Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Adriana Evangelizt
  • Le blog de Adriana Evangelizt
  • : La catastrophe planétaire qui s'est produite voilà 12 960 ans est en train de se reproduire mais nul n'en parle... il faut retrouver la Cosmogonie des Anciens pour Savoir.
  • Contact

L'Apocalypse est pour demain

 

 

 

 

Toutes les catastrophes dans le monde en temps réel

 

RSOE EDIS

 

Merci de soutenir ce blog...  

 

A notre époque, hélas... il est difficile pour les Chercheurs de Vérité de ne vivre que des "dons du Ciel" ils sont obligés de faire appel au Mécénat Populaire... Merci pour votre Générosité

et  votre Soutien.  

 

adrianaevangelizt@wanadoo.fr

Recherche

Blogs à suivre

BEN GARNEAU

 

HORIZON 444

 

Archives

23 juillet 2010 5 23 /07 /juillet /2010 08:59

 Je remercie Denis du Canada pour l'info. L'article est en anglais, j'en ai déjà parlé, il y a quelques temps. Je traduis sommairement car je suis une très mauvaise traductrice ! Voyez la video sur les explosions de méthane qui se sont produites dans le passé, il faut le savoir. J'ai d'ailleurs une doc qui en parle mais je ne peux pas la retrouver. Il y a eu une explosion de méthane dans le passé en Alaska qui a produit la même chose que l'explosion volcanique qui s'étendait sur des milliers de km et dont les scientifiques sont incapables de trouver la cause. Comme par hasard, au même endroit. Mais ne rêvons pas, cela s'est passé dans beaucoup d'autres endroits de par le monde, seulement les chercheurs ne relient pas ces éruptions volcaniques et le méthane. Et pourtant quand on y réfléchit avec des yeux non scientifiques, tout s'explique. Les gaz remontent parce que dessous la lave remonte aussi. Point final. De plus, ils continuent d'envoyer du monde pour essayer de colmater mais une explosion pourrait se produire à nouveau tuant tout le monde. Et ça, c'est une chose qu'ils savent...

 

L'article dit grosso-modo :

 

Nous avons la preuve qu'il se passe quelque chose d'effrayant au fond de l'océan, quelque chose de bien pire que la fuite du pétrole. Des avertissements ont été lancés à BP plus d'un an avant la catastrophe Deep Horizon que la zone des fonds marins choisis par les géologues BP était instable ou pire, dangereuse.

 

Ce qui rend l'emplacement choisi par Transocéan potentiellement beaucoup plus risqué que d'autres gisements de pétrole situés dans d'autres régions du Golfe peut se résumer en quelques mots : le méthane.

 

Le méthane qui rend l'extraction du charbon dangereux et entraîne des accidents miniers horribles dans les profondeurs de la terre peut également présenter un niveau élevé de danger pour certaines entreprises d'explorations pétrolières.

 

Il y a plus de douze mois, quelques géologues ont tiré la sonnette d'alarme en disant que la plateforme d'exploration Deep Horizon aurait pu être érigée directement sur un énorme réservoir souterrain de méthane. Des documents datant de plusieurs années indiquent que la formation géologique souterraine pouvait contenir la présence d'un gisement de méthane énorme. Un ingénieur a déclaré qu'un immense lac souterrain de gaz methane -comprimé par une pression de 100 000 livres par pouce carré- pourrait être libéré si BP forait à cet endroit.

 

La technologie actuelle ne peut pas contenir ce gaz à haute pression. Selon les estimations des géologues, les bulles toxiques piégées sous le plancher océanique s'étendrait de 15 à 20 miles. La destruction explosive de la tête du puits en eau profonde était un accident qui ne demandait qu'à se produire.

 

Pourtant, la catastrophe qui a suivi la destruction de la plateforme est dérisoire comparée à celle apocalyptique qui pourrait survenir.

 

Catastrophes en cascades

 

Selon les géologues inquiets, les premiers signes que le méthane peut éclater sont les fissures ou crevasses apparaissant sur le fond de l'océan près du puits endommagé.

 

Les preuves de ces fissures ont été capturées par les submersibles robotisés travaillents au fond de l'océan pour réparer et contenir la fuite. Des petits panaches indépendants sont également apparues à proximié du trou de forage lui-même.

 

Selon certains experts géologiques, l'opération de BP a mis en branle une série d'évènements qui peuvent être irréversibles. Etape par étape, l'équipe a commis erreur sur erreur.

 

L'explosion du puits a soufflé le plancher océanique catapultant un ruisseau de boue, le pétrole et le gaz à la vitesse grand V sur une longueur de huit miles.

 

La mort qui vient du fond

 

Avec l'émergence de preuves attestant de fissures, la crainte est que la bulle de méthane explose dans les eaux du Golfe. Si la bulle éclate, tout navire de forage ainsi que la structure de la région sera détruite. Tous les travailleurs, ingénieurs, gardes-côtes, biologistes marins périront instantanément.

 

Aussi horrible que cela soit, cette catastrophe égalerait le tsunami en Indonésie qui a tué plus de 600000 personnes ou la destruction de Pompéi par le Vésuve.

 

Pourtant ces catastrophes seront dérisoires à côté de celle qui pourrait advenir. Les énormes réserves de gaz exploseront avec une telle fureur que cela sera similaire à l'éruption du mont St Helens, dans le Pacifique Nord-Ouest. Un geyzer de gas jaillira vers le haut et explosera propulsé par une force titanesque qui éclatera au travers des fentes et des fissures du plancher océanique.

 

Le nuage de méthane en plein essor jaillira à la surface, tuant tout ce qu'il touche, et provoquera une sorte de tsunami supersonique dont la vague déferlerait à la vitesse de 400 à 600 miles par heure.

 

Alors que toute la côte du Golfe est vulnérable, l'état le plus exposé à la fureur d'une onde supersonique serait la Floride située à cent pieds au-dessus du niveau de la mer.

 

Un tsunami supersonique balaierai littéralement tout Miami en quelques minutes. La perte de vies humaines serait instantanée et chiffrée par millions. Bien évidemment, les états du Texas, Louisiane, Mississipi, Alabama et de la région sud de la Géorgie auraient aussi des dizaines, voire des centaines de milliers de victimes.

 

Les pertes de biens seraietnt incalculables et la position des Etats-Unis comme superpuissance mondiale disparaîtrait dans un éclair... comme l'explosion du méthane.

 

Il y a eu voilà 55 millions d'années une exploisons de méthane qui a duré environ 100 000 ans, ce qui a causé une extinction de masse... 

 

 

  

 How the ultimate BP Gulf Oil "Spill" mega-desaster could kill millions

 

 

by Terrence Aym

 

 



More than 12 months ago some geologists rang the warning bell that the Deepwater Horizon exploratory rig might have been erected directly over a huge underground reservoir of methane.

  


Documents from several years ago indicate that the subterranean geologic formation may contain the presence of a huge methane deposit.

  


None other than the engineer who helped lead the team to snuff the Gulf oil fires set by Saddam Hussein to slow the advance of American troops has stated that a huge underground lake of methane gas—compressed by a pressure of 100,000 pounds per square inch (psi)—could be released by BP’s drilling effort to obtain the oil deposit.

  


Current engineering technology cannot contain gas that is pressurized to 100,000 psi.

  


By some geologists’ estimates the methane could be a massive 15 to 20 mile toxic and explosive bubble trapped for eons under the Gulf sea floor. In their opinion, the explosive destruction of the Deepwater Horizon wellhead was an accident just waiting to happen.

  


Yet the disaster that followed the loss of the rig pales by comparison to the apocalyptic disaster that may come.

  


A cascading catastrophe

 


According to worried geologists, the first signs that the methane may burst its way through the bottom of the ocean would be fissures or cracks appearing on the ocean floor near the damaged well head.

 


Evidence of fissures opening up on the seabed have been captured by the robotic submersibles working to repair and contain the ruptured well. Smaller, independent plumes have also appeared outside the nearby radius of the bore hole itself.

