Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Adriana Evangelizt
  • Le blog de Adriana Evangelizt
  • : La catastrophe planétaire qui s'est produite voilà 12 960 ans est en train de se reproduire mais nul n'en parle... il faut retrouver la Cosmogonie des Anciens pour Savoir.
  • Contact

L'Apocalypse est pour demain

 

 

 

 

Toutes les catastrophes dans le monde en temps réel

 

RSOE EDIS

 

Merci de soutenir ce blog...  

 

A notre époque, hélas... il est difficile pour les Chercheurs de Vérité de ne vivre que des "dons du Ciel" ils sont obligés de faire appel au Mécénat Populaire... Merci pour votre Générosité

et  votre Soutien.  

 

adrianaevangelizt@wanadoo.fr

Recherche

Blogs à suivre

BEN GARNEAU

 

HORIZON 444

 

Archives

5 février 2011 6 05 /02 /février /2011 14:49

 Le Yellowstone va exploser tout d'un coup sans prévenir personne. Bien qu'il ait déjà prévenu pas mal de chercheurs mais ces derniers semblent sous-estimer la puissance de ce super-volcan lorsqu'il a accumulé suffisamment de lave dans sa chambre magmatique. Ainsi disent-ils qu'ils ne se font pas de souci parce que le réservoir se situe entre 7 et 10 km de profondeur. Mais prennent-ils en compte que cette chambre fait plus de 70 km de large et 10 km de hauteur ? A l'intérieur, le magma bouillonne à 1 500 °C. Prennent-ils en compte que le réservoir s'est rempli d'un million de m3 par an ? Combien ça fait de millions de mètres cubes en train de s'entasser depuis ne serait-ce que cinq ans ?

 

 A cet endroit précis, l'écorce terrestre n'est point de 30 km d'épaisseur mais de 7 à 10. Autant dire une bagatelle pour des millions de m3 en fusion qui sont en train de subir une poussée maximale. La pression qui s'exerce sur cette gigantesque masse bouillonnante va forcément déchirer la croûte terrestre comme une feuille de papier. Il faut bien se représenter ces millions de mètres cubes sous une superficie de 70 km et d'une hauteur de 10 km. C'est absolument énorme. On n'a pas à faire là à un trou ridicule de quelques mètres ou même d'un km.

 

 A mon sens, les chercheurs savent qu'il va y avoir une éruption mais ils minimisent pour ne pas effrayer les gens. Car le phénomène qui se passe actuellement est lié au déplacement du pôle magnétique nord. Plus le magma se dirige vers la crôute terrestre et davantage le pôle bouge. Son mouvement rapide signifie que la Terre s'apprête à expurger sa lave sur toute la planète. De nouveaux volcans sont entrés en éruption en Janvier, notamment le Bromo en Indonésie,  le Shinmoedake  et le Kirishima au Japon. N'oublions pas l'Etna, à la mi-janvier, qui n'est pas très loin de chez nous, à vol d'oiseau.

 

 Ce qui m'amène justement à vous parler d'un supervolcan qui a été découvert en 2009 dans les Alpes Occidentales dans le Piémont en Italie. Voyez l'article en bas.  Il aurait été actif, il y a trois cents millions d'années, nous dit-on. Si on les écoute, TOUT A EU LIEU, en des temps immémoriaux. Les scientifiques ne relient pas les points de toutes les éruptions qui ont eu lieu sur la planète, toutes en mêmes temps ou presque.

 

Ainsi, le Yellowstone a eu une grande éruption, il y a 70 000 ans en même temps que le Toba. Pour ce dernier, on la situe aux environ de 74 000 ans, et, parait-il, elle aurait quasiment détruit l'Humanité entière. Comment peut-on croire cela ? D'autant plus quand on sait que la glaciation de Wurms aurait commencé voilà 70 000 ans ? Et en faisant le compte, on tombe justement approximativement sur la fin d'un cycle précessionnel de 25 920 ans, vu qu'ils arrondissent tout, on ne doit pas être loin de cette date.

 

La vérité, c'est que tous les 25 000 ans, tous les volcans se mettent en branle pour permettre la disparition du bouclier magnétique et la fécondation de la Terre par le Cosmos. Car il est impossible qu'un seul volcan détruise l'Humanité entière, même si c'est un supervolcan. Il peut certes entraîner un hiver nucléaire et nous allons y avoir droit de toute façon. Il ne faut pas oublier que les pôles magnétiques du Soleil s'inversent tous les 11 ans, soit cette année.  Son champ magnétique est en train de baisser. Normalement d'ailleurs, le champ magnétique du Soleil doit disparaître pratiquement en même temps que celui de la Terre. Ce qui indique un proche bombardement solaire dans notre direction. Voyez le petit extrait ci-dessous...

