Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Adriana Evangelizt
  • Le blog de Adriana Evangelizt
  • : La catastrophe planétaire qui s'est produite voilà 12 960 ans est en train de se reproduire mais nul n'en parle... il faut retrouver la Cosmogonie des Anciens pour Savoir.
  • Contact

L'Apocalypse est pour demain

 

 

 

 

Toutes les catastrophes dans le monde en temps réel

 

RSOE EDIS

 

Merci de soutenir ce blog...  

 

A notre époque, hélas... il est difficile pour les Chercheurs de Vérité de ne vivre que des "dons du Ciel" ils sont obligés de faire appel au Mécénat Populaire... Merci pour votre Générosité

et  votre Soutien.  

 

adrianaevangelizt@wanadoo.fr

Recherche

Blogs à suivre

BEN GARNEAU

 

HORIZON 444

 

Archives

25 mars 2013 1 25 /03 /mars /2013 13:30

Je ne suis pas d'accord avec tout ce que dit l'article ci-dessous, notamment sur la "longévité" de carrière du Jésuite François et donc l'établissement de la pseudo-religion mondiale. Car, en effet, lorsque j'ai vu sa photo, un jour d'ailleurs après son élection, au fond de moi, une petite voix m'a dit qu'il ne resterait pas longtemps dans la place. Il y a deux raisons essentielles à cela. La première est qu'il est de santé fragile, et, comme je l'explique dans mon article en finition, en 2005 lors du Conclave, alors qu'il était en tête et devançait Joseph Ratzinger, il a insisté pour ne pas que les votes aillent en sa faveur car la charge lui semblait trop lourde. Pensez-vous qu'elle sera plus légère maintenant ? Et que sa santé s'est améliorée ? Vu son grand âge...

 

La seconde raison est plus vicieuse... comme je l'expliquais en 2005, dans mon article Le Vatican, cité de Dieu ou maison du Diable ?, c'est d'abord la Curie qui règne... et le Pape, en principe, doit s'y plier. Ce que n'a pas voulu faire d'ailleurs l'Intègre Benoît XVI, quoiqu'en disent ceux qui le vilipendent sans rien connaître des dessous des cartes, raison pour laquelle il a quitté son poste, avant tout. Car, il sentait bien qu'il était incapable de mettre un terme aux affaires mafieuses du Vatican. Ou sinon... Or, de ce point de vue, il est certain que François va continuer dans le même sens... il va vouloir "nettoyer les écuries de Rome". Il a lancé quelques avertissements en ce sens, en disant que l'Eglise de Rome serait celle des pauvres... ceci est lourd de signification. Mais, la Mafia qui règne sur le Vatican ne laissera personne s'immiscer dans ses "affaires financières privées"... et nous savons jusqu'où cette dernière est capable d'aller. Jean-Paul 1er en a fait les frais. Lui aussi voulait nettoyer les écuries. On l'a retrouvé suicidé, comme par hasard...

 

L'Ordre des Jésuites est, certes, puissant et il y a longtemps que le Vatican est infiltré au plus haut degré par certains de ses membres... mais c'est la Mafia qui règne sur l'IOR, dite Banque du Vatican, et ses blanchiments d'argent provenant de la drogue ou d'ailleurs. Si, donc François demandait réellement des comptes clairs, il y a fort à parier qu'il subirait le même sort que le pauvre Jean-Paul 1er. Voir les explications et videos ICI.

 

Dans tous les cas, il se pourrait bien que François ne soit qu'un pape "de transition"...

 

 

 

 

Les 3 innovations du pape venu de Mars

 

En route pour la Nouvelle Religion Mondiale!

 

Auteur: C.R.O.M.

 

 

Lors d’un précédent article, nous avons expliqué pourquoi mettre un Jésuite à la tête du Vatican était vital pour assurer la bonne transition des fidèles catholiques vers la Nouvelle Religion Mondiale. Dès les premiers instants de sa carrière, François I a montré les grandes lignes de sa politique pour les années à venir en appliquant immédiatement trois innovations. En les analysant, nous saurons ce que nous pouvons attendre de son règne «antéchristique».

1 – Au lieu de porter autour de son cou une croix en or, comme cela se faisait depuis des siècles, le nouveau pape a choisi de porter une croix en fer. L’or a toujours été un symbole – une manifestation même – de l’Esprit, alors que le fer, par sa propriété d’extrême dureté, est un symbole de la matière. Même des personnes qui n’ont aucune connaissance en ésotérisme devraient se poser des questions sur ce changement.

Pour nous, au C.R.O.M., cette croix de fer n’est pas surprenante car les Jésuites ont toujours eu un attrait particulier pour ce métal. Enfant, Teilhard de Chardin allait ramasser des morceaux de fer pour en faire des autels. Il en parlait comme de son « dieu du fer ». Celui qui, plus tard, écrira un Hymne à la matière, ne se trompait pas sur son métal de prédilection: Rudolf Steiner a en effet révélé que les Jésuites étaient des entités venues de Mars, des êtres humains en apparence mais dont le sang est particulièrement riche en fer – le métal de la planète Mars – ce qui explique toute la fougue manifestée par la Compagnie de Jésus dès ses débuts. (Voir cet article pour une explication plus détaillée de la "connexion martienne".)

Plus concrètement, nous pouvons dire qu’en portant une croix de fer, François I veut montrer qu’avant d’être pape, il est surtout Jésuite.

2 – Une autre innovation importante est que, lors de ses premières apparitions publiques, le nouveau pape a chaque fois appelé les fidèles à prier pour lui. C’est une consigne extrêmement bizarre quand on y pense. En effet, en tant que prêtre suprême de l’Eglise, il devrait savoir que la première qualité d’un prêtre est sa capacité à s’effacer afin que les forces à l’arrière-plan – quelles qu’elles soient – puissent travailler.

Mais là, il n’en est rien, c’est le pape lui-même qui devient l’objet de dévotion. Il n’est plus seulement le « vicaire du Christ» – une innovation déjà importante de l’Eglise catholique romaine par rapport à l’orthodoxie – il devient en quelques sortes le Christ qui, lui, est plus ou moins oublié.

Cela préfigure déjà le futur messie tant attendu pour établir l’Ordre Mondial, et qui sera plus un homme politique qu’un prêtre... cela d’autant plus que François I a la particularité d’être extrêmement charismatique, à la différence de tous ses prédécesseurs qui se montraient avant tout comme des « hommes pieux ». Nous pouvons donc nous attendre à beaucoup l’entendre et à beaucoup le voir ces prochaines années – ce qui sera une autre façon de capter l’énergie.

3 – La troisième innovation majeure est que, lors de sa première apparition devant la foule compacte de fidèles, François I a insisté pour que les caméras ne le filment pas depuis le bas de son balcon, comme cela se faisait habituellement, mais à l’horizontale.

D’emblée, il veut montrer qu’il ne se situe pas au-dessus des simples fidèles, qu’il est un homme «comme les autres», ce qu’il fera avec d’autant plus d’aisance qu’il a pris le nom de François d’Assise, celui qui s’occupe – selon la légende – des pauvres, des orphelins et de tous ceux qui sont dans la misère. Notons que jusqu’ici aucun pape n’avait osé prendre ce nom, car saint François est considéré comme un des plus grand saint de l’Eglise et Assise la ville la plus sacrée d’Italie.

