17 ans.

 

Ils ont entamé une discussion avec mon fils, mais il ne s'est rien passé de spécial: ils ont continué à décharger leurs caisses».

 

Sources Cyberpresse

 

 

 

Attentat de New York: le suspect inculpé de terrorisme

 

 

 

L'auteur présumé de l'attentat raté de Times Square, un Américain d'origine pakistanaise interpellé à New York alors qu'il était sur le point de s'envoler pour Dubaï, a reconnu son implication et sera poursuivi pour terrorisme, ont annoncé mardi les autorités américaines.

 

Au terme d'une intense chasse à l'homme de 48 heures, Faisal Shahzad, 30 ans, un citoyen américain naturalisé, né au Pakistan, a été arrêté lundi soir à l'aéroport J.F Kennedy, d'où il s'apprêtait à quitter les Etats-Unis, a annoncé le ministre américain de la Justice, Eric Holder, évoquant la piste internationale.

 

Il va être poursuivi notamment pour «acte de terrorisme dépassant les frontières nationales» et «tentative d'utilisation d'une arme de destruction massive», a déclaré M. Holder, qui a ajouté que Shahzad avait «reconnu son implication» dans l'attentat raté.

 

Le directeur adjoint du FBI, John Pistole, a précisé qu'il avait «fourni des informations et des éléments de preuve intéressants».

 

Le président Obama a qualifié l'affaire de «nouveau rappel brutal de l'époque dans laquelle nous vivons». «Nous ne nous laisserons pas terroriser, nous ne nous recroquevillerons pas dans la peur», a-t-il dit, promettant que «justice sera rendue».

 

L'arrestation a eu lieu lundi soir vers 23h45, 48 heures après la découverte dans un 4x4 Nissan à Times Square, l'un des lieux les plus fréquentés du monde, d'un engin explosif fait de pétards, de bidons d'essence et de bonbonnes de gaz. Malgré un début d'explosion, personne n'a été blessé.

 

Selon la plainte rendue publique mardi, les enquêteurs y ont retrouvé plusieurs clés, dont une qui ouvrait la maison de Faisal Shahzad dans le Connecticut, près de New York.

 

L'homme âgé de 30 ans, dont la photo, souriant, portant un collier de barbe, est diffusée en boucle sur les chaînes américaines, était rentré le 3 février du Pakistan, assurant aux services d'immigration qu'«il y avait passé cinq mois» pour voir sa famille et que sa femme était restée là-bas.

 

Selon la plainte, il a affirmé après son arrestation «avoir reçu un entraînement à la fabrication de bombes au Waziristan», région du Pakistan connue pour être un centre de recrutement de terroristes.

 

Les enquêteurs ont retrouvé sa trace grâce au code d'identification gravé sur le moteur du 4X4. Le propriétaire du véhicule a expliqué l'avoir vendu le 24 avril par l'intermédiaire d'un site de petites annonces. L'acheteur n'a jamais donné son nom et a payé en liquide, mais il a aussi téléphoné «douze fois entre le 22 et le 28 avril», assure le FBI dans la plainte.

 

A partir de la liste des appels passés et reçus à partir de ce téléphone, la police a découvert que le jeune homme avait reçu dans le même temps plusieurs appels provenant d'un numéro pakistanais.

 

Le vendeur du 4X4 et une des personnes l'accompagnant le jour de la transaction ont tous deux identifié Faisal Shahzad comme étant l'acheteur du véhicule.

 

Le jeune homme a aussi admis s'être rendu lundi à l'aéroport JFK au volant d'une voiture dans laquelle il a laissé une arme à feu, poursuit le FBI.

 

Le maire de New York, Michael Bloomberg, s'est félicité de la rapidité de l'arrestation, critiquant toutefois le fait que Shahzad ait presque été en mesure de quitter le pays.

 

M. Pistole a indiqué que Shahzad n'avait été placé sur la liste américaine des personnes interdites de vol que quelques heures après avoir été identifié comme suspect. Le porte-parole de la Maison Blanche, Robert Gibbs, a assuré mardi qu'une enquête était en cours pour déterminer comment le jeune suspect avait pu être à quelques minutes de s'échapper.

Selon CNN, le Pakistan était sa destination finale.

 

«Nous travaillons étroitement avec le gouvernement du Pakistan» sur ce dossier, a déclaré le porte-parole du département d'Etat, Philip Crowley.

 

Peu après ces déclarations, les autorités pakistanaises ont annoncé avoir interpellé mardi à Karachi deux suspects sur la base de communications téléphoniques les reliant à Faisal Shahzad.

 

Sources Cyberpresse

 

Posté par Adriana Evangelizt

Partager cet article

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans L'Esclavage des Peuples
commenter cet article

commentaires