 

 

   

 Bien évidemment, je ne suis pas d'accord avec ce que dit le chercheur sur le réchauffement climatique par l'homme. Parce qu'à partir du moment où il ignore les cycles de la Terre, le processus du magma remontant à la surface de la croûte terrestre qui entraîne la remontée du méthane et des gaz sulfureux du fond de l'océan, il va dans le sens de tous les scientifiques qui faussent les données et nous masquent les réalités de la Catastrophe imminente...

 

 

 

Un supervolcan menace d'effacer

 

 les deux tiers des USA

 

 

 

Ce supervolcan, qui gît sous le Parc National de Yellowstone, inquiète les scientifiques: en effet, le volcan s'élève de plus en plus et son rythme semble s'accélérer.

 

Dans le pire scénario, selon le Daily Mail, la lave serait recrachée tellement haut qu'un nuage toxique s'étendrait sur des milliers de kilomètres, recouvrant deux-tiers des Etats-Unis et rendrait ces régions inhabitables.

Une éruption qui serait des milliers de fois plus importante que celle du mont St. Helens en 1980, qui causa la mort de 57 personnes, détruisit 250 maisons, 47 ponts, 24 kilomètres de voies ferrées, 300 kilomètres de routes et plus de 500 km2 de forêt.

A côté du volcan de Yellowstone, l'Eyjafjallajökull - le volcan islandais ayant perturbé les transports aériens en avril 2010 - se ferait passer pour un événement mineur. Les conséquences du réveil de ce super volcan seraient bien plus catastrophiques.

25 centimètres en quelques mois

 
La dernière grande éruption du volcan, d'apparence calme, remonte à plus de 640.000 ans. Depuis sa dernière grosse éruption, le volcan a eu environ une trentaine de petites éruptions. La dernière a eu lieu il y a 70.000 ans. Au début de 2004, les scientifiques ont remarqué que le sol au dessus de la caldeira s'élève d'environ 7 centimètres chaque année.

Entre 2007 et 2010, le volcan semble être resté au point mort, mais depuis le volcan a repris de la vigueur puisque le sol autour du volcan s'est élevé d'environ 25 centimètres. "C'est une observation extraordinaire, d'autant plus sur une surface aussi grande", a déclaré Bob Smith, professeur de géologie à l'Université de l'Utah.

Pas de panique pour le moment

 
Les scientifiques pensent que le réservoir magmatique se situe entre sept et dix kilomètres sous la surface. "Pour l'instant il n'y a pas de quoi paniquer. Au début, nous étions inquiets et nous pensions que le super volcan avait engagé son processus d'explosion, mais une fois que nous avons vu que le magma était à une profondeur de dix kilomètres, nous étions un peu soulagés. Ça aurait été très différent si le magma avait été à 2 ou 3 km sous la surface de la terre", a déclaré Bob Smith, qui a récemment mené une étude dans le supervolcan.

"C'est au coeur du volcan que nous trouvons les informations les plus précieuses sur ce qui se passe dans les canalisations souterraines du volcan. Elles peuvent nous aider à prédire le moment où la prochaine éruption volcanique de Yellowstone se produira".

En 2007, Discovery Channel avait diffusé le film Super Volcano: Real Time Apocalypse expliquant les conséquences désastreuses pour le monde entier de cette éruption. Des millions de personnes se retrouveraient sans abri, les émanations toxiques pollueraient les cultures et les sources d'eau. En attendant... si éruption il doit y avoir, éruption il y aura!

 

Sources 7 sur 7

 

-------------------------

 

 

 

Le supervolcan de Yellowstone se déforme et enfle

 

 

 

par Christophe Magdelaine

 

 

Le supervolcan du Yellowstone National Park tremble et se déforme, causant une modification de la typologie du terrain de manière spectaculaire, selon un rapport du National Geographic. S'agit-il de signes précurseurs d'une éruption catastrophique ou d'un simple "ronflement" cyclique ?