 


According to some geological experts, BP’s operations set into motion a series of events that may be irreversible.

 

Congressmen Henry Waxman, D-CA, and Bart Stupak, D-MI, in a letter sent to BP CEO Tony Hayward, identified 5 missteps made by BP during the period culminating with the explosion.

Waxman, chair of the Congressional energy panel and Stupak, the head of the subcommittee on oversight and investigations, said, "The common feature of these five decisions is that they posed a trade-off between cost and well safety."

 

The two Representatives also stated in the 14-page letter to Hayward that "Time after time, it appears that BP made decisions that increased the risk of a blowout to save the company time or expense."

Called by some insiders investigating the ongoing disaster a "perfect storm of catastrophe," the wellhead blew on the sea floor catapulting a stream of mud, oil and gas upwards at the speed of sound.

 

In describing the events—that transpired in a matter of seconds—they note that immediately following the rupture the borehole pipe's casing blew away exposing a straight line 8 miles deep for the pressurized gas to escape. The result was cavitation, an irregular pressure variance sometimes experience by deep diving vessels such as nuclear submarines. This cavitation created a supersonic bubble of explosive methane gas that resulted in a supersonic explosion killing 11 men and completely annihilating the drilling platform.

Death from the depths

With the emerging evidence of fissures, the quiet fear now is the methane bubble rupturing the seabed and exploding into the Gulf waters. If the bubble escapes, every ship, drilling rig and structure within the region of the bubble will instantaneously sink. All the workers, engineers, Coast Guard personnel and marine biologists measuring the oil plumes' advance will instantly perish.

As horrible as that is, what would follow is an event so potentially horrific that it equals in its fury the Indonesian tsunami that killed more than 600,000, or the destruction of Pompeii by Mt. Vesuvius.

The ultimate Gulf disaster, however, would make even those historical horrors pale by comparison. If the huge methane bubble breaches the seabed, it will erupt with an explosive fury similar to that experienced during the eruption of Mt. Saint Helens in the Pacific Northwest. A gas gusher will surge upwards through miles of ancient sedimentary rock—layer after layer—past the oil reservoir. It will explode upwards propelled by 50 tons psi, burst through the cracks and fissures of the compromised sea floor, and rupture miles of ocean bottom with one titanic explosion.

The burgeoning methane gas cloud will surface, killing everything it touches, and set off a supersonic tsunami with the wave traveling somewhere between 400 to 600 miles per hour.

While the entire Gulf coastline is vulnerable, the state most exposed to the fury of a supersonic wave towering 150 to 200 feet or more is Florida. The Sunshine State only averages about 100 feet above sea level with much of the coastline and lowlands and swamps near zero elevation.

 

Elevation map] A supersonic tsunami would literally sweep away everything from Miami to the panhandle in a matter of minutes. Loss of human life would be virtually instantaneous and measured in the millions. Of course the states of Texas, Louisiana, Mississippi, Alabama and  southern region of Georgia—a state with no Gulf coastline—would also experience tens of thousands, if not hundreds of thousands of casualties.

Loss of property is virtually incalculable and the days of the US position as the world's superpower would be literally gone in a flash...of detonating methane.

Report about the Late Paleocene Thermal Maximum (LPTM), which occurred around 55 million years ago and lasted about 100,000 years. Large undersea methane caused explosions and mass extinctions.

http://www.sciencedaily.com

 

This explores the controversial paper published by Northwestern University's Gregory Ryskin. His thesis: the oceans periodically produce massive eruptions of explosive methane gas.

 

outube videos discussing the underground methane deposit
http://www.youtube.com/watch?v =wki74yAYrqA&feature=related

http://www.youtube.com/watch?v =z4hfGY6i75w&feature=related

 

Source of this article: http://www.helium.com

Photo: http://senseofevents.blogspot.com

 

* This is controversial

 

Related: How the BP Gulf oil spill may create killer hurricanes

 

BP oil Spill Files (50 articles): http://www.internationalnews.fr/article-dossier-marees-noires-oil-spill-dossier-on-in-50269883.html

 

Url of this article: http://www.internationalnews.fr/article-how-the-ultimate-bp-gulf-oil-spill-mega-disaster-could-kill-millions-53122974.html

 

Sources : International News

 

Posté par Adriana Evangelizt 



Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans Océans menacés
commenter cet article
23 juillet 2010 5 23 /07 /juillet /2010 08:39

 La série noire continue. Et elle va continuer tant qu'ils ne cesseront pas de pomper du pétrole. Notre Terre est en ce moment très fragilisée. La moindre perforation du manteau peut engendrer des explosions de gaz. Notamment du méthane qui est en train de s'accumuler au fond des océans et sous terre, sous la pression grandissante de la lave qui se dissémine sur toute la planète afin que tous les volcans se rallument. Voilà où l'on en est. Le Serpent Ancien dont parlaient nos Ancêtres se prépare à encercler Dame Terre pour que le Boucler magnétique s'abaisse totalement, laissant ainsi libre-court à la FECONDATION COSMIQUE. Mais allez donc parler de ça aux ignares, aux incultes qui détruisent notre Jardin d'Eden et ignorent complètement le fonctionnement de notre Astre !

 

 

 

Explosion d’un pipe line en Chine : nouvelle marée noire !

 

 

 

 Voir le DIAPORAMA ICI...

 

 

 

La rupture d’un pipe-line a provoqué le 16 juillet une marée noire dramatique à Dalian, en Chine. Cette catastrophe a provoqué des dégâts irréversibles sur le littoral, avec d’importants dommages sur les écosystèmes marins et donc des conséquences dramatiques pour les populations locales, la pêche et le tourisme…

 

L’or noir fait toujours plus de victimes

 

S’il est encore trop tôt pour mesurer avec exactitude l’ampleur des conséquences, on sait déjà que celles ci auront un impact à long terme.


Greenpeace s’est rendue sur place pour y constater les dégâts et a été le témoin involontaire d’un drame. Deux des pompiers chargés de réparer l’une des pompes, ont été submergés par du pétrole lourd. Un pompier a pu être sorti de cette épaisse couche de pétrole, mais le second, porté disparu dans un premier temps, est décédé suite à sa chute.

 

Greenpeace demande au gouvernement chinois et aux industries responsables de ce nouveau désastre une évaluation complète des impacts sur l’environnement et la mise en place d’un plan d’actions pour en réduire les conséquences, autant que possible.

 

Sortons du pétrole!

 

Du Golfe du Mexique à celui de Dalian, l’exploitation des ressources fossiles a prouvé, de manière dramatique, ses limites environnementales et économiques.

 
Face à une telle urgence, une réforme en profondeur de notre système d’approvisionnement énergétique est nécessaire pour nous désintoxiquer du pétrole et des énergies fossiles ! Les gouvernants doivent faire le choix des filières renouvelables et de l’efficacité énergétique.

 

Sources GREENPEACE

 

Posté par Adriana Evangelizt  

 

 

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans Energie Fossile-Pétrole
commenter cet article
23 juillet 2010 5 23 /07 /juillet /2010 08:32

Il y a beaucoup de problème avec Over-blog en ce moment. Publier un artice devient un gros tour de force. Alors, vous allez voir des anomalies car depuis trois jours, ils sont incapables de trouver d'où vient le problème. On ne peut plus aligner les textes, plus se servir du trois-quart des fonctions.

 

 

 

Marée noire: l'arrivée d'une tempête va retarder

 

 le colmatage définitif du puits

 

 

L'arrivée imminente d'une tempête tropicale dans le golfe du Mexique a conduit jeudi à l'évacuation des hommes et équipements qui luttent contre la marée noire, retardant ainsi les opérations pour mettre un terme définitif à la pollution.

"En raison du risque que la tempête tropicale Bonnie fait peser sur la sécurité des quelque 2.000 personnes travaillant à la lutte contre la marée noire dans la zone du puits, nombre des bateaux et plateformes vont se préparer à évacuer", a indiqué Thad Allen, responsable des opérations de lutte contre la marée noire pour l'administration américaine, dans un communiqué.

