Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Adriana Evangelizt
  • Le blog de Adriana Evangelizt
  • : La catastrophe planétaire qui s'est produite voilà 12 960 ans est en train de se reproduire mais nul n'en parle... il faut retrouver la Cosmogonie des Anciens pour Savoir.
  • Contact

L'Apocalypse est pour demain

 

 

 

 

Toutes les catastrophes dans le monde en temps réel

 

RSOE EDIS

 

Merci de soutenir ce blog...  

 

A notre époque, hélas... il est difficile pour les Chercheurs de Vérité de ne vivre que des "dons du Ciel" ils sont obligés de faire appel au Mécénat Populaire... Merci pour votre Générosité

et  votre Soutien.  

 

adrianaevangelizt@wanadoo.fr

Recherche

Blogs à suivre

BEN GARNEAU

 

HORIZON 444

 

Archives

1 septembre 2013 7 01 /09 /septembre /2013 19:22

 Je pose cet article parce que je le trouve marrant... il nous montre comment la France est vue de l'étranger... ce qu'elle est devenue ou la voie qu'elle est en train de prendre avec des individus comme Hollande...

 

 

François Hollande, le nouveau chihuahua des américains

 

 

par Abdou Semmar

 

 

 

 

François Hollande pense être le “Terminator” des temps modernes. La guerre ne l’effraie pas. La souffrance ne l’émeut pas. Le sang et les corps déchiquetés ne l’impressionnent pas. La guerre, c’est la nouvelle passion de François Hollande. Ce président français qui s’est engagé à rompre avec l’atlantisme servile de Nicolas Sarkozy est, au final, encore plus royaliste que les rois du Congrès américain. Même Barack Obama n’a pas fait preuve d’une volonté aussi guerrière que la sienne. 

 

La Syrie, il faut l’attaquer militairement pour libérer son peuple. La guerre, c’est maintenant, la voici la nouvelle devise de sieur Hollande. Défait par la crise, le chômage massif, l’inflation galopante, les inégalités sociales, le déclin industriel, le président français cherche à se refaire une santé… sur le dos des dictateurs du monde arabe. Sauf que cette fois-ci, tel un Don Quichotte ivre de ses certitudes, il croit qu’une guerre est une simple promenade de santé.

 

Quant aux civils qui risquent d’être tués, François Hollande n’en a cure. Au contraire, il pense qu’il va en sauver beaucoup. Comment ? Des frappes chirurgicales bien étudiées. L’argument est un peu périmé car ces frappes n’ont pas été aussi chirurgicales que cela par le passé. Mais François Hollande ignore l’histoire. Lui, son souci, c’est l’avenir.

 

Un avenir dessiné par la force militaire. Tel Napoléon, la poésie en moins. François Hollande exige une sanction “d’une violation monstrueuse des droits de la personne humaine. Elle aura valeur de dissuasion”, a-t-il expliqué, sans trop convaincre, dans un entretien accordé au Monde. “Ne pas agir, ce serait laisser faire”, décrète le nouveau Bonaparte selon lequel “il y a peu de pays qui ont les capacités d’infliger une sanction par des moyens appropriés. La France en fait partie”.

 

La France, la glorieuse France, est donc de retour. Oui, de retour, mais à travers quoi ? Ce ne sont plus les découvertes scientifiques, la croissance économique dynamique et le rayonnement culturel qui font la réputation de la France dans le monde. C’est, aujourd’hui, une intervention militaire qui redonnera à la France son prestige. Le voici le choix de François Hollande. Or, pour un président élu démocratiquement, ce choix n’a été jusque là approuvé par aucune instance démocratique. Ni débat parlementaire, ni scrutin populaire. Le bon François part en guerre et décide tout seul. Quelle belle image de la France des droits de l’homme au moment où Barack Obama, président d’une vraie “démocratie constitutionnelle”, recourt aux élus du Congrès pour une véritable et réelle consultation.

 

François Hollande est plus César que César lui-même. Sa volonté de guerroyer doit primer sur tout le reste. Une majorité de Français est choquée et plusieurs politiciens, observateurs, analystes du gotha parisien ont exprimé leur indignation. Faire du zèle pour devenir le meilleur élève de l’Amérique, le voilà le diagnostic dressé par les détracteurs de François Hollande. Ont-ils tort ? Pas forcément. Car même si Hollande rêve de restaurer la stature militaire de la France, il n’en demeure pas moins qu’il manifeste une volonté maladive de plaire aux ténors de l’américanisme béat. Naguère l’Europe avait Tony Blair, toujours consentant pour accompagner les américains dans leurs délires militaires Aujourd’hui, le Vieux Continent possède  un François Hollande aux ordres. C’est l’éternel retour de l’Histoire.