 

Le plus grand volcan du monde a déjà produit des éruptions majeures, chacune plus d'un millier de fois plus puissantes que celle du mont St-Helene de 1980. Au total, trois éruptions ont eu lieu lors des deux derniers millions d'années.  La caldeira de Yellowstone, qui s'étend sur 40 à 60 km, est un ancien cratère formé après la dernière grande explosion, il y a 640 000 ans. Depuis lors, environ 30 petites éruptions y compris une datée d'il y a seulement 70 000 ans, ont rempli la caldeira de lave et de cendres, et ont construit le paysage relativement plat que nous connaissons aujourd'hui.

 

Le volcan du Yellowstone se caractérise par une imposante chambre magmatique souterraine de plus de 70 kilomètres de large, et d'une hauteur de plus de 10 kilomètres, la plus grosse jamais détectée. À l'intérieur bouillonne du magma à une température de 1 500 °C.

 

Alors que l'épaisseur de la croûte terrestre est d'environ 30 km, à Yellowstone elle n'est que de 7 à 10 kilomètres. Ce qui fait que la pression exercée par la chambre magmatique se traduit par des déformations en surface. Ainsi, à partir de 2004, les scientifiques ont vu le sol au-dessus de la caldeira s'élever de 7 centimètres par an. Bien que ce taux ait ralenti entre 2007 et 2010 à un centimètre par an ou moins, depuis le début de ce gonflement, le sol s'est soulevé de plus de 25 centimètres à plusieurs endroits.

 

« Il s'agit d'une élévation extraordinaire, car il couvre une grande surface et les taux sont très élevés », a déclaré Bob Smith, un expert de longue date dans le volcanisme de Yellowstone de l'Université d'Utah. Les scientifiques pensent qu'un réservoir de magma gonfle, 7 à 10 kilomètres sous la surface de la terre, ce qui entraîne ce soulèvement. Heureusement, l'élévation ne semble pas annoncer une catastrophe imminente, a déclaré Bob Smith : « Au début nous pensions à une éruption ».

 

« Mais une fois que nous avons vu que le magma était à une profondeur de dix kilomètres, nous n'avons pas été si préoccupés. S'il se situait à une profondeur de deux ou trois kilomètres, là, nous aurions été beaucoup plus vigilants ». Les études offrent de précieux indices sur ce qui se passe dans la tuyauterie souterraine du volcan, ce qui pourrait éventuellement aider les scientifiques à prédire quand aura lieu la prochaine éruption volcanique à Yellowstone.

Les respirations insondables de Yellowstone

Smith et ses collègues de US Geological Survey (USGS) et de l'observatoire du volcan de Yellowstone ont cartographié les soubresauts de la caldeira à l'aide d'outils tels que les systèmes de positionnement GPS et d'interférométrie radar (InSAR), qui mesurent la déformation du sol. La déformation du sol suggère que le magma est en mouvement vers la surface, signe précurseur d'une éruption. Les flancs du mont St-Helene, par exemple, ont gonflé de façon spectaculaire dans les mois précédents l'explosion de 1980. Ce fut également le cas avant l'éruption plus modeste de l'Eyjafjallajökull en avril 2010 : son flanc avait enflé de plus de 15 centimètres environ, étant donné que le magma avait coulé dans les chambres étroites sous la montagne.

 

Mais il existe aussi de nombreux contre-exemples, y compris dans le cas du supervolcan de Yellowstone, où le sol enfle sans que cela soit suivi par une éruption. Selon la théorie actuelle, le réservoir magmatique de Yellowstone est alimenté par un panache de roches chaudes provenant du manteau terrestre. Lorsque la quantité de magma qui afflue dans la chambre augmente, le réservoir se gonfle comme un poumon et la surface s'élève. Lors du soulèvement des dernières années, les modèles indiquent que le réservoir s'est rempli d'environ 1 million de mètres cube de magma par an. Lorsque cet afflux ralentit, en théorie, le magma se déplace horizontalement pour se solidifier en refroidissant, ce qui fait redescendre le niveau de la surface terrestre.

 

« Sur la base de preuves géologiques, Yellowstone a probablement vu un cycle continu d'élévation puis de régression au cours des 15 000 dernières années, et ce cycle continuera probablement », a déclaré Bob Smith. Les enquêtes montrent, par exemple, que la caldeira a augmenté d'environ 18 centimètres entre 1976 et 1984 avant de redescendre d'environ 14 centimètres au cours de la décennie suivante. Il ajoute « ces caldeiras ont tendance à monter et descendre, mais de temps en temps, elles créent des explosions hydrothermales, des tremblements de terre, ou des éruptions volcaniques ».