 

"Cela inclut la plateforme de forage des puits de dérivation qui permettront de colmater définitivement le puits", a-t-il précisé.

 

Thad Allen a reconnu que cette évacuation pouvait "retarder les efforts visant à boucher définitivement le puits menés depuis plusieurs jours" mais, a-t-il ajouté, "la sécurité des personnes sur la zone est notre plus grande priorité".

 

L'évacuation de tous les bateaux et ingénieurs qui s'activent pour mettre en oeuvre les solutions destinées à boucher définitivement le puits endommagé -- le forage de deux puits de secours et une opération consistant à injecter un mélange de matières liquides et solides puis du ciment directement dans le puits -- retarderait de deux semaines ces travaux, avaient indiqué précédemment les autorités américaines.

 

Le dispositif, mis en place il y a une semaine et qui a permis de stopper provisoirement le flot de pétrole, pourra par contre rester en place et ainsi éviter une aggravation de la pollution, a indiqué Thad Allen.

 

L'amiral des garde-côtes Paul Zukunft avait annoncé dans la matinée une évacuation partielle de la flottille.

 

Le dispositif ayant bouché provisoirement le puits a déjà permis la raréfaction du brut dans le Golfe: les autorités américaines et BP qui récupéraient jusqu'à il y a quelques jours 25.000 barils de brut quotidiennement à la surface des eaux n'en ont collecté mercredi que 56 barils.

 

L'agence océanique et atmosphérique américaine (NOAA) a d'ailleurs annoncé jeudi la réouverture à la pêche d'un tiers de la zone du golfe du Mexique fermée après le début de la marée noire fin avril.

 

Et la Maison Blanche a indiqué que le président Barack Obama, son épouse Michelle et leurs deux fillettes se rendront en vacances en Floride le week-end du 14 août pour montrer leur solidarité avec les habitants des zones touchées.

 

Une étude publiée jeudi souligne que la marée noire pourrait faire perdre 22,7 milliards de dollars en recettes touristiques aux cinq Etats américains riverains dans les trois prochaines années.

 

Mais la marée noire modifie aussi un peu plus chaque jour les habitudes et pratiques du secteur pétrolier. Quatre grands groupes, les américains ExxonMobil, Chevron, ConocoPhillips et l'anglo-néerlandais Shell ont ainsi décidé de consacrer collectivement un milliard de dollars à la préparation d'un système de réponse commun aux futures éventuelles marées noires.

 

Un juge américain a aussi ordonné l'arrêt de travaux d'exploration offshore de pétrole et de gaz au large de la côte nord de l'Alaska, estimant que les études environnementales sur les conséquences de ce projet n'étaient pas suffisantes.

 

Les moratoires sur les forages en eaux profondes instaurés par l'administration Obama ont par ailleurs mis un coup d'arrêt quasi complet à l'exploration pétrolière dans la zone, ont indiqué des responsables de la Louisiane.

 

Ainsi, seuls quatre permis pour des forages en eaux peu profondes ont été délivrés depuis l'instauration du premier moratoire fin mai, contre 14 permis en moyenne par mois auparavant.

 

Sources AFP

 

Posté par Adriana Evangelizt

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans Energie Fossile-Pétrole
commenter cet article
20 juillet 2010 2 20 /07 /juillet /2010 09:18

 

 

 

 

La Chine fait face aux pires inondations depuis dix ans

 

 

 

Au moins 123 personnes ont été tuées ou sont portées disparues dans deux provinces chinoises depuis le 15 juillet à la suite d’inondations et de glissements de terrain, a-t-on appris lundi. Ces catastrophes ont été provoquées par des pluies torrentielles.

 

Huit personnes sont mortes et 57 sont portées manquantes après des glissements de terrain survenus dimanche à Ankang dans la province du Shaanxi au nord-est du pays, a indiqué le gouvernement.

 

Dans cette localité, la rivière Han a atteint des niveaux inégalés depuis 50 ans à la suite de précipitations qui se sont abattues vendredi, entraînant l’évacuation de plus de 100’000 habitants. Dans la province voisine du Sichuan, deux affluents du Yangtsé ont dépassé de neuf mètres les niveaux d’alerte et inondé de nombreuses localités.

 

La télévision d’Etat a diffusé des images montrant des cours d’eau déversant des flots boueux sur les zones urbaines voisines, contraignant les habitants à trouver refuge dans les étages supérieurs des immeubles.

 

Au total, 123 personnes sont mortes ou disparues dans le Shaanxi et le Sichuan depuis jeudi, selon le ministère des Affaires civiles. Plus de 700’000 personnes ont en outre été évacuées.

 

Pas vu depuis dix ans

 

La Chine est confrontée depuis deux mois aux pires inondations depuis une décennie, alors que les niveaux d’alerte des lacs, des rivières et de certaines portions du plus grand fleuve de Chine, le Yangtsé, ont été dépassés.

 

Selon les médias locaux, les eaux du Yangtsé ont déjà franchi leurs niveaux de 1998, lorsque 4150 personnes avaient péri et 18 millions d’autres avaient été évacuées.

 

Les abondantes précipitations pourraient également s’avérer dangereuses en accentuant la pression sur le barrage hydroélectrique des Trois-Gorges, construit sur le fleuve Yangtsé dans la province du Hubei, a souligné le quotidien officiel “China Daily”.

 

Selon le dernier bilan officiel arrêté au 13 juillet, 13’567 personnes sont mortes et 251 ont disparu dans des inondations depuis début 2010.

 

Sources : Romandie

 

Posté par Adriana Evangelizt

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans DELUGE-INONDATIONS
commenter cet article
20 juillet 2010 2 20 /07 /juillet /2010 08:42

 Ils auraient creusé ce puits sur un volcan. Voyez la video ci-dessous...

 

 

 

 

Marée noire: Fake?

 

 

 

Le désastre dans le Golfe du Mexique est plus qu’une opération sous faux drapeaux, c’est une illusion. Ce que je suis sur le point de révéler sera oublié et la mascarade continuera. Je n’écris pas pour jouer, attirer l’attention ou délirer, mais pour dénoncer la plus grosse arnaque du 21ème siècle, et pour soulager quelques cœurs lourds. Il n’y a pas besoin de craindre cette opération mise en scène. Je ne peux révéler mes sources, qui viennent des hautes sphères, mais j’espère que ce que j’écris vibrera dans le cœur des lecteurs comme étant la vérité

La plupart des informations que je présente ici ne peut pas être aisément et rapidement vérifiée, car elles sont juste des ouï-dire, provenant d’anonymes via internet.

Le gouvernement, les compagnies, et les gens qui se trouvent derrière ont pris toutes les précautions pour s’assurer que la vérité ne sorte pas.

Il y a des raisons pour lesquelles les plages sont gardées par des compagnies de surveillance privées, s’assurant que personne n’accède au pétrole sur la côte. C’est pour cela que le survol en avion est interdit au dessus du Golfe du Mexique, et que les militaires ont bouclé la zone. C’est également la raison pour laquelle le puit semble si différent sur toutes les vidéos diffusée par BP.

Sans ces mesures de contrôle l’illusion ne marcherait pas.

Dans ce post je voudrais donner quelques indices menant a la vérité, d’ou vous pourrez constater qu’un truc est tombé à la mer : Le bon sens.