 

Quant à Jacques Chirac, il peut d’ores et déjà prendre son mouchoir et tenter de sécher ses larmes. Lui qui a osé un jour dire non aux Américains. Lui qui a su comment réconcilier la France avec la rue arabe.  Lui qui a su restaurer son passé glorieux en l’imposant sur l’échiquier international. Sur ce même échiquier, la France de François Hollande n’est désormais qu’un simple pion. Quant à son président, il incarne parfaitement ce chihuahua que les décideurs américains traînent avec eux sur les terrains minés de la diplomatie guerrière.

 

Du même auteur :Est si François Hollande succédait à Bouteflika ?

 

Sources : Algérie Focus

 

Posté par Adriana Evangelizt

Partager cet article

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans CE MONDE DE DEGENERES
commenter cet article

commentaires

Basheer A. Frémaux-Soormally 03/09/2013 16:03


Ma page s'affiche normalement maintenant; toutes mes exciuses.


"La guerre, c’est la nouvelle passion de François
Hollande."


 Je dirai plutôt que cette passion DES FRANÇAIS, peu importe son leader, n’a jamais cessé d’habiter l’âme noire des
nations qui font honte à l’humanité, dont la France fait partie.


 Je n’ai toujours pas compris comment on peut qualifier quelqu’un de FRANÇAIS.  C’est quoi UN FRANÇAIS ?  C’est QUI ?  Une abomination aux
bottes des Juifs usuriers, des monopolistes, de la franc-maçonnerie, et de Satan !


 Je ne me laisse jamais distraire par les chihuahuas comme Hollande, Obama, etc.  Lire les œuvres de Douglas Reed, Anthony Sutton et d’Eustace Mullins, etc.  L’Intelligentsia française d’aujourd’hui
comporte très peu d’esprits libres car la grande majorité travaille pour le Grand Capital, l’Internationale Athée, les Sionistes et les racistes de tous genres.       


 Basheer

Basheer A. Frémaux-Soormally 03/09/2013 15:13


Le Dr Kent Hovind (stupide évangéliste baptiste et sioniste de Floride) disait, avant qu’il ne fut
incarcéré faussement pour évasion fiscale, que le chihuahua est de fabrication humain et que si on lâchait dans la nature, il lui faut que quelques secondes pour être dévoré par le premier
carnassier venu !  En dépit du fait que je hais la viande, je suis malheureusement encore carnassier, et je n’en ferai qu’une bouchée de ce
chihuahua de malheur si je le trouve sur mon passage!


Bisous


Basheer 


P.S. Votre page s’affiche mal sur mon écran ; la moitié est invisible.

sarko 02/09/2013 02:46


Nouvelles selon l'AFP



Le secrétaire d'État américain, John Kerry, a révélé ce matin que les États-Unis avaient en main des résultats d'analyses d'échantillons récupérés en Syrie qui prouvent
l'utilisation de gaz sarin lors de l'attaque chimique du 21 août.


«Des échantillons de cheveux et sanguins se sont révélés positifs à des traces de gaz sarin, un développement très important dont nous avons pris connaissance dans les 24 dernières heures,
grâce à des échantillons des premiers secours dans l'est de Damas fournis aux États-Unis et qui ont désormais été testés», a déclaré le secrétaire d'État en entrevue sur la
chaîne ABC.


Il n'a toutefois pas spécifié si les échantillons ont été prélevés sur le personnel médical et les premiers secours ou grâce à ces derniers.


John Kerry s'est également dit sûr de voir le Congrès accorder le feu vert au président, Barack Obama, qui a affirmé hier attendre l'aval de celui-ci avant de «donner l'ordre» de lancer l'attaque
en Syrie.


«Le président a l'autorité d'agir, mais le Congrès fera ce qu'il faut ici», a-t-il lancé.


«Nous savons d'où est venue cette attaque. Nous savons exactement où elle s'est produite. Nous savons exactement ce qu'il s'est passé après», a répété M. Kerry, soulignant que tous ces détails
se trouvaient dans le rapport du renseignement américain rendu public jeudi.


Malgré ces nouvelles informations, les membres du Congrès n'adopteront aucune résolution formelle avant la reprise des séances plénières le 9 septembre prochain et l'issue du
vote reste incertaine.


Scepticisme


Selon l'historien spécialiste en relations internationales, Samir Saul, la provenance exacte de ces échantillons prélevés par les Américains reste nébuleuse, ce qui provoque
plusieurs questionnements.


«S'ils ont des preuves, qu'ils les montrent! Premièrement, on ne sait pas d'où viennent ces échantillons, où ça a été analysé. Et deuxièmement, pourquoi les États-Unis se substituent-ils à la
commission d'experts des Nations Unies?», soulève-t-il.


L'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques a fait savoir hier que l'analyse des échantillons recueillis en Syrie par les enquêteurs de l'ONU pourrait prendre jusqu'à trois semaines.


Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), au moins 110 371 personnes ont été tuées en Syrie depuis le début du soulèvement populaire contre le
régime du président Bachar al-Assad.