Dans cette mise en scène, nous pouvons là aussi voir dans le nouveau pape une préfiguration du futur faux messie. Ce dernier devra absolument faire croire qu’il est un homme comme les autres – tous les hommes devront pouvoir se reconnaître en lui – ce qui sera une terrible illusion, en grande partie due au jeu de caméras et au charisme de l’acteur. Car les individus de ce type sont de grands démons et le commun des mortels n’a pas grand-chose à voir avec eux.

D’une certaine manière, le nouveau pape a beaucoup de points communs avec Barack Obama. Tous les deux sont charismatique, souriants, toujours prêts à sortir de beaux slogans préfabriqués... mais en même temps, ce sont de véritables machines de guerre placées à des postes-clés car on sait qu'on peut compter sur eux: ils joueront parfaitement leur rôle.

 

Sources CROM

 

Posté par Adriana Evangelizt

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans Les Mensonges de la Religion
commenter cet article
25 mars 2013 1 25 /03 /mars /2013 12:43

A lire avec attention... je vais poser un autre article du même acabit, avant de vous poser le mien que je suis en train de terminer, avec quelques extraits de videos qui vous éclaireront sur les agissements de l'Eglise Catholique Romaine durant la dictature en Argentine. Notez les "croix rouges", signe des Jésuites... dans le sang et les larmes, tu traceras ta route, Disciple... tout un programme, en Vérité...

 

Pape croix rouges

 

 

Lisez aussi attentivement le Serment Secret des Jésuites, ils ne le prononcent pas tous, bien entendu. Seuls ceux qui serviront corps et âme leur Elite ont ce privilège... Dans certains milieux il se raconte que les Protocoles des Sages de Sion seraient leur Oeuvre. Jugez par vous-mêmes et voyez les "ressemblances"...

 

 

François 1er : les jésuites font leur coming out !

 

Les raisons d'une élection surprise

 

 

 

Alors que nous entrons dans une période de bouleversement global qui doit avoir comme dénouement, dans une petite décennie, la mise en place d’une nouvelle religion mondiale, il semblait évident que la retraite anticipée de Benoît XVI et l’élection d’un nouveau pape allaient nécessairement s’inscrire dans un plan plus large.

Au C.R.O.M., nous étions d’accord sur le fait que le nouveau pape devait venir d’Amérique du Sud puisque, selon les prophéties les plus sérieuses, c’est de là-bas que sera lancé le Grand Jeu qui aboutira au retour du faux messie. Sur ce point, nous ne nous avancions pas trop puisque 3 des 4 candidats en pôle position étaient de ce continent.

Par contre, qu’un Jésuite même soit élu, voilà qui nous a plus surpris! Les Jésuites sont habituellement des hommes de l’ombre, ils aiment mettre en avant leurs ouailles pour mieux récolter les fruits de leurs actions. Quoique contrôlant les coulisses du Vatican depuis longtemps, ils n’ont jamais prétendus au poste de pape, préférant se dévouer à leur Général, le «pape noir».

L’élection d’un pape jésuite signifie donc deux choses, qui sont complémentaires :

  • Les Jésuites sont en train de toucher au but ultime de toutes leurs manigances, ils pressentent l’achèvement d’un plan élaboré sur près d’un demi-millénaire. Confiant en leur réussite prochaine, ils osent aujourd’hui se présenter au grand jour.
  • Nous sommes actuellement en train de passer de l’ancienne religion mondiale (le catholicisme) à la nouvelle religion mondiale. Pour opérer ce passage difficile, les Jésuites ont besoin d’un homme parfaitement sûr, obéissant «comme un cadavre» aux instructions de l’Ordre. Pour cela, Benoît XVI ne pouvait bien sûr pas convenir. Il leur fallait un des leurs, observé depuis sa jeunesse et dressé comme il faut par des années d’«exercices spirituels».

Pour mieux comprendre l’état d’esprit qui habite les Jésuites de hauts grades, nous postons ci-dessous le serment que doit faire tout Jésuite qui est autorisé à passer à un des grades supérieurs de l’Ordre (le nouveau pape François 1er l’a sûrement prononcé). Ce serment est, bien sûr, resté longtemps secret et la Compagnie de Jésus continue à nier son authenticité. Mais il fait bien ressentir l’idéal qui anime tout Jésuite œuvrant «pour la plus grande gloire de Dieu».

Que le lecteur désireux d'approfondir ces questions n’hésite pas à lire (ou relire) l’article intitulé La piste jésuite ainsi que la brochure portant le même titre. Il s’agit d’une synthèse de nombreuses années de réflexions !

Le C.R.O.M.


PS : Attention : Le texte ci-dessous a été transcrit par des protestants américains qui l’ont sans doute interprété selon leurs préjugés en se plaçant comme la cible des Jésuites, alors qu’en réalité, ces derniers ont infiltré toutes les religions depuis quatre siècles. Déjà au 17ème siècle, ils se vantaient d’avoir pénétré le Brahmanisme, le Shintoïsme et le Confucianisme, en évitant de nommer le Lamaïsme à l’ombre duquel ils installèrent leur pseudo « Grande Loge Blanche ». En Europe, la Franc-maçonnerie fut investie par eux peu après sa fondation.



Le Grand Serment des Fils d’Ignace

Quand un Jésuite est sur le point de s’engager dans les niveaux plus élevés de l’Ordre, il s’agenouille sur une croix rouge devant le Supérieur. Il y a deux drapeaux devant lui, le drapeau jaune et blanc bien connu de la papauté, et le drapeau noir avec une dague et une croix rouge au-dessus d’un crâne, avec des tibias croisés. C’est celui de l’Ordre des Jésuites, conforme au symbolisme maçonnique du grade de maître. La signification des «deux drapeaux» est hautement initiatique.

 


Sur le drapeau jésuite il est écrit : IUSTUM, NECAR, REGES, IMPIOS – l’extermination des rois, des gouvernements et des dirigeants impies – d’après les lettres INRI apposées sur la croix du Christ.


Le supérieur de l’Ordre tend au novice élu parmi des dizaines de candidats un crucifix noir qu’il presse sur son cœur. Il lui présente ensuite une dague que le novice saisit par la lame nue et dont il presse la pointe contre son cœur. Alors, le Supérieur tenant toujours la dague par la poignée, lui adresse ces paroles:



Mon fils, jusqu’ici on vous a enseigné à tenir le rôle de dissimulateur; parmi les catholiques romains, à être un catholique romain, et à surveiller même votre confrère; à ne croire en personne, à ne faire confiance à personne ; parmi les huguenots, à être un huguenot; parmi les calvinistes, à être un calviniste; parmi les protestants, à être un protestant, à obtenir leur confiance pour chercher à prêcher même depuis leurs pupitres et dénoncer avec toute la véhémence de votre nature notre sainte religion et le Pape; descendre aussi bas qu’il le faut, être juif avec les Juifs, afin que vous puissiez être capable de réunir toute information pour notre Ordre en tant que fidèle soldat du Pape.

On vous a enseigné à planter insidieusement les graines de la jalousie et de la haine entre les communautés, les provinces et les états qui étaient en paix, à les inciter à des actes de sang, les impliquant mutuellement dans la guerre, et de créer des révolutions et des guerres civiles dans des pays indépendants et prospères, cultivant les arts et les sciences et jouissant des bienfaits de la paix. De prendre parti avec les combattants et d’agir secrètement de concert avec votre frère Jésuite qui peut être envoyé de l’autre côté, mais ouvertement opposé à celui dont vous pourriez être l’allié. Seule l’Eglise devra être la gagnante à la fin, dans les conditions fixées par les traités de paix et dont la fin justifie les moyens.