Le fuite de pétrole s’échouant sur les côtes ne proviennent pas de BP Deep Horizon. Elles proviennent de puits voisins, qui fuyaient déjà de par leur conception. Ces puits peuvent été géo localisés par une simple recherche sur le net. Vous remarquerez qu'une grande partie du pétrole est en fait sous la forme de goudron. Des boules de goudron ; dont pour certaines le poids dépasse la tonne.

http://geology.about.com/cs/volcanology/a/aa051604a.htm

Depuis le début, BP, Halliburton, et leurs complices savaient ou ils foraient. Utilisant du matériel spécialisé, comme le bateau allemand RV Sonne, ils avaient une carte détaillée du fond de l’océan. Le bateau et un groupe de scientifiques, depuis 2005, dans le Golfe du Mexique : C’est le point de départ de ce qu’il se passe dans le golfe , voici un lien (en anglais) vers les résultats de l’étude : http://geology.about.com/cs/volcanology/a/aa051604a.htm

Un autre aspect de ce que l’on m’a dit est que BP, Haliburton et leurs complices ont foré intentionnellement au milieu d’un côté de ce volcan d’asphalte. De ce que j’ai compris, c’est ‘effet bouteille de soda’. S’ils avaient foré au sommet du volcan, alors tout le gaz se serait échappé, et aurait explosé comme du liquide carboné embouteillé. Le fait de forer dans le côté permet un contrôle sûre de l’échappement de gaz, de goudron, d’asphalte liquide et d’autres composés gazeux. Ce n’est plus ou moins qu’une évacuation contrôlée, presque naturelle en fait !

Le volcan asphaltique est une situation gagnant-gagnant pour cette opération sous faux drapeau : Cela est la meilleure illusion possible envers toutes les parties extérieures. Non seulement les conspirateurs ont besoin de tromper le grand public, mais aussi l’industrie pétrolière et la communauté scientifique.

Le public est aisé à tromper, mais cela demande plus d’efforts pour les deux autres groupes, c’est la raison principale pour laquelle les compagnies de surveillance privées et les militaires ont isolé le Golfe du Mexique. N’importe qui connaissant bien cet évènement, sait qu’il est entouré d’histoires et d’accusations de négligence.

Cette illusion semble crédible pour les observateurs extérieurs, une explication est plus facile à croire quand on évoque l'erreur humaine ou l'incompétence.

Les conspirateurs savaient que la pression produite par le volcan soufflerait même de meilleurs équipements. C’était la deuxième stratégie pour tromper les autres experts du métier.

Tous les experts et la communauté scientifique ne savent que ce qu’on leur dit, c'est-à-dire qu’il y a un puit percé sur une énorme poche d’hydrocarbure sous haute pression. Même pour un œil entrainé, cela apparait comme une fuite massive de pétrole, alors qu’en fait il s’agit d’un évènement contrôlé.

En regardant les vidéos ou les émissions en direct, cela semble horrible, et très inquiétant, mais après un examen plus approfondi, il s’agit d’une « Fumée Noire «, remarquez comme les preuves sont construites, la vidéo , je le suspecte à cause de la vidéo ci-dessous. La voix off dit juste qu'il s’agit d’un volcan ! Mais ce ne sont pas des flammes. Dans le lien ci-dessus, on voit un mélange de gaz, en particulier du souffre, et du fer qui créent un effet de flamme.

 

 


Depuis la diffusion de cette vidéo, plusieurs vidéos se sont avérées être fausses ou trafiquées.

Une illusion est seulement aussi bonne que son maillon le plus faible. Toutes les preuves venant du gouvernement et des compagnies sont truquées. Dans le cas de cet évènement mis en scène et contrôlé, le maillon faible est le pétrole, ou plutôt le goudron qui peut être retrouvé. Comme je l’ai dit, la majorité du pétrole observé est plutôt du goudron que du pétrole brut. En mer, près du site de forage Deep Horizon, les crevettiers sont employés pour rassembler le pétrole/goudron et y mettre le feu. Il y a de nombreux feux géants dans le golfe, la raison est qu’il faut cacher les preuves.

Le goudron issu du volcan d’asphalte est naturellement couvert avec des microbes mangeurs de pétrole, et d’autres gardiens naturels produits par Mère Nature, Ces organismes ne sont pas présents dans le pétrole ordinaire, mais communément dans les volcans asphaltiques, et des grands flux de goudron dans le fond du Golfe du Mexique.

Pour continuer avec le volcan asphaltique, comme situation gagnant-gagnant , c’est la lourdeur du goudron. Lire l’article dont le lien se trouve ci-dessus, le goudron va s’accrocher au pétrole plus léger, et tomber au fond de l’océan, bientôt. Les microbes et micro organismes qui apparaissent suite à cet évènement vont se multiplier, ils vont non seulement manger le goudron, mais aussi le pétrole relâché sous contrôle dans le golfe.

Nous avons tous vu les images des plages peu recouvertes de pétrole mais avec des boules de goudrons de tailles variables. Nous avons remarqué que les barrages ne sont pas reliés entre eux. Nous avons entendu des témoignages de première main de lavages truqués des plages. Aussitôt qu’une conférence de presse ou un évènement médiatique a lieu, BP arrête de travailler. La raison en est simple : Ce n’est pas qu’ils s’en fichent, mais ils savent déjà ce qui va arriver, le pétrole va se décomposer, être assimilé par des organismes et tomber sur la couverture naturelle de goudron dans le fond du Golfe du Mexique.

Quel bénéfice tirer de cette arnaque? L’argent et le contrôle de la population, lisez ceci (en anglais):
http://theintelhub.com/2010/06/18/gulf-

Si vous êtes toujours en train de lire cette article, et même de commencer à saisir le sinistre de la fraude, vous réaliserez que l’on a pas du tout besoin d’utiliser du corexit9500 ou aucun autre dispersant de pétrole.

Evergreen/CIA les épandent pour massacrer la population vivant autour du Golfe.

Cette région côtière du Texas à la Floride a la plus importante population à éliminer par le gouvernement US et les compagnies. Cette population vit largement de l’aide sociale (une majorité d’afro américains) et les retraités vivant de la Sécurité Sociale (en particulier en Floride). Ces gens vont commencer à tomber comme des mouches les années qui viennent et réduire considérablement le fardeau pour les coffres du gouvernement.

Ce n’est pas la fin de la chaine alimentaire, de la mort des océans, ou comme certains l’ont dit, de l’extinction d’espèces, c’est juste mauvais pour la population ciblée.

Les bénéfices financiers de cette fraude sont évidents.

Premièrement, le président Obama (remarquez qu’il n’est pas très inquiet, réfléchissez- y) vient juste de le rappeler, ils utilisent cet opération sous faux drapeau pour faire avancer la taxe carbone, suivie du Cap and Trade (Mécanisme visant à instaurer des titres de pollution facilement échangeables et destinés à lutter contre la pollution dans le monde.)

Une autre source de revenu est le nettoyage de cette catastrophe, les bateaux ne tournent pas en rond dans le golfe gratuitement.

Autre chose, les banques vont demander le remboursement des prêts restant accordés pour l’achat des propriétés le long du Golfe, et sur la péninsule de Floride.

Vous vous souvenez de Katrina ? Ils n’ont jamais rendu les terrains, mais vendu aux casinos et à d’autres business. Presque toutes les propriétés situées le long des plages vont finir aux mains des banquiers, et du gouvernement.

Ils vont faire durer la catastrophe quelques années et expliquer la mystérieuse disparition du pétrole par la gentillesse de Mère Nature.

Les effets secondaires de cette fraude sont négligeables, dans les yeux de ses perpétrateurs, ils ont fait une faveur à la nature. Ils ont ouvert un volcan asphaltique depuis le côté, et le refermeront dans quelques mois en équilibrant la pression. L’équilibrage de la pression viendra par deux puits de décharge, qui ne sont pas des puits mais des bouches d’aération.

Cela dit, je n’ai aucune idée de l’excuse qu’ils vont employer, mais la fuite va cesser, j’ai dit cesser, pas ralentir. Souvenez vous, tout ce qu’ils ont fait est d’aider la nature à accomplir quelque chose de tout à fait commun, qui arrive régulièrement dans le fond du Golfe du Mexique.

