Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Adriana Evangelizt
  • Le blog de Adriana Evangelizt
  • : La catastrophe planétaire qui s'est produite voilà 12 960 ans est en train de se reproduire mais nul n'en parle... il faut retrouver la Cosmogonie des Anciens pour Savoir.
  • Contact

L'Apocalypse est pour demain

 

 

 

 

Toutes les catastrophes dans le monde en temps réel

 

RSOE EDIS

 

Merci de soutenir ce blog...  

 

A notre époque, hélas... il est difficile pour les Chercheurs de Vérité de ne vivre que des "dons du Ciel" ils sont obligés de faire appel au Mécénat Populaire... Merci pour votre Générosité

et  votre Soutien.  

 

adrianaevangelizt@wanadoo.fr

Recherche

Blogs à suivre

BEN GARNEAU

 

HORIZON 444

 

Archives

8 avril 2011 5 08 /04 /avril /2011 11:36

Alors finalement on vient d'apprendre que le courant avait aussi été coupé à Fukushima lors du séisme. Mais comme vous le constatez, les nouvelles lorsqu'elles ne sont pas bonnes sont retardées.

 

Petit article pour montrer justement que non seulement le Plutonium continue son oeuvre néfaste sur le réacteur 3 mais qu'il s'est propagé à d'autres réacteurs, ce qui nous a été soigneusement dissimulé. La France, sur le nucléaire, est comme le Japon. On camoufle. Ceci prouve à quel point on nous prend pour des imbéciles.

 

On peut dire que, dans cette civilisation, tout aura été fait pour duper les peuples et les exploiter. Et lorsqu'une grosse catastrophe arrive, les "inventions" humaines font plus de dégats que le cataclysme en lui-même. Surtout dans les grandes villes où les gratte-ciel ont poussé comme des champignons. Et en plus, il y a le nucléaire. Cerise sur le gâteau.

 

 

 

Fukushima : « le plutonium cumule tous les risques »

 

 

Roland Desbordes, physicien et président de la Commission de recherche et d’information indépendantes sur la radioactivité, laboratoire indépendant créé après la catastrophe de Tchernobyl. La Criirad est particulièrement active depuis la catastrophe de Fukushima, en réalisant ses propres mesures et interpelant les autorités de sûreté nucléaire françaises.

 

Les autorités japonaises viennent de révéler avoir découvert du plutonium dans le sol de la centrale de Fukushima. Qu’est-ce que cela implique ?

 

Le fait que l’on trouve du plutonium dans le pourtour de la centrale n’est pas un scoop, c’est le contraire qui l’aurait été, dans la mesure où du plutonium se trouve dans les cœurs des réacteurs et que ces cœurs de réacteurs sont en fusion. Par ailleurs, ce plutonium étant plus ou moins volatile,  aux vues des explosions des montées en températures et de l’ouverture des fissures des cuves, cela paraissait complètement irréaliste que l’on n’en trouve pas.

 

Cela dit, ce plutonium complique encore un peu plus le travail des salariés de Tecpo sur place. A becquerel égal, le plutonium est 100 000 plus toxique que l’iode ou le césium.

 

A vos yeux, s’agit-il déjà d’une catastrophe environnementale ?

 

On y est déjà de plein pied, d’autant plus que le plutonium 239 est un métal lourd radiotoxique à vie longue, de l’ordre de 4 000 ans. Il a un cheminement dans la chaîne alimentaire catastrophique. Le plutonium cumule tous les risques.

 

Cette pollution au plutonium sera-t-elle limitée au réacteur n°3 ici en cause ?

 

Non, si le réacteur n°3 en contenait dès l’origine dans une proportion comprise vraisemblablement entre 6 à 8%, les réactions de fusion ont également fabriqué du plutonium sur les autres réacteurs touchés.

 

Quelle est la radioactivité relevée autour de la centrale de Fukushima ?

 

On n’a aucune information à ce sujet. On sait juste que les 20 km autour de la centrale sont une zone évacuée. Mais à mon avis, la contamination doit être importante. On sait que dans la province d’Ibaraki, une région située à plus d’une centaine de kilomètres de la centrale, on constate déjà une contamination radioactive avérée des produits alimentaires, qui dépasse les limites de commercialisation.

 

Et quelle est la situation à Tokyo ?

 

Située à environ 250 km de la centrale de Fukushima, Tokyo a enregistré le passage de deux petits panaches radioactifs, un premier vers le 15 mars, et l’autre autour du 22 mars. Si ces panaches n’étaient pas très intenses, ils ont cependant suffi à polluer immédiatement l’eau du robinet, ce qui est très inquiétant, à des valeurs jusqu’à 20 becquerels par litre. Ces relevés ont d’ailleurs contraints les autorités japonaises à recommander de ne pas utiliser cette eau polluée pour les biberons.

 

Pourquoi ces panaches radioactifs japonais ont-ils contaminé aussi rapidement l’eau du robinet ?

 

A partir du moment où l’on relève des particules radioactives dans l’air, elles se retrouvent obligatoirement au sol. Ce qui est surprenant ici, c’est la rapidité avec laquelle cette contamination de l’air s’est répandue dans l’eau du robinet.

 

En France, pourquoi votre laboratoire a-t-il remis en cause la transparence des autorités de sûreté nucléaire comme l’IRSN ?

 

Ce que la Criirad critique, c’est la présentation des résultats de l’IRSN, notamment ceux relevés samedi matin, sur la balise dans le Puy-de-Dôme. On s’est aperçu qu’ils avaient effectué leurs relevés à partir de filtres papier, qui ne retiennent environ que 1/5e de l’iode radioactif présent dans l’air, manquant l’iode sous forme gazeuse.

 

Cela veut-il dire que les mesures d’iode présentées par l’IRSN doivent être multipliées par 5 ?

 

Absolument, c’est d’ailleurs ce qu’a fait l’IRSN lui-même le soir même.

 

Malgré cette correction, ces relevés de la radioactivité détectée demeurent très faibles ?

 

On reste dans des taux très faibles, nous ne remettons pas ça en doute. Ce qui nous a semblé choquant, c’est la présentation de ces résultats, surtout pour un laboratoire d’Etat très compétent, ce n’est pas bien.

 

Pourquoi la Criirad est-elle également récemment montée au créneau pour obtenir les mesures de radioactivité relevées par le réseau international CTBTO ?

 

Parce qu’on ne les a pas. On invoque tout un tas de bonnes raisons pour ne pas les donner. Ces données sont transmises aux Etats, mais les Etats invoquent le secret défense comme en France, ce qui est totalement faux.

 

Quelle est la vraie raison de ce manque de transparence selon vous ?

 

On refuse de divulguer des informations obtenues grâce à des fonds publics, que nous contribuons à financer, en tant que citoyens. C’est scandaleux.

 

De quoi des Etats comme la France ont-ils peur ?

 

Je n’en sais rien, il faut le leur demander. En France, c’est le CEA qui est destinataire de ces mesures.

 

Sources 2B

 

Posté par Adriana Evangelizt

Partager cet article

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans Nucléaire-HAARP
commenter cet article

commentaires

enlil 08/04/2011 20:37



Bonsoir


Quand l'argent et le pouvoir sont en jeux plus rien ne compte et surtout la crédibilité de ces gens là vis a vis des affaires mondiales pour le reste le peuple c'est rien si c'est
utile juste pour les élections


Amitiés