On vous a enseigné votre devoir en tant qu’espion, à réunir toute statistique, fait et information en votre pouvoir depuis toute source; de vous intégrer dans la confidence du cercle de famille des protestants et hérétiques de toute classe et caractère, aussi bien le marchand, le banquier, l’avocat, parmi les écoles et les universités, dans les parlements, les législatures, et dans les conseils judiciaires de l’Etat, et d’être «toute chose pour tous les hommes», par égard pour le Pape dont nous sommes les serviteurs jusqu’à la mort.

Vous avez reçu toutes vos instructions jusque là en tant que novice, que néophyte, et vous avez servi comme coadjuteur, confesseur et prêtre, mais vous n’avez pas été investi de tout le nécessaire pour commander dans l’armée de Loyola au service du Pape. Vous devez servir au bon moment comme instrument et exécutant de vos supérieurs ; car personne ne peut commander ici s’il n’a pas consacré ses labeurs du sang de l’hérétique : car «sans effusion de sang, personne ne peut être sauvé». Cependant, pour vous adapter dans votre tâche, et rendre votre salut assuré, vous allez, en plus de votre précédent serment d’obéissance à votre Ordre et votre allégeance au pape, répéter après moi :

« Moi, X, à présent, et en présence de Dieu Tout puissant, de Marie la Vierge Bénie, de Michel l’Archange Béni, de St Jean le Baptiste Béni, les saints Apôtres St Pierre et St Paul et tous les saints et les hôtes sacrés du Ciel, et à toi, mon Père Spirituel, le Supérieur Général de la Société de Jésus, fondée par St Ignace de Loyola, durant le Pontificat de Paul le IIIème, et se poursuivant jusqu’à aujourd’hui, de faire par l’utérus de Marie, la matrice de Dieu, et par la verge de Jésus-Christ, de déclarer et jurer que sa Sainteté le Pape est le vice-régent du Christ et le vrai et seul dirigeant de l’Eglise Catholique Universelle sur la Terre ; et qu’en vertu des clés qui ouvrent et qui ferment données par mon Sauveur Jésus-Christ, il a le pouvoir de détrôner les rois, les princes, états, common wealths et gouvernements hérétiques, tous étant illégaux sans sa confirmation sacrée, et qu’ils doivent être sûrement détruits.

Par conséquent, au summum de mon pouvoir, je défendrai cette doctrine ainsi que le droit et l’usage de Sa Sainteté contre tous les usurpateurs de l’autorité hérétique ou protestante et tous leurs adhérents au regard du fait qu’ils sont des imposteurs et des hérétiques, s’opposant à la Mère Sacrée de l’Eglise de Rome.

Je m’engage à présent à renoncer et à désavouer toute allégeance due à quelque roi, prince ou état hérétique nommés protestants ou libéraux, à refuser l’obéissance à n’importe laquelle de leurs lois, magistrats et fonctionnaires. Je déclare de surcroît que les doctrines des églises d’Angleterre et d’Ecosse, des calvinistes, huguenots et autres du même acabit que protestants et libéraux comme étant damnables, qu’elles se sont damnées elles-mêmes et que soient damnées ceux qui ne les abandonneront pas.

Je déclare de surcroît que j’aiderai, assisterai et conseillerai tous les agents de sa Sainteté partout où je me trouverai, dans n’importe quel autre royaume ou territoire où j’irai, de faire mon maximum pour extirper toutes les doctrines hérétiques protestantes ou libérales et de détruire tous leurs prétendus pouvoirs royaux ou autres.

De plus, je promets et déclare que, malgré ce dont je suis dispensé, d’assumer toute religion hérétique, pour la propagation de l’intérêt de la Mère Eglise, de garder secret et privé tous les conseils d’agents, au fur et à mesure du temps, selon ce qu’ils peuvent me confier, et de ne pas divulguer, directement ou indirectement, par paroles, par écrits ou autres circonstances; mais d’exécuter tout ce qu’ils iront me proposer, tout ce dont ils me chargeront ou découvriront, en ton nom, mon Père Spirituel ou pour quelque convent sacré.

De plus, je promets et déclare que je n’aurai aucune volonté par moi-même, ou même une quelconque réserve intellectuelle, aussi mort qu’un cadavre, mais obéirai sans aucune hésitation à chacun et tout ordre que je peux recevoir de mes supérieurs de la Milice du Pape et de Jésus-Christ; que j’irai dans n’importe quel endroit du monde où je puisse être envoyé, sans murmurer ou rechigner, et que je serai soumis à toutes choses ordonnées.

Je promets et déclare de surcroît que je ferai, dès que l’opportunité se présentera, une guerre implacable, secrètement ou ouvertement, contre tous les hérétiques, protestants ou libéraux, comme je suis dirigé pour le faire, de les extirper et les exterminer de la face de la Terre entière, et que je n’épargnerai personne quel que soit son âge, son sexe ou sa condition, que je pendrai, brûlerai, ferai dépérir, abîmerai, écorcherai, étranglerai, et enterrerai vivant ces infâmes hérétiques ; que j’arracherai les ventres et les matrices de leurs femmes, écraserai les têtes de leurs enfants contre les murs, afin d’annihiler à tout jamais leur exécrable race.

Qu’au cas où cela ne pourrait pas être fait ouvertement, j’utiliserai secrètement le récipient empoisonné, la corde à étrangler, le fer du poignard ou le plomb de la balle, sans égard pour le rang, l’honneur, la dignité ou l’autorité d’une ou des personnes, quelle que puisse être leur condition de vie, publique ou privée, puisque je puis être sommé de le faire par n’importe quel agent du Pape, ou par un supérieur de la Fraternité de la Sainte Foi, de la Société de Jésus.

En confirmation duquel, je dédie par la présente mon existence, mon âme et tous mes pouvoirs corporels, et qu’avec cette dague que je reçois maintenant, je signe de mon nom écrit de mon propre sang, pour attestation ; et s’il est avéré que je manque par fausseté ou faiblesse dans ma détermination, que mes frères et soldats de la Milice du Pape me tranchent les mains et les pieds, et la gorge d’une oreille à l’autre, que mon ventre soit ouvert et qu’on y brûle du soufre, avec toutes les punitions qui puissent m’être infligées sur Terre, et que mon âme soit torturée par les démons dans un enfer éternel.

Par tout cela, moi X, jure sur la Sainte Trinité et le saint Sacrement, que je suis sur le point de recevoir, de célébrer, quant à moi, invariablement ; que je dois faire appel à tous les hôtes célestes et glorieux du Ciel pour être témoins de mes réelles intentions de conserver ceci en tant que serment.

En témoignage de cela, je prends ce haut et saint sacrement de l’Eucharistie, et de surcroît m’en porte témoin, de mon nom écrit de la pointe de cette dague trempée dans mon propre sang et scellé devant ce saint convent.

Le supérieur: « Tu te tiendras à présent sur tes pieds et je t’enseignerai le catéchisme nécessaire pour que tu fasses connaître à tout membre de la Société de Jésus appartenant à ce grade.