Sources
Le blog des Enculuminés

 

 

Posté par Adriana Evangeliz t

Repost 0
20 juillet 2010 2 20 /07 /juillet /2010 08:25

Les perfides vicieux de chez BP continuent de mentir. Ils disenty qu'ils ont arrêté l'écoulement du puits mais ils craignent que "le pétrole comprimé ne finisse par ouvrir des brèches". Il y a longtemps que les brèches sont ouvertes et qu'il y a des fuites ailleurs. Mais avec leur système, ils vont en ouvrir d'autres. Car la pression excercée par le pétrole contenu va forcément faire éclater l'écorce terrestre. Ainsi ils ont observé plusieurs anomalies, donc des fuites autour du puits et bien plus loin encore. Mais ils disent que cela n'a aucune incidence et que ce n'est pas lié au puits dont BP a la gestion. Alors que bien évidemment, tout est lié. Je pose un article en suivant et les infos d'Enlil à qui je dis un grand merci pour ses recherches et ses traductions. Merci mon Ami...

 

 

 

 

Marée noire: BP autorisé à maintenir le puits fermé

 

pendant encore 24 heures

 

 

 

Le gouvernement américain a autorisé lundi BP à maintenir fermé pendant encore 24 heures le puits de pétrole dans le golfe du Mexique, alors que le pétrolier a indiqué qu'il étudiait une nouvelle piste pour définitivement boucher le puits.

 

BP mène depuis jeudi des tests sur le puits, qui ont permis d'enfin arrêter l'écoulement quotidien de millions de litres de brut dans le Golfe. Mais la crainte est que, emprisonné dans le puits, le pétrole comprimé ne finisse par ouvrir des brèches.

 

En parallèle, BP a dit lundi étudier une nouvelle solution pour définitivement boucher la fuite: l'injection d'un mélange d'eau et de matières solides dans un conduit menant au puits, puis la cimentation de celui-ci.

 

Cette opération, baptisée "static kill", ressemble à celle tentée fin mai, mais BP estime que ses chances de réussite sont cette fois-ci plus élevées car le pétrole a cessé de s'écouler.

 

Une décision sur cette éventuelle solution devrait être prise "dans les deux prochains jours", a indiqué Kent Wells, vice-président de BP.

 

Si cette opération était effectivement mise en oeuvre, elle le serait bien avant que soient finis deux puits de dérivation qui doivent permettre de combler de manière définitive le puits principal, fin juillet.

 

Par ailleurs, trois anomalies décelées sur et autour du puits responsable de la catastrophe n'ont pour l'instant aucune "incidence" sur les opérations, a indiqué Thad Allen lundi lors d'une conférence de presse.

 

Une "fuite" observée à trois kilomètres du puits dimanche "n'est pas liée" au puits exploité par BP, a-t-il précisé.

 

"Plusieurs anomalies" ont aussi été observées "dans un rayon de quelques centaines de mètres" du puits, et les ingénieurs ont remarqué "des bulles" s'échapper de l'entonnoir installé pour contenir le pétrole.

 

Selon Thad Allen, le groupe britannique a été autorisé à maintenir le puits fermé après qu'une équipe d'experts fédéraux a reçu "l'engagement de BP à respecter ses obligations en matière de surveillance".

 

Dimanche, BP avait fait savoir que le puits pourrait rester fermé jusqu'à ce qu'il soit définitivement bouché.

 

Malgré l'arrêt de la fuite, la marée noire, provoquée par le naufrage le 22 avril de la plateforme pétrolière Deepwater Horizon, continue d'empoisonner la vie des habitants des Etats touchées, Texas, Louisiane, Mississippi, Alabama et Floride.

 

Kenneth Feinberg, chargé de la gestion du fonds d'indemnisations versées aux victimes, a indiqué que l'interruption de l'écoulement de brut va permettre d'accélérer les procédures de dédommagement, l'ampleur des dégâts occasionnés devenant plus facile à déterminer.

 

Les professionnels touchés doivent maintenant décider d'accepter les compensations de ce fonds ou de poursuivre les entreprises responsables en justice.

 

"Je serai bien plus généreux que n'importe quel tribunal et ceci sans frais d'avocats", a souligné M. Feinberg.

 

La catastrophe a coûté à BP près de 4 milliards de dollars jusqu'ici en frais divers, y compris les dédommagements déjà versés.

 

L'arrêt de la fuite va aussi permettre à l'association Greenpeace d'envoyer un bateau dans le golfe du Mexique pendant trois mois, à partir du 9 août, afin d'évaluer "l'impact réel" de la pire marée noire de l'histoire des Etats-Unis sur la faune et la flore.

 

Sources AFP

 

Posté par Adriana Evangelizt

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans CONSEQUENCES DES CATASTROPHES
commenter cet article
18 juillet 2010 7 18 /07 /juillet /2010 20:50

Ce que vivent ces malheureux Haïtiens est tout simplement abominable. On leur a promis des milliards mais six mois après l'horrible drame,  seulement 2% ont été versés et ils survivent dans les conditions les plus sordides, tandis que l'élite négrière continue de pavoiser dans ses palaces, loin des miasmes de la misère et de la promiscuité. Mieux, ils font désormais payer l'eau à ces pauvres gens car la donner gratuitement nuit à l'économie du pays ! Y-a-t-il plus abject que cette caste de rapaces ? Plus détestable ? Plus méprisable ? J'aimerai être comme Yeshoua devant les Pharisiens, peut-être en pire, pour leur dire ce que je pense de leur abjection. Ceux-là aussi quand ils vont crever, la surprise va être de taille. Ils pourront contempler leurs oeuvres renvoyées par leur Conscience. Ils verront défiler leurs coupes de champagnes, leurs limousines, leurs valises remplies de billets et de lingots d'or mais aussi les visages faméliques de leur Peuple mourant de misère sous leur oeil impassible. Ces individus sans scrupules qui s'enrichissent sur le dos des plus déshérités sont si ignobles qu'ils m'en donnent la chair de poule. Maintenant, ils envoient des milices armées pour déloger les réfugiés manu-militari parce qu'ils occupent des terrains qu'ils veulent vendre. Pour se conduire de la sorte, il ne faut pas avoir grand-chose ni dans la Conscience, ni dans l'Âme, ni dans le Coeur, à mettre dans le même panier que ceux qui détruisent les maisons des Palestiniens pour leur voler la terre. Tous ces tristes sires sont dans la régression totale. Aucun sens des valeurs. Aucun sens de l'Honneur. Aucun Principe. Aucune Morale et aucune Moralité. Si vous relisez attentivement l'Ancien Testament, vous voyez que justement Yahweh détruit tout lorsqu'il voit que les humains sont devenus mauvais au possible. On y est en plein dedans. Ceci signifie que le délitement moral de l'Humanité ne date pas d'aujourd'hui. Et que cela produit à chaque fin de Cycle précessionnel soit tous les 25920 ans. Depuis des centaines de milliers d'années, aucun progrès n'a été réalisé. Même les plus grandes civilisations avant la nôtre -comme les Atlantes- ont un jour pris la Mauvaise Voie. Ils furent aussi comme les négriers de notre temps. Mais tous les négriers d'aujourd'hui ignorent que demain ils seront les esclaves des autres... selon la Loi de Causes à Effets...

 

  

 

 

 

La détresse et la lutte: six mois après le tremblement de terre à Haïti

 

 

 

 

Six mois après qu’un tremblement de terre a détruit une grande partie d’Haïti et fait plus de 300.000 morts, il n’y a eu guère de changement pour les survivants. Malgré les promesses faites par les Nations Unies et les grandes puissances, en particulier les Etats-Unis, très peu d’aide est parvenue à Haïti.

 

Des milliards promis lors de diverses conférences accompagnées d’un énorme battage médiatique seuls 2 % ont été effectivement versés.

 

L’ampleur des dégâts causés par la pire catastrophe naturelle du XXIème s. dépasse l’imagination. Le nombre de morts est supérieur à 300.000 et, selon certaines estimations, s’élèverait à près de 500.000, sur une population totale de 8 millions – la pire catastrophe connue en matière de proportion de la population. A l’échelle d’un pays comme les Etats-Unis, cela correspondrait à 10 à 20 millions de morts.