De la difficulté de prévoir une éruption de Yellowstone

Prévoir l'imminence d'une éruption volcanique reste extrêmement difficile, en partie parce que de nombreuses données font encore défaut dans le cas de Yellowstone. De plus, les enregistrements en continu de l'activité de Yellowstone ne sont disponibles que depuis les années 1970, ce qui est insignifiant à l'échelle des temps géologiques et ne permet donc pas de tirer de conclusions sur les observations effectuées.

 

De toute évidence, il y a encore du magma sous Yellowstone souligne Dan Dzurisin, un expert de Yellowstone. Ceci se manifeste par l'activité hydrothermale continue juste sous la surface : geysers, sources d'eau chaude, boues chaudes, fumerolles qui constituent une attraction pour de nombreux touristes. Ce large système hydrothermal pourrait aussi jouer un rôle dans les déformations du sol, mais il est difficile de savoir dans quelle mesure.

 

Quelque 3000 tremblements de terre secouent chaque année Yellowstone. Par exemple, entre le 26 décembre 2008 et le 8 janvier 2009, environ 900 séismes se sont produits dans une zone localisée autour du lac Yellowstone. Cette concentration de secousses pourrait avoir relâché la pression du magma dans le réservoir en permettant aux fluides de s'échapper ralentissant du coup l'élévation du sol, comme l'indique Smith de l'Université de l'Utah.

 

Ces séismes devraient fournir de précieux indices sur les relations entre la chambre magmatique et les déformations du sol.

 

Au final, l'histoire géologique de Yellowstone et les causes des déformations enregistrées sont devenues de plus en plus complexes avec l'évolution des techniques disponibles pour les étudier.

Les principales conséquences d'une éruption de Yellowstone

Une éruption à Yellowstone serait une catastrophe majeure. Selon les experts, un tel évènement causerait des dégâts gigantesques, équivalant à environ 1 000 fois celle du mont Saint Helens en 1980.

 

Les cendres émises par le volcan détruiraient toute végétation jusqu'à 1600 km du cratère : deux tiers des États-Unis et un tiers du Canada deviendraient inhabitables. Les émanations toxiques du volcan rendraient l'air irrespirable...

 

Enfin, une telle éruption aurait des conséquences sur l'ensemble du climat planétaire.

Source

Yellowstone Has Bulged as Magma Pocket Swells - National Geographic

 

Sources Notre Planète Info

 

----------------

Découverte d'un supervolcan éteint

 dans les Alpes occidentales

 

Un consortium de chercheurs italiens et américains a annoncé la découverte d'un gigantesque volcan dans les Alpes Occidentales, au coeur des reliefs de la Valsesia, au Nord du Piémont. L'équipe, co-dirigée par les professeurs James Quick - de l'Université de Dallas - et Silvano Sindogio - de l'Université de Trieste, affirme qu'il s'agit d'une découverte géologique d'une importance extrème.

 

L'existence par le passé de supervolcans ayant de telles dimensions avait déjà été démontrée, et leurs éruptions sont à l'origine de grands plateaux basaltiques - par exemple les trapps du Deccan ou d'Ethiopie. "En avoir découvert et décrit un en Europe occidentale est certainement une grande satisfaction", affirme le professeur Sindogio. Le volcan était actif au cours de la période Permienne (il y a 300 millions d'années), et on estime qu'il a craché des centaines de milliers de kilomètres cube de cendre et de lave, chacune de ses éruptions ayant pu modifier le climat sur l'ensemble de la planète, entrainant par exemple la disparition instantanée d'éspèces.

 

La particularité de cette découverte est aussi que la chambre magmatique, qui se trouvait à 25 km de profondeur, a refait surface lors de l'orogénèse alpine (à partir de 250 millions d'années avant notre ère) et qu'aujourd'hui elle affleure en de nombreux endroits.

 

Ces travaux permettront sans doute des avancées concrètes sur la connaissance des éruptions, mais aussi sur la formation du massif alpin. Comme l'explique le professeur Quick, "Il y aura tôt ou tard dans le monde une nouvelle explosion supervolcanique, mais nous ignorons où. Le supervolcan de la Valsesia nous permettra sans doute d'avancer sur ces questions".

 

Sources : Ambassade de France en Italie

 

Posté par Adriana Evangelizt

Partager cet article

Repost 0

commentaires