En premier lieu, en tant que Frère Jésuite, tu feras avec un autre Frère, le signe ordinaire de la croix comme n’importe quel catholique romain le ferait ; ensuite l’un de vous croise ses poignets, paumes des mains ouvertes, l’autre croise ses pieds l’un par-dessus l’autre; le premier pointe de son index droit le centre de sa paume gauche, tandis que l’autre de son index gauche pointe le centre de sa paume droite, puis le premier de sa main droite fait un cercle autour de sa tête, en la touchant; ensuite l’autre de l’index de sa main gauche touche le côté gauche de son corps juste sous son cœur, puis le premier de sa main droite mime le geste de trancher la gorge de l’autre, puis l’autre de sa main droite fait le geste de couper à la dague l’estomac et l’abdomen du premier.

Le premier dit alors IUSTUM ; l’autre répond NECAR ; puis le premier dit REGES, et l’autre répond IMPIOS. Le premier va alors présenter un petit morceau de papier plié d’une façon particulière quatre fois, que l’autre va couper longitudinalement en l’ouvrant, on trouvera le nom IESU écrit sur la tête et sur les bras trois fois. Ensuite vous donnerez et recevrez les questions et réponses suivantes.»

Q : D’où venez-vous?
R : Des rives du Jourdain, du calvaire, du St Sépulcre et pour finir de Rome.
Q : Qui servez-vous?
R : Le saint Père de Rome, le Pape, et l’Eglise catholique Romaine universelle partout dans le monde.
Q : Qui vous commande?
R : Le successeur de St Ignace de Loyola, le Fondateur de la Société de l’Eglise ou Soldats de Jésus-Christ.
Q : Qui vous a reçu?
R : Un vénérable homme aux cheveux blancs.
Q : Comment?
R : Avec une dague nue, et moi m’agenouillant sur une croix sous les drapeaux du Pape et de notre Ordre Sacré.
Q : Avez-vous prêté serment?
R : Oui, de détruire les hérétiques ainsi que leurs gouvernements et dirigeants, et de n’épargner personne quel que soit l’âge, le sexe ou la condition. D’être comme un cadavre sans aucune opinion ou volonté par moi-même, mais d’obéir implicitement à mes supérieurs pour toutes choses sans hésitation ni murmure.
Q : Le ferez-vous?
R : Oui.
Q : Comment voyagez-vous?
R : Dans la barque de Pierre le pêcheur.
Q : Où voyagez-vous?
R : Aux quatre coins du globe.
Q : Dans quel but?
R : Pour obéir aux ordres de mon Général et de mes supérieurs, et exécuter la volonté du pape, et accomplir fidèlement les conditions de mon serment.

Alors, va partout dans le monde, et prends possession de toutes les terres au nom du Pape. Celui qui ne l’acceptera pas en tant que Vicaire de Jésus et de son Vice-Régent sur Terre, qu’il soit maudit et exterminé.»

 

Extrait de La Piste Jésuite

 

Sources CROM

 

Posté par Adriana Evangelizt

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans Les Mensonges de la Religion
commenter cet article
14 mai 2008 3 14 /05 /mai /2008 02:30

Ce qu'est devenue la fête de l'équinoxe du printemps

 dans l'Ancien Testament...

 

Il est une chose qu'il faut savoir, c'est que nous vivons dans un monde où tout est complètement falsifié, y compris notre calendrier, parce que l'Héritage des Anciens a été corrompu, altéré, détourné par les religions, les religieux et par extension les politiques et les matérialistes qui mènent le monde au chaos et l'Humanité avec. Ils ont mis la "lumière sous le boisseau". Sous entendu, ils ont kidnappé la Vérité.

Comme vous aurez pu le constater en lisant L'Origine de tous les cultes dont le second titre est La Religion Universelle, toutes les civilisations vouaient un véritable culte  au Soleil, à la Terre Mère, à la Lune et aux divers astres. Les savants des Peuples anciens en scrutant le ciel et les métamorphoses de la Nature avaient compris les cycles solaires, lunaires, et découverts les équinoxes qui président aux changements de saisons. Le Soleil était vénéré comme un dieu. L'équinoxe du printemps notamment était célébré chez tous les peuples. Ce jour est celui du passage du Soleil sous l'Agneau ou sous aries -comprenez le Bélier- et cette fête était fameuse surtout par les cérémonies qui l'accompagnaient, comme nous l'apprend saint Epiphane. Moïse connaissait cette cosmogonie, bien évidemment, en Initié égyptien qu'il était. Je vous donne un exemple de ce qu'est devenu cette fête dans le Lévitique après sa mort en vous faisant remarquer que le premier mois de l'année sous Moïse était le mois du Bélier soit le mars actuel, et non le Capricorne ou janvier comme de nos jours...  l'épisode Moïse se situant à l'ère du Bélier également... on lit dans une bible :

Au premier mois, le quatorzième jour du mois, c'est la fête du passage du Seigneur. (Lévitique XXIII, 5)

Sous entendu c'est le jour où le Soleil passe au point vernal pour l'équinoxe de printemps... dans une autre bible, la version initiale prend encore une autre dimension...

Le premier mois, le quatorzième jour du mois, entre les deux soirs, ce sera la Pâque de l'Eternel. (Lévitique XXIII, 5)

Et dans une autre encore, le Soleil se transforme en Yahvé...

Le premier mois, le quatorzième jour du mois, au crépuscule, c'est Pâque pour Yahvé... (Lévitique XXIII, 5)

Dans le Deutéronome pour le même évènement vous lisez dans une version...

Observez le mois des nouveaux fruits.... célébrant la pâque en l'honneur de notre Dieu,... (Deutéronome XVI, 1)

Nous sommes bien d'accord que le mois des nouveaux fruits, c'est le printemps. Et dans une autre version... voyez le tour de passe-passe...

Observe le mois des épis, et célèbre la Pâque en l'honneur de l'Eternel, ton Dieu; car c'est dans le mois des épis que l'Eternel, ton Dieu, t'a fait sortir d'Egypte, pendant la nuit. . (Deutéronome XVI, 1)

La seule chose qu'ait fait sortir Moïse d'Egypte -et non Dieu-, c'est la Véritable Loi de la Nature accompagnée de la Science Cosmogonique... voilà la vérité. Et quand on voit ce qu'elle est devenue après sa disparition, on comprend mieux ce que voulait dire Yeshua ou Jésus lorsqu'il affirmait aux pharisiens "Je ne suis point venu abollir la loi mais l'accomplir." Ce qui signifie "la rétablir". Nous savons ce que ça lui a coûté !   La Vraie Loi, la loi de la Nature rendait hommage à la Nature et plus particulièrement dans cet épisode au mois de mars, au Soleil. Pour l'équinoxe de printemps. Je fais beaucoup de répétitions pour que ça rentre dans la tête des profanes. Qu'ils réfléchissent bien comment l'Astre du Jour vénéré par les premiers peuples est devenu l'Eternel puis Yahvé, le dieu meurtrier se repaissant de crimes...

Aussi lorsqu'on entend Sarkozy vanter la civilisation des religions, je lui recommande de se plonger dans  Epiphane, Erathostène, Strabon, Autolycos de Pitane, Pythagore, Jamblique ou Aristote, au lieu de se contenter de lire les discours d'Henri Guaino, il en apprendrait sûrement davantage sur les religions et sur leurs supercheries, leurs travestissements et leurs mensonges.