 

Pratiquement toutes les morts ont été provoquées par l’effondrement des maisons et d’autres immeubles dans les centres-villes d’Haïti, en particulier les taudis surpeuplés de Port-au-Prince, la capitale.

 

Selon une enquête, quelque 188.000 maisons ont été touchées, parmi lesquelles 105.000 ont été complètement détruites, ainsi que 1.300 écoles, 50 hôpitaux, le palais présidentiel, le parlement et le port de Port-au-Prince.


Environ 25 millions de mètres cubes de gravats, constitués en majeure partie de béton et de barres d’acier, restent le principal obstacle physique à la fois à la reconstruction et à la vie quotidienne. Moins de 5% ont été dégagés depuis le séisme et les débris continuent de bloquer les rues et les routes et envahissent une grande partie de la surface au sol des bidonvilles qui entouraient naguère Port-au-Prince.

 

Quatre rapports publiés au cours du mois dernier parlent de l’accroissement de la crise à Haïti.

 

Un rapport de l’ONU publié le 19 juin indique que 1,5 million de personnes vivent dans plus de 1200 camps de toile, principalement autour de Port-au-Prince. Ce rapport souligne qu’avec le début de la saison des ouragans le 1 juin, ceux qui vivent dans des abris précaires sont particulièrement en danger, surtout ceux qui sont installés dans des régions côtières à basse altitude ou le long de ravins qui risquent de se transformer en torrents déchaînés en cas d’orage.


Un rapport de la commission des affaires étrangères du Sénat aux Etats-Unis publié le 29 juin indique que le relogement des réfugiés est le problème majeur, les plans des transferts depuis les tentes jusqu’à des structures plus solides n’étant actuellement qu’à “l’état d’ébauche”.

 

Le rapport explique: “alors que de nombreuses priorités en matière de secours d’urgence ont été prises en compte, des signes inquiétants montrent que la reprise et la reconstruction à plus long terme sont en recul“.

 

Ce rapport du Sénat dénonce à la fois les donateurs internationaux qui n’ont versé que 2% des 5,3 milliards de dollars promis et les membres du gouvernement haïtien, qui y sont décrits comme “paralysés devant les décisions à prendre”.


La commission pour la reconstruction présidée à la fois par le premier ministre haïtien, Jean-Max Bellerive, et l’ancien président US Bill Clinton, a, selon le rapport de la commission du Sénat US, “la capacité de freiner les opérations de façon considérable à cause des lourdeurs bureaucratiques à un moment où Haïti ne peut pas se permettre d’attendre”. Cette commission n’a tenu sa première réunion que le 17 juin, soit plus de cinq mois après le tremblement de terre.


Un bilan publié par l’association humanitaire “Médecins Sans Frontières” , daté de juillet 2010, indique que le séisme a détruit 60% des centres de soins, parmi lesquels le seul centre de médecine d’urgence pour le traitement des traumatismes, et que 10% du personnel a soit péri dans le séisme soit quitté le pays après cela.

 

Le rapport constate une amélioration importante de la distribution d’urgence des soins, des vivres et d’eau résultant de la vague sincère d’empathie internationale à l’issue du tremblement de terre, mais une aggravation des problèmes d’installations sanitaires et de logement. Il n’y a qu’une décharge pour la capitale de plus de 3 millions d’habitants et “elle déborde presque”.

 

Les camps de fortune qui se sont multipliés partout sont transformés en égouts à ciel ouvert avec la saison des pluies qui a débuté en mai.

 

“La principale menace qui pèse sur les conditions de vie des habitants est de loin l’incapacité des autorités à fournir un logement correct et en dur”, déclare l’association. “Les tentes et les abris en draps ne devaient être qu’une solution très temporaire. Ils peuvent tenir six mois maximum … les tentes commencent à se détériorer et la pluie révèle le problème.”

 

Les centres médicaux n’étant plus submergés par les milliers de victimes souffrant de traumatismes et de blessures, leurs patients ont été remplacés par le flux “normal” de malades d’un pays excessivement pauvre. Les infections et les parasites intestinaux font aujourd’hui partie des affections les plus courantes.

 

Les soins médicaux pour les femmes sont particulièrement problématiques , l’espérance de vie des femmes étant d’à peine 58,8 ans à Haïti, et la mortalité maternelle de 630 décès pour 100,000, 50 fois plus élevée qu’aux Etats-Unis.

 

Le tremblement de terre a occasionné des traumatismes psychologiques autant que physiques. “Beaucoup de gens qui ont survécu à la chute d’immeubles il y a six mois, ont encore trop peur pour aller chercher refuge dans les ruines”, poursuit le rapport. “Les secours d’urgence ont sauvé la vie des gens, mais cela n’allège pas les souffrances les plus terribles. Les conditions de vie sont rudimentaires et le degré de frustration s’accroît”.

 

Alors que des millions de personnes ont subi des traumatismes profonds – la perte de proches, la destruction de leur maison, les blessures physiques graves, les amputations – il y a moins de 10 psychiatres en exercice dans tout le pays.


Selon le coordonnateur haïtien de l’association, “il y a un fossé énorme entre le zèle déployé et les promesses d’aider les victimes du séisme des premières semaines et la sordide réalité sur le terrain six mois plus tard”. Un rapport de la Croix Rouge britannique, paru le 8 juillet, explique que six mois après le tremblement de terre, ce sont toujours les organisations humanitaires qui fournissent la majorité de l’eau potable et les installations sanitaires, ce qu’ils ne pourront pas faire indéfiniment. “Nous dépensons toute notre énergie à simplement limiter les dégâts, au lieu de résoudre les problèmes“, dit Alastair Burnett, directeur des opérations du groupe.

 

Même avant le tremblement de terre, les installations sanitaires à Haïti étaient parmi les pires au monde, seulement 17% de la population ayant accès à des toilettes, des conditions qu’on ne retrouve qu’en Somalie, pays dévasté par la guerre.

 

Montée des tensions sociales

 

Plusieurs rapports cités ci-dessus signalent des tensions sociales à Haïti,une minuscule classe dirigeante immensément riche cherche à garder la mainmise sur la société.

 

L’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM), une organisation de l’ONU dont la mission est de loger les réfugiés, tente d’arbitrer les conflits croissants provoqués par les propriétaires de terrains qui veulent chasser les réfugiés de leur propriété pour pouvoir construire ou revendre leurs terrains. Parmi les 1200 camps minimum, seuls 206 sont reconnus officiellement et protégés.

 

Les autres risquent des expulsions manu militari.

 

Le “Christian Science Monitor” décrit une de ces confrontations dans son numéro du 2 juillet:


Ralph Stevens Stephen, filleul du propriétaire d’un domaine dans le quartier Delmas de Port-au-Prince, utilisé comme camp de réfugiés officieux depuis janvier, s’est récemment rendu au camp avec 10 hommes armés vêtus d’uniformes de policiers pour chasser les 178 personnes sans abri installées là-bas.

 

Un des résidents, Oxeana Ismael, raconte que des hommes armés sont venus un jour – sans badge officiel et dans des voitures banalisées – pour les menacer de revenir avec des gaz lacrymogènes si les sans–abri ne partaient pas d’ici quinze jours.

 

Leonard Doyle, porte-parole d’OIM, raconte au journal qu’il connaissait une trentaine de camps qui avaient été évacués de force ou qui risquaient de l’être d’un moment à l’autre.


Dans son rapport, Médecins Sans frontières signale que:

“la frustration et la colère montent parce qu’il y a eu trop peu de changements dans les conditions de vie depuis le tremblement de terre”. Un des incidents qui a déclenché l’indignation, c’est le passage de la distribution d’eau gratuite au cours des trois premiers mois à un système payant, “ce qui met à plus rude épreuve encore tous ces gens sans emploi et sans revenus”.

 

Selon une tribune libre, publiée le 25 juin par le Los Angeles Times et écrite par Thomas Johnson, coordinateur de l’aide humanitaire de l’organisation danoise DanChurchAid, la décision de mettre un terme à la distribution gratuite d’eau est venue à la suite de pressions sur le gouvernement haïtien par les classes dominantes locales.