Et je vais continuer de le démontrer... au nom de mes Ancêtres qui se retournent dans leur tombe quand ils voient ce que l'on a fait d'eux.

Pour la fête de l'équinoxe du printemps, on marquait tout de rouge, pour désigner la chaleur qui embrasait la terre à cette époque, en n'oubliant pas ce que j'ai dit plus haut, que ce jour  représentait celui du passage du Soleil sous l'Agneau ou Bélier... ce qui se traduit dans Exode 1 par...

12:2 Ce mois-ci sera pour vous le premier des mois; il sera pour vous le premier des mois de l'année.
12:3 Parlez à toute l'assemblée d'Israël, et dites: Le dixième jour de ce mois, on prendra
un agneau pour chaque famille, un agneau pour chaque maison.
.../...

12:6 Vous le garderez jusqu'au
quatorzième jour de ce mois; et toute l'assemblée d'Israël l'immolera entre les deux soirs.
12:7
On prendra de son sang, et on en mettra sur les deux poteaux et sur le linteau de la porte des maisons où on le mangera.
..../...
12:12 Cette nuit-là, je passerai dans le pays d'Égypte, et
je frapperai tous les premiers-nés du pays d'Égypte, depuis les hommes jusqu'aux animaux, et j'exercerai des jugements contre tous les dieux de l'Égypte. Je suis l'Éternel.
12:13
Le sang vous servira de signe sur les maisons où vous serez; je verrai le sang, et je passerai par-dessus vous, et il n'y aura point de plaie qui vous détruise, quand je frapperai le pays d'Égypte.
12:14 Vous conserverez le souvenir de ce jour, et vous le célébrerez par une fête en l'honneur de l'Éternel;
vous le célébrerez comme une loi perpétuelle pour vos descendants

Vous avez là en quelques lignes comment la fête de l'équinoxe du printemps symbolisant le Soleil passant dans  le signe de l'Agneau ou du Bélier, fête joyeuse où l'on peint tout en rouge, devient un sacrifice sanglant d'agneaux qui se perpétue encore aujourd'hui, fête macabre où l'on peinturlure les maisons de sang dans une marque de reconnaissance funeste pour permettre à un hypothétique dieu sanguinaire de tuer tous les premiers nés d'Egypte. Voilà l'exemple type d'imposture qui transforme une fête cosmogonique, une fête de la Nature en un acte abject. Voilà ce que la religion judaïque dont s'inspire l'Eglise Catholique Romaine a fait de la tradition orale de Moïse-Akhenaton et de la grande célébration de l'équinoxe de printemps.

Doit-on en rire ou en pleurer ?

par Adriana Evangelizt

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans Les Mensonges de la Religion
commenter cet article
14 mai 2008 3 14 /05 /mai /2008 02:16

Pour bien comprendre que les religions ont dénaturé la Science des Ancêtres savants, il faut bien savoir que tout ce que vous lisez dans l'Ancien Testament ou Torah et dans le Nouveau, n'a jamais été écrit par les protagonistes de ce vaste roman. Et là, je m'adresse particulièrement aux croyants, aux religieux qui croient dur comme fer que tout ce qui est écrit dans les livres dits sacrés est parole d'évangile. Ni "Dieu", ni Moïse, ni Jésus n'ont écrit quoique ce soit de leur vivant. Posez-vous la question, comment Moïse a-t-il pu raconter l'épisode de la Genèse alors qu'il n'y était pas ? Comment aurait-il pu décrire le Big Bang datant de milliards d'années ? D'où tient-il le mythe du Jardin d'Eden ?  Moïse n'a fait que répéter oralement ce qu'il avait appris en Egypte -son pays- les Egyptiens eux-mêmes tenant leur Tradition de survivants antédiluviens. Car il est une certitude, c'est que Moïse -dont ce n'est pas le vrai nom- était Egyptien. Pourquoi ce fait est-il omis ? Pourquoi ceux qui ont perpétué la Tradition après lui ont-ils oublié de signaler ce petit détail ? Il y a beaucoup de choses passées sous silence dans l'Ancien Testament. Comme si ON voulait cacher quelque chose. Mais quoi ? Tout est là. Alors évidemment se lancer dans une recherche pour trouver le véritable destin de nos Ancêtres demande beaucoup de temps, beaucoup de lectures, beaucoup de fouilles pour mettre à jour ce qui fut kidnappé par ceux qui savent encore aujourd'hui. Et qui sont d'ailleurs au sommet des affaires ici-bas. La Tradition orale, la Vraie, ne s'est pas perdue pour tout le monde. Comme je l'ai déjà dit, le fait qu'ils aient construit une arche de Noé est significative. Ils savent que quelque chose se prépare. Mais jusqu'au bout, ils nous laisseront dans l'ignorance pour profiter un maximum de l'Humanité. Nous ne sommes que des esclaves pour eux. Et les religions au lieu d'ouvrir les yeux des humains continuent de les induire en erreur dans un but mercantile. C'est d'ailleurs ce que Yeshoua reprochaient aux pharisiens et aux scribes. D'avoir détourné la Loi pour leur propre profit :

Il leur répondit: Et vous, pourquoi transgressez-vous le commandement de Dieu au profit de votre tradition? Matthieu 15, 3

L'expression "au profit" a bien frappé celui qui a retranscrit Ses paroles. Car effectivement, pour les pharisiens, il était très important que le Peuple fasse des offrandes à Dieu. Ceci on le trouve toujours dans le Talmud d'ailleurs. Le premier commandement -qui passe avant tous les autres- est de ne pas oublier ce que tu dois à D. Il faut bien voir le vice là... comme si D. encaissait les chèques ou les monnaies sonnantes et trébuchantes.. Yeshoua avait très bien compris d'où venait le problème...

Mais vous, vous dites: Celui qui dira à son père ou à sa mère: Ce dont j'aurais pu t'assister est une offrande à Dieu, n'est pas tenu d'honorer son père ou sa mère. Matthieu 15, 5

Sous entendu... les valeurs matérielles sont plus importantes que les valeurs morales pour ces religieux cupides... et Il insiste fortement sur ce fait... Il  

Vous annulez ainsi la parole de Dieu au profit de votre tradition.  Matthieu 15, 5

 

 

 Il est clair et net que la véritable Tradition léguée par Moïse fut complètement détournée et pervertie à sa mort par les Lévites qui ne pensaient qu'à s'enrichir sur le dos du Peuple. Je reviendrais plus en détail sur ce fait dont on trouve largement trace dans les Ecritures. Et aujourd'hui rien n'a changé. Au nom d'un hypothétique dieu, l'Humanité continue d'enrichir les religieux de tous poils.

Ci-dessous un extrait d'un livre de Volney qui en son temps fit de grandes recherches sur l'Ancien Testament. On peut même dire que c'est une référence en la matière. Car il faut bien dire qu'aujourd'hui, il n'y a plus de chercheurs, on préfère continuer à duper les Peuples...

 

 

Examen de la Genèse en particulier.