 

Il écrit:

 

les riches hommes d’affaires haïtiens veulent savoir où sera réalisée la reconstruction. Un de mes amis m’a raconté un incident absurde lors d’une réunion récente d’un certain nombre d’organisations humanitaires avec le président Rene Préval. Le président, m’a expliqué mon ami, a annoncé qu’il venait de recevoir sur son blackberry un message du propriétaire d’une des compagnies privées de distribution d’eau d’Haïti. Cet homme s’inquiétait de ce que les organisations humanitaires distribuaient de l’eau gratuitement aux réfugiés dans les camps et disait que cela allait ruiner l’économie. Personne dans la salle n’a su quoi répondre”.

 

L’article de Johnson décrit de façon vivante les conditions dans la capitale:

 

“En plus de 10 ans de travail humanitaire de secours d’urgence, je n’ai jamais vu de camps comme ceux de Port-au-Prince. Les normes internationales qui définissent les droits des personnes à la suite d’une catastrophe ne sont en aucune façon respectées. A Haïti, les camps sont surpeuplés d’une façon qui dépasse l’imagination, avec des tentes délabrées qui se touchent et qui sont installées sur tous les mètres carrés d’espace disponible.


“Avec la saison des pluies, la surpopulation et les toilettes publiques surchargées suscitent de grandes inquiétudes quant au risque d’une épidémie de choléra. Les tentes elles-mêmes sont un vrai bazar. “Les premières tentes bricolées par les familles ont été complétées par des bâches de plastique fournies par les organisations internationales. Mais cette installation précaire ne résistera jamais à un ouragan. Si un ouragan venait à toucher Port-au-Prince on ne pourrait se livrer qu’à des approximations quant au nombre de morts.


“Il n’y aurait aucun endroit dans la ville où les réfugiés pourraient aller se mettre à l’abri, la plupart des hôtels, des établissements publics, des écoles et des églises n’étant encore que des tonnes de gravats. Le déblaiement va sans aucun doute prendre du temps. Mais ce qui est choquant, c’est qu’il n’a même pas encore commencé. Sur les quatre jours que j’ai passés récemment à sillonner cette ville étendue et très peuplée, je n’ai vu qu’un seul tractopelle en action. “

 

Le coordonnateur de l’association humanitaire souligne le contraste qui existe entre l’ampleur des besoins sociaux et l’égoïsme de l’aristocratie au pouvoir:

 

“Parallèlement, alors que les Haïtiens ordinaires souffrent, les riches familles de Port-au-Prince continuent de vivre dans le luxe dans d’élégantes résidences bien au-dessus de cette étendue poussiéreuse. Ces familles se sont emparées des richesses d’Haïti voilà des générations, et beaucoup font des bénéfices actuellement grâce à la dernière tragédie de leur pays.

 

Toutes les organisations humanitaires ont besoin de voitures ou de camions, de logements, de bureaux, de hangars et de produits locaux, et ce sont les classes dominantes d’Haïti qui souvent fournissent tout cela. Les travailleurs humanitaires chevronnés connaissent bien ce phénomène: “Nos efforts pour aider les pauvres finissent également par rendre les riches encore plus riches”.

 

Les contrecoups politiques

 

Le gouvernement Préval est l’instrument de cette caste et veille à préserver les privilèges d’une poignée de millionnaires haïtiens. Son insensibilité aux souffrances de la population et son incompétence à organiser à la fois la distribution de l’aide humanitaire et la reconstruction sont notoires. Une de ses rares initiatives a été de solliciter 44 millions de dollars pour la construction d’une prison et pour équiper la Police Nationale d’Haïti (PNH), somme qui a été fournie par le gouvernement canadien.

 

En attendant le développement de la PNH, tristement célèbre pour son usage de la torture et les mauvais traitements qu’elle a infligés aux prisonniers sous diverses dictatures ainsi que sous des présidents élus comme Préval and Jean-Bertrand Aristide, la principale force de répression à Haïti reste la MINUSTAH, la force de maintien de la paix de l’ONU, qui a pris le contrôle du pays en 2004 à la suite de l’expulsion d’Aristide par une force expéditionnaire US.


Depuis la fin mai, ont lieu des affrontements entre la MINUSTAH et la population locale à Port-au-Prince. Les soldats brésiliens, chargés de la MINUSTAH, ont tiré en l’air des coups de fusils automatiques au cours de heurts avec des manifestants dans le quartier pauvre de Cité Soleil de la capitale haïtienne.

 

Les soldats de la MINUSTAH et la police d’Haïti ont envahi l’école d’Ethnologie de l’université publique d’Haïti à la suite d’une série de manifestations. Ils ont lancé des gaz lacrymogènes et tiré des balles de caoutchouc. Cette action a déclenché une manifestation le jour suivant où les principaux slogans étaient “A bas Préval” “A bas l’occupation”.


Les soldats de la MINUSTAH ont également tiré dans le camp de réfugiés du Champ de Mars, près du palais présidentiel, blessant plusieurs enfants et envoyant à l’hôpital plusieurs victimes des gaz lacrymogènes. D’après les chiffres qui ont été publiés, il y aurait jusqu’à 60,000 personnes installées près du Champ de Mars.


Le gouvernement Préval a programmé les élections présidentielles et parlementaires pour le 28 novembre, après avoir reporté à cause du séisme l’élection du parlement initialement prévue pour le 12 février.

 

Il est symptomatique que l’annonce des dates du scrutin ait été faite par Edmond Mulet, représentant civil de la MINUSTAH, et non pas par Gaillot Dorsinvil, président du Conseil Electoral Provisoire d’Haïti (CEP), l’institution chargée d’organiser les scrutins selon la constitution.

 

Aristide bénéficie encore d’un certain soutien populaire, malgré la politique en faveur des milieux d’affaires et des impérialistes qu’il a menée au cours de ses deux mandats présidentiels écourtés.

 

Comme il l’a fait tout au long de sa carrière politique, le président en exil cherche le soutien des Etats-Unis, et il y a peu de doute qu’il se consacre actuellement à mener en sous-main d’âpres négociations avec l’administration Obama.


Un des signes que le vent est en train de tourner, c’est que les manifestations de rue ont été appelées par Lavalas conjointement avec Evans Paul, ancien leader de l’opposition de droite à Aristide et favori de longue date de Washington.

 

En outre, Richard Lugar, président républicain de la commission des affaires étrangères du Sénat aux Etats-Unis, a incité publiquement le gouvernement haïtien à accepter que le parti Lavalas (qui soutient Aristide, NDT) participe aux élections de novembre.

 

Cette suggestion a été violemment rejetée par Préval, l’ancien collaborateur d’Aristide. Préval soutient l’interdiction de Lavalas, affirmant qu’il s’est formé à la suite de conflits entre factions au sein de ce parti.

 

 

Article original: “Suffering and struggle: Six months after the Haitian earthquake”, par Patrick Martin, publié le 10 juillet 2010, paru dans WSWS

 

Sources Signes des temps

 

Posté par Adriana Evangelizt

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans L'Esclavage des Peuples
commenter cet article
18 juillet 2010 7 18 /07 /juillet /2010 20:35

 Voilà un aperçu de ce qui attend les bénévoles qui ont nettoyé le crime de BP. Un empoisonnement certain. Déjà, ces criminels refusent de donner la composifion des dispersants, preuve qu'ils ont utilisé des produits chimiques hautement nocifs. Mais on peut bien se demander de quel droit ils refusent d'ailleurs de donner le noms de ces produits. On doit les assigner, point final. Ils n'ont pas à rechigner, pas à regimber et s'ils ne sont pas contents, on les envoie nettoyer à la place des bénévoles. Il est franchement inadmissible que l'on prenne des gants avec ces assassins de la planète et de son Humanité.