 

Extrait de Recherches Nouvelles sur l'histoire ancienne

de Constantin François Volney

1814

 

 

 

POUR rendre à Moïse ce qui peut lui appartenir dans cette composition, il faut la diviser en deux parties ; l’une, la partie religieuse et législative, contenant les ordonnances de rites et de cérémonies, les préceptes, commandements et prohibitions qui constituent! la loi de Moïse, et que l’on trouve répandus dans lExode, le Lévitique, les Nombres et le Deutéronome ; l’autre, la partie purement historique et chronologique qui expose les faits, leur série, la manière dont ils sont arrivés ; et celle-là dont le début est au Ier chapitre de l’Exode, est le travail du grand-prêtre Helqiah, qui en a fait la rédaction d’après les écrits et monuments anciens dont il a pu disposer. Le livre de la Genèse se trouve ici dans un cas particulier ; car, bien qu’il soit un livre historique, on ne saurait le considérer comme appartenant aux Juifs, ni comme un livre national, puisque son sujet comprend un espace de temps où ce peuple n’existait pas ; où il n’avait point d’archives, et ne pouvait rien conserver.... Or, si depuis Moïse, dans toute la période des juges, les Juifs en corps de nation n’ont point eu ou n’ont point su conserver d’annales ; si avant Moïse, le temps de leur séjour en Égypte, dans un état de servitude qui exclut tout autre soin, est resté dans une profonde obscurité faute de monuments, comment se pourrait-il qu’ils eussent conservé des annales Antérieures, surtout des annales aussi détaillées que celles dès anecdotes de la vie : de Joseph, de son père Jacob et d'Abraham leur souche commune ? Et quand ce point serait accordé, alors qu’Abraham, de leur aveu, naquit Chaldéen, tout ce qui précède cet homme, vrai ou fictif, n’est-il pas un récit chaldéen, uniquement fondé sur les traditions et les monuments des Chaldéens ? La Genèse , du moins au-dessus d’Abraham, n’est donc pas une histoire juive, mais un monument que les Juifs ont emprunté d’un peuple étranger, qu’ils ont reconnu pour leur aïeul..... Or, comment a pu se faire une telle naturalisation, surtout lorsqu’un article de ce livre paraît contraire à la loi de Moïse ? Voilà un problème absolument inexplicable dans le système des opinions reçues, mais il s’explique naturellement dans le nôtre.

Le grand-prêtre Helqiah ayant conçu le projet de ranimer la ferveur des Juifs, de retremper leur esprit national, en ressuscitant la loi de Moïse, dut croire que son dessein, ne serait pas assez rempli ; s’il ne publiait que le code des rites et ordonnances des 4 livres. C’était la mode alors d'avoir des cosmogonies, et d’expliquer l’origine de toutes choses ; celle des nations et celle du monde ; chaque peuple avait son livre sacré ; commençant par une cosmogonie : les Grecs avaient la Cosmogonie d’Hésiode ; les Perses, celle de Zoroastre ; les Phéniciens, celle de Sanchoniaton ; les Indiens avaient les Vedas et les Pouranas ; les Égyptiens avaient les 5 livres d’Hermès, portés solennellement dans la procession d’Isis, que décrit Clément d’Alexandrie. Helqiah voulant donner aux Juifs un livre qui leur servît d’étendard, et, pour ainsi dire, de cocarde nationale, trouva nécessaire d’y joindre une cosmogonie. L’inventer de son chef eût compromis tout l’ouvrage ; son peuple d’origine chaldéenne, avait conservé plusieurs traditions maternelles ; Helqiah, qui comme Jérémie, son agent, penchait politiquement pour la Chaldée de préférence à l’Égypte, adopta avec quelques modifications la cosmogonie babylonienne ; voilà la source vraie et radicale de la ressemblance extrême que l’historien juif, Josèphe, et les anciens chrétiens ont remarquée entre les 11 premiers, chapitres de la Genèse et les antiquités chaldaïques de Bérose, sans que ces auteurs aient élevé le moindre soupçon de plagiat. Le droit d’aînesse des Chaldéens et l’antiquité de leurs monuments étaient alors trop notoires pour que personne imaginât qu’un peuple aussi puissant, aussi fier de ses arts et de ses sciences que les Babyloniens, eût emprunté les traditions mythologiques d’une petite tribu qu’il regardait comme schismatique et rebelle, et qu’il avait rendue son esclave. Aujourd’hui que par la bizarrerie des révolutions humaines, toute la gloire de Babylone a disparu comme un songe, et que Jérusalem couverte de ruines, de chaînes et de mépris, voit l'univers soumis à ses opinions, il est devenu facile de récuser des témoins qui n’ont plus de représentants, de réfuter des écrits dont il ne reste plus que des morceaux incohérents : cependant, si l’on recueille et confronte ces morceaux, on y trouve encore de quoi persuader tout esprit impartial de l’identité des cosmogonies juive et chaldéenne ; et de faire sentir que le système faussement attribué à Moïse, a été un système commun à beaucoup de peuples de l’ancien Orient, et dont on retrouve des traces jusqu’au Thibet et dans l’Inde.... Nous ne prétendons point approfondir ce sujet, qui serait la matière d’un gros volume ; mais par quelques exemples nous voulons prouver jusqu’à quel point une analyse exacte pourrait porter l’évidence.... Citons d’abord le témoignage de l’historien Josèphe, qui, vu son caractère, est du plus grand poids dans cette question.

Posté par Adriana Evangelizt

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans Les Mensonges de la Religion
commenter cet article
13 mai 2008 2 13 /05 /mai /2008 21:07






Les guerres de religion


Parti 10

Video 1 - 2 - 3

4 - 5 - 6 

7 - 8 -

9e partie

La Russie

 



Les guerres de religion ! partie 10
envoyé par edyes


11

La Serbie, la Grèce...


posté par Adriana Evangelizt


Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans Les Mensonges de la Religion
commenter cet article
13 mai 2008 2 13 /05 /mai /2008 19:49

  Dernière video sur Jérusalem. Jérusalem dont une entité néfaste a décidé de s'accaparer. Celui que l'on nomme Moshe disait "N'oubliez pas que vous êtes locataires sur cette terre." Le Grand Initié savait que rien de ce qui est sur notre planète ne nous appartient. Nous venons nu au monde, nous repartons de même. Le Jardin d'Eden, symboliquement, c'est la Terre. Si les hommes de cette dernière pseudo-civilisation avaient été plus intelligents et plus justes, ils auraient pu effectivement la transformer en paradis pour tous les hommes. Malheureusement, ceux qui tiennent les rênes politiques ne pensent qu'à coloniser et qu'à s'enrichir. Le pillage est de règle. Profiter des humains aussi. Il faut que l'Humanité se réveille de ces tutelles malfaisantes pour vivre les derniers jours qui lui restent en paix. Le pourra-t-elle ?

 

Les guerres de religion

Jérusalem : ville trois fois sainte

Video 1 - 2 - 3

4 - 5 - 6 

7 - 8 -

9e partie

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans Les Mensonges de la Religion
commenter cet article
13 mai 2008 2 13 /05 /mai /2008 19:30

Les deux videos sont sur l'histoire de l'Islam, histoire religieuse, militaire, politique, artistique. Il est bien expliqué là le démantèlement de la civilisation de l'Islam par les Européens. Force est de constater que par rapport au monde occidental, les Arabes avaient une avance considérable en médecine, astronomie, mathématiques etc... On apprend à l'école l'histoire des Grecs et des Romains mais on passe sous silence la grande histoire des conquérants arabes et de leur apport dans notre monde. Personnellement, en tant qu'Hermétistes et mystiques, nous sommes aussi adeptes du Soufisme dont nous vous posons un texte ci-dessous...

  Point et cercle, goutte et océan, Tous sont uns ; C’est l’adorateur du moi qui a construit cet égo.
 Sa’ib Tabrizi

« Souvenez vous de Moi, Je me souviendrai de vous »
Coran, II, 152


 

 Les guerres de religion

7ème partie

L'histoire de l'Islam

 
Partie 4 - 5 - 6 
 Partie 1 - 2 - 3


Les guerres de religion ! partie 7
envoyé par edyes


8ème partie






Le Soufisme au coeur de l'Islam

 

Le soufisme constitue le coeur de la tradition islamique. Il ne peut donc prétendre être vécu en dehors de celle-ci. En même temps, et par-delà le cadre de la religion révélée, il vise à l’accomplissement de l’homme sur cette terre, ici et maintenant.

 

De l'écorce au noyau

 

 

En tant que révélation, l’Islam détermine les règles de l’activité humaine, et définit les supports rituels de la méditation ; le soufisme est la science des saveurs et des états intérieurs. Le soufisme trouvant son origine et sa source dans la révélation islamique, tout ce qui peut ressembler à des divergences avec l’islam ne peut être lié qu’à une différence de point de vue sur une même réalité. Ainsi l’ablution rituelle, qui est une obligation légale en Islam peut être vécue comme une première approche de la purification intérieure de l’âme du disciple, qui en serait le but ultime. Pour le soufi, les pratiques de l’islam constituent le prolongement dans les actes de son cheminement spirituel.

La relation entre l’exotérisme et l’ésotérisme est semblable à celle qui existe entre le corps et l’esprit. Sans esprit, le corps est vidé de son sens, de sa source vive ; sans corps, l’esprit est insaisissable et devient une pure abstraction.

" Pour atteindre le noyau, il faut traverser l’écorce ", disait Maître Eckart. Un fruit est constitué d’une écorce (la Loi), d’une chair (la Foi) et d’un noyau (l’esprit). Mais pour atteindre le noyau, qui seul contient en germe un nouveau fruit, il faut d’abord passer par l’écorce.

 

L'enseignement de l'Archange

Un jour que le Prophète Mohammad était avec ses compagnons, ces derniers virent arriver un jeune homme habillé de blanc, ne portant sur lui aucune trace de poussière du voyage. Cet homme s’assit en face du Prophète, plaça ses jambes entre les siennes, et lui demanda : " qu’est-ce que l’Islam ? (littéralement, ce mot signifie "soumission"). Le Prophète répondit : l’Islam, c’est la soumission à Dieu, basée sur la pratique des cinq piliers : le double témoignage de l’unicité divine et de la révélation muhammadienne, la prière, l’aumône, le jeune du mois de ramadan et le pélerinage à la Mecque. Le jeune homme dit alors : "tu as dit vrai !", ce qui ne manqua pas d’étonner les compagnons. Puis il demanda : qu’est-ce que l’iman ? (la foi). Le Prophète répondit : l’iman, c’est le fait de croire en Dieu, en Ses anges, en Ses livres, en Ses envoyés, au Jour du jugement, et à la prédestination. Ici encore, le jeune homme s’exclama : "tu as dit vrai !", puis demanda : qu’est-ce que l’ihsan ? (l’excellence du comportement). Le Prophète répondit : l’ihsan, c’est "d’adorer Dieu comme si tu le voyais, car si tu ne le vois pas, Lui te voit". Après confirmation de ces paroles par un nouveau "tu as dit vrai !", et quelques nouvelles questions, le jeune homme partit. Le Prophète demanda alors à ses compagnons s’ils savaient qui était ce jeune homme. Devant leur ignorance, il leur révéla qu’il s’agissait du Prophète Gabriel, venu pour vous enseigner votre religion.

A partir de ce hadith (parole du Prophète), apparaissent trois niveaux de vécu et de compréhension de la réalité divine, qui rejoignent les trois notions évoquées par Maître Eckart :

-  la soumission à la loi, ou le respect de l’écorce et de la forme des choses,

-  la foi, ou la compréhension de la chair et du contenu de la religion,

-  l’excellence, ou le noyau central que constitue la prise de conscience de la présence divine.

Les soufis s’appuient sur ce hadith, à la fois pour montrer la nécessité d’une pratique littérale des obligations et des interdits de la religion, et pour faire ressortir la prééminence de l’esprit sur la lettre, en ce qui concerne l’application de ces commandements. Pour illustrer ce propos, on peut mentionner l’histoire de cet homme qui était venu prier dans la mosquée où se trouvait le Prophète. Un homme terminait sa prière. Un compagnon s’aperçut que l’un des mouvements de la prière n’avait pas été correctement exécuté. Il exhorta l’homme à refaire sa prière selon la lettre, et celui-ci s’exécuta. Sa seconde prière terminée, l’homme se tourna vers le compagnon qui l’avait apostrophé et lui demanda :

"A ton avis, laquelle de mes prières à été agréée par Dieu ?"

"La seconde, évidemment, puisque elle seule a été accomplie selon la règle".

"Eh bien, moi je crois que c’est la première qui a été agréée. Car celle-ci, je l’ai faite pour Dieu ; tandis que la seconde, je l’ai faite pour toi ".

Le Prophète, qui avait assisté à la scène, confirma cette réalité.

 

Vers l'excellence du comportement

L’ensemble des pratiques soufies trouvent leur source dans les versets coraniques, et les paroles du Messager. Il n’y a donc aucune innovation du soufisme par rapport à la Révélation. "La prière éloigne l’homme de la turpitude et des actions blâmables. L’invocation du nom de Dieu est ce qu’il y a de plus grand " dit le Coran, en ajoutant immédiatement : ’Dieu sait parfaitement ce que vous faites", (XXIX, 45). Ainsi est affirmée toute l’importance de l’invocation du nom de Dieu, qui est une pratique centrale du soufisme. L’allusion au regard divin fixé sur nous, qui vient immédiatement après et ressemble beaucoup à la définition de l’ihsan donnée par l’archange Gabriel, peut être comprise comme une indication du degré auquel se rattache cette pratique. Par rapport à un tel degré, la pratique de l’invocation apparaît même supérieure à celle de la prière. A l’inverse, si l’on se situe au degré minimum de la Loi, alors l’invocation n’est plus strictement nécessaire, comme le montre le hadith qui suit. Un homme vint voir le Prophète et lui demanda : "Si je pratique les cinq piliers, mais que je n’accomplis aucune oeuvre surérogatoire (i.e. supplémentaire, non obligatoire), pourrais-je prétendre entrer au paradis ?". Le Prophète lui répondit par l’affirmative. Ainsi, Le soufisme peut être présenté comme une dimension supplémentaire, un approfondissement de la Loi et de la Foi en vue de l’Excellence du comportement, pour ceux qui ressentent une telle exigence intérieure.