 

 

 

 

Marée noire : la plupart des “nettoyeurs”

 

de l’Exxon Valdez seraient morts

 

 

 

 

 

 

A l’heure où BP distribue les chèques aux volontaires de Louisiane disposés à l’aider à dépolluer les côtes souillées par sa marée noire, on apprend que la “plupart” des personnes qui ont participé au nettoyage de la pollution de l’Exxon Valdez seraient… mortes. A l’âge moyen de 51 ans !

 

Vous avez bien lu. Kerry Kennedy, fille de Robert F. Kennedy et présidente du très sérieux “RFK Center for Justice & Human Rights“, l’affirme à CNN (transcription) : “l’espérance de vie des personnes ayant participé aux opérations de dépollution de l’Exxon Valdez est de 51 ans. La plupart des gens [qui ont aidé] sont maintenant morts ! Pour rappel, l’Exxon Valdez est le nom du pétrolier américain qui s’échoua en 1989 sur la côte de l’Alaska, provocant une marée noire retentissante.

 

En cause, les dispersants (comme le Corexit 9 500) utilisés pour fluidifier la boue pétrolifère déversée en pleine mer. Ceux-ci se mélangent à l’eau et s’évaporent, intoxicant toute personne se trouvant à proximité. Certains prétendent que les vapeurs chimiques peuvent aussi retomber sous forme de précipitations toxiques.

 

Et pour notre catastrophe de Louisiane ? Nul ne sait ce qu’il en est réellement, car BP “se refuse à donner la composition des produits chimiques contenus dans les dispersants“. Problème : visiblement, un certain nombre de personnes commencent déjà à développer les “mêmes symptômes [pseudo-grippaux] que ceux apparus en Alaska“.

 

Pas franchement rassurant. Mais BP pourra se targuer de gérer la situation de main de maître : la firme distribue royalement des “bandages et de l’aspirine” ! Ouf. En plus, dans sa grande générosité, le pétrolier met à disposition des médecins maison. D’ailleurs, affirme l’experte, BP prévient les volontaires qu’ils “ne peuvent aller voir que ces docteurs [étiquetés] BP s’ils souhaitent être soignés“. Certainement parce que ce sont les meilleurs…

 

Tous les jours, de nouveaux malades se font connaître. Pour l’instant, aucun décompte officiel, mais les habitants des alentours ayant développé des symptômes respiratoires se compteraient par centaines. Une class-action vient d’ailleurs d’être ouverte contre BP à ce sujet.

 

MAJ 15h35 : Un petit complément, plutôt grinçant, de Greenpeace. La vidéo date de… 2004.

 

 

 Sources SIGNES DES TEMPS

Posté par Adriana Evangelizt

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans Energie Fossile-Pétrole
commenter cet article
18 juillet 2010 7 18 /07 /juillet /2010 20:10

 Un bateau du 18e siècle retrouvé sous Ground Zero. Ceci prouve les bouleversements terrestres de notre planète, bouleversements si intenses qu'ils recouvrent un port, des bateaux, des sites entiers. On peut dire sans se tromper que si on pouvait bouger les montagnes, remuer les mers, creuser à plus d'un km, on trouverait des vestiges de cités et des monuments datant de centaines de milliers d'années. Je suis même persuadée qu'avec ce que la Terre nous prépare, les soulèvements du sol qui vont se produire, des villes englouties voilà des millénaires vont refaire surface et dans quelques miliers d'années, les descendants des survivants penseront sans doute que ce sont leurs Ancêtres qui ont laissé des traces. Alors que nos traces à nous -s'il en reste- seront en dessous de nos Ancêtres à nous. Voilà comment les choses se passent. Et nos pauvres archéologues croient que les Pyramides de Gizeh ont cinq mille ans alors qu'elles en ont trois fois plus, au bas mot.

 

 

 

 

Un navire du 18e siècle sous Ground Zero

 

 

 

 

 

Des travailleurs sur le site du World Trade Center, à New York, s'affairaient jeudi à sortir de terre la coque d'un bateau en bois de plus de 10 mètres de long qui aurait apparemment servi au 18e siècle lors du remblaiement qui a permis l'extension de Lower Manhattan dans le fleuve Hudson.

Les vestiges devaient pouvoir être extraits d'ici la fin de la journée, a dit l'archéologue Molly McDonald. Elle a précisé qu'elle espérait pouvoir sauver au moins quelques poutres; on ne sait pas encore si des parties plus grandes du navire pourront être retirées intactes du sol.

 

L'excavation s'effectue à la main car les vestiges sont très fragiles, a dit l'archéologue. De la machinerie pourrait être utilisée plus tard dans le processus.

 

Mme McDonald et l'archéologue A. Michael Pappalardo se trouvaient sur le site des attentats du 11 septembre 2001 quand la découverte a été faite mardi matin.

 

Mme McDonald a expliqué mercredi avoir remarqué qu'une pelle excaveuse avait retiré des poutres incurvées du site. Les travailleurs ont rapidement découvert l'armature d'un navire, puis ont continué de déblayer pour finalement exposer jeudi la coque du bateau.

 

Des échantillons des poutres seront envoyés à un laboratoire qui les analysera par dendrochronologie, une méthode qui permet d'obtenir la datation de pièces de bois.

 

Les archéologues ont entamé une course contre la montre pour enregistrer et analyser le navire avant que son bois fragile, maintenant exposé à l'air libre, ne commence à se détériorer.

 

Sources :Cyberpresse

 

Posté par Adriana Evangelizt

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans Le Commencement de l'Humanité
commenter cet article
18 juillet 2010 7 18 /07 /juillet /2010 19:36

Un autre OVNI s'est manifesté en Chine le 13 juillet, après celui de Hangzhou. Ajoutons à celà les pluies lumineuses qui tombent du ciel, nous avons là tous les ingrédients pour une attaque extraterrestre de la Chine commanditée depuis Area 51 et associé à Haarp pour les effets spéciaux. Là, les "démoniaques" sont en train de nous préparer un gros coup. Et vous allez voir qu'ils ne vont pas frapper qu'en Chine. Nous allons avoir droit à plusieurs trucs bizarres à divers endroits au même moment. Ils vont essayer de stupéfier le monde et beaucoup de naïfs seront effectivement stupéfaits. Restons sur nos gardes les amis... si vous voyez des soucoupes volantes au-dessus de votre maison, des ET en descendre et vous inviter à les suivre, assurez-vous qu'ils ne portent pas un masque. Comme je le disais sur un autre blog, cette fois, ils ont prévu mieux que les wagons à bestiaux...

 

 

 

 

Après l’ovni de Xiaoshan les médias chinois signalent

 

une deuxième observation à Chongqing

 

 

 

Aera51, 18 juillet 2010

 

Des témoins l’ont encore vu hier (14 juillet 2010).

 

Aux alentours de 20 heures dans la soirée, un OVNI a été repéré planant au-dessus du parc de Shaping à Chongqing durant plus d’une heure. Des témoins oculaires ont décrit le  même ovni qui a causé la  fermeture de l’aéroport de Hangzhou Xiaoshan le 7 Juillet. Il est apparu exactement une semaine après le dernier, mais il a été observé dans un endroit différent.

 

Un témoin prénommé Chen a rendu compte aux médias.  » Je l’ai fixé et il n’a pas bougé », déclare Chen. « Après avoir tourné pendant une heure, la chose a commencé à voler plus haut,  et finalement hors de la vue des gens. »

Une enquête menée sur l’incident qui a causé la fermeture de l’aéroport la semaine dernière n’a rien donné. Une équipe d’ufologues de Shangaï et Pékin se sont rassemblés à Hangzhou pour aider à l’enquête. Quoique les experts ne reçoivent pas beaucoup de coopération de la part des responsables de l’aéroport. Les fonctionnaires répètent que les radars n’ont rien capté et refusent de remettre les images du 7 juillet 2010.

 

Source : http://tucsoncitizen.com/paranormal/2010/07/15/media-in-china-reports-second-ufo-sighting-in-chongqing/

 

Sources SIGNES DES TEMPS

 

Posté par Adriana Evangelizt

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans OVNIS-Apparitions-planetes-X
commenter cet article