Le Coran recommande de se souvenir de Dieu, le plus souvent possible : "Souvenez-vous de moi, Je me souviendrai de vous", (II, 152) ; "Rappelle-toi le nom de ton Seigneur, et consacre-toi totalement à Lui", (LXXIII, 8) ; et encore : "Invoquez Dieu d’une façon abondante et glorifiez-le, à la pointe du jour et à son déclin", (XXXIII, 41 et 42). Cette notion de rappel constant de la présence divine se situe dans la perspective directe de l’ihsan. En effet, au-delà d’une mise en conformité légale, seule la prise de conscience de cette présence peut réellement transformer l’homme, et son comportement au quotidien. Seul ce sentiment de présence peut amener l’homme à cesser de se leurrer lui-même, et à constater la réalité de son état intérieur. Au-delà de l’image que les autres nous renvoient de nous-mêmes, il est un regard auquel on ne peut rien cacher. La sincérité veut que l’on agisse en fonction de ce regard. Pour illustrer ceci, le maître Rûmi raconte l’histoire suivante : un instituteur ayant appris par la bouche d’un Connaissant que l’un de ses élèves était appelé à devenir un grand Saint, il organisa une expérience pour savoir lequel c’était. Il demanda à chaque élève d’aller acheter un oiseau, puis de s’éloigner de la ville jusqu’à ce que plus personne ne le voie, et de sacrifier l’animal. Le lendemain, tous les élèves revinrent avec un oiseau mort, sauf un. Celui-ci expliqua qu’il avait été aussi loin que possible, mais que où qu’il aille, il ne pouvait échapper au regard de Dieu. Bien vivant, l’oiseau qu’il avait amené profita de son récit pour s’envoler par la fenêtre.

 

La nourriture du Coeur

 

L’Imam Ghazali définit le dhikr (l’invocation) comme une sorte de jeûne du Coeur, un combat spirituel qui consiste à "faire disparaître les défauts, à couper tous les liens et à s’approcher de Dieu le Trés-Haut par une parfaite application spirituelle". Et il ajoute " qu’ il est seulement au pouvoir du croyant de s’y préparer par la purification qui dépouille...". La purification de toutes les fausses idoles qui nous habitent et du regard d’autrui permet de ne s’attacher qu’au seul regard divin. Au-delà des réponses légales à un certain nombre de problèmes, issues du Coran ou de la coutume prophétique, il s’agit ici de savoir comment se comporter face aux multiples situations de la vie quotidienne, dans une recherche permanente de l’attitude juste. La réponse ne peut alors provenir que du tréfonds de notre être. A un homme venu l’interroger sur la droiture, le Prophète répondit par trois fois : "Interroge ton propre Coeur". Organe central, tout comme le coeur physique qui insuffle la vie à l’ensemble du corps, le Coeur dont il s’agit est en fait l’instrument de la perception spirituelle. L’invocation ne vise qu’à la revivification de ce Coeur. Et c’est cela qui explique l’importance essentielle de cette pratique dans le cheminement soufi.

Un autre hadith, où Dieu s’exprime à la première personne par la bouche du Prophète, dit ceci : "Mon serviteur ne cesse de s’approcher de moi par la pratique d’oeuvres surérogatoires jusqu’à ce que Je l’aime ; et lorsque Je l’aime, Je deviens l’ouïe par laquelle il entend, la vue par laquelle il voit, la langue par laquelle il parle, la main par laquelle il saisit, le pied par lequel il marche". Au-delà de la notion de Salut et de la conformité aux commandements divins du bien et du mal, le soufisme vise à cette transformation de l’être, à sa Délivrance, à travers un recouvrement des qualités humaines par les qualités de l’Etre divin. Pour reprendre la symbolique de la Genèse, on pourrait parler de l’Arbre du Bien et du Mal, et de l’Arbre de Vie. Le chemin spirituel étant présenté comme un retour aux origines, ce retour s’accomplit à l’endroit même où a eu lieu la chute.

Un célèbre théologien musulman, Ibn Khaldun, distingue trois sortes de combats spirituels : le premier qu’il appelle "le combat de la Piété", le second "le combat de la Rectitude", et le troisième "le combat du Dévoilement par intuition". Selon lui, la direction d’un maître spirituel n’est pas également nécessaire au niveau de chacun de ces trois degrés. Au premier degré, la présence d’un maître permet au disciple un enseignement "en acte" qui est préférable à un enseignement livresque, comme le montre l’exemple de l’archange Gabriel apprenant au Prophète les mouvements relatifs à la prière. Au second degré, Ibn Khaldun montre que la présence d’un maître permet une meilleure connaissance de la nature de l’âme individuelle, facilitant ainsi la recherche de la Rectitude. Mais là où l’enseignement d’un guide devient absolument indispensable, c’est au niveau du troisième degré : " Quant au combat spirituel de l’Intuition et de la Contemplation, dont le but est le soulèvement du voile du monde sensible et la connaissance du monde spirituel [...], elle dépend d’une façon nécessaire et absolue d’un maître de l’initiation [...], sans lequel ce combat spirituel serait vain dans la plupart des cas". Pour conclure, Ibn Khadun nous dit que si le terme "soufisme" s’applique aux trois degrés que nous venons de mentionner, il désigne d’une manière plus spécifique le dernier d’entre eux.

Pour terminer sur une image, on peut évoquer la vie spirituelle par une analogie avec la vie corporelle. Ici, la Loi est représentée par la peau, l’aspect visible et extérieur de l’être humain. La Foi est symbolisée par la chair, la substance et le poids de l’être. Enfin, l’Esprit est constitué par les os, et la moelle qu’ils contiennent. Le soufisme se veut cette "substantifique moelle", cette source de vie qui nourrit et régénère le corps qui la contient.

Sources :  Soufisme

Posté par Adriana Evangelizt

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans Les Mensonges de la Religion
commenter cet article
13 mai 2008 2 13 /05 /mai /2008 18:36

Alors on poursuit et on s'aperçoit que la religion n'a vraiment rien à voir dans les conflits lorsqu'on regarde les cartes... dans la video 5, il est question du Boudhisme depuis la naissance de Gautama et dans la sixième de la façon dont l'Eglise Catholique Romaine s'est imposée et de quelle manière... pas très catholique, il faut l'avouer...

 

 

 Videos 1 - 2 - 3  ICI  


Les guerres de religion

Il n'y a pas de choc de civilisation

4ème partie


Les guerres de religion ! partie 4
envoyé par edyes

5ème partie

L'éveil de Bouddha


Les guerres de religion ! partie 5
envoyé par edyes


6ème partie

Lhassa, la mémoire confisquée


Les guerres de religion ! partie 6
envoyé par edyes


Partie 7 et 8



Posté par Adriana Evangelizt

 

 

 

 

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans Les Mensonges de la Religion
commenter cet article
13 mai 2008 2 13 /05 /mai /2008 17:33

Les trois premières video d'une série de 9 pour bien comprendre que les guerres de religion n'existent pas en tant que telles. Les cinq vraies grandes causes de guerre sont : la richesse, le territoire, l'identité, le pouvoir et la gloire. Elles ont donc lieu par rapport à la politique de divers pays et dans un but spécifique. On s'appuie sur le facteur religieux pour prendre des territoires, en l'occurence... on y revient toujours. Ce documentaire est très intéressant...

 

 

 

 Les guerres de religion

1ère partie


Les guerres de religion ! 1 partie
envoyé par edyes


partie 2




Les guerres de religion ! partie 2
envoyé par edyes

Partie 3

Cartes et représentation de l'Islam


Les guerres de religion ! partie 3
envoyé par edyes

La suite 4 - 5 - 6

Posté par Adriana Evangelizt  

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans Les Mensonges de la Religion
commenter cet article