Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Adriana Evangelizt
  • Le blog de Adriana Evangelizt
  • : La catastrophe planétaire qui s'est produite voilà 12 960 ans est en train de se reproduire mais nul n'en parle... il faut retrouver la Cosmogonie des Anciens pour Savoir.
  • Contact

L'Apocalypse est pour demain

 

 

 

 

Toutes les catastrophes dans le monde en temps réel

 

RSOE EDIS

 

Merci de soutenir ce blog...  

 

A notre époque, hélas... il est difficile pour les Chercheurs de Vérité de ne vivre que des "dons du Ciel" ils sont obligés de faire appel au Mécénat Populaire... Merci pour votre Générosité

et  votre Soutien.  

 

adrianaevangelizt@wanadoo.fr

Recherche

Blogs à suivre

BEN GARNEAU

 

HORIZON 444

 

Archives

1 novembre 2012 4 01 /11 /novembre /2012 10:25

 

Traquer l'Info "surprenante"... et en voilà une. Je disais justement dans cet article que sans électricité, plus d'Internet. Nous l'avons peut-être échappé belle... car des milliers de sites étaient inaccessibles hier, suite au passage de la ravageuse Sandy. Et pas seulement aux Etats-Unis mais également dans le monde. Le fait que les USA aient refusé d'accorder un monopole à l'Europe peut nous faire craindre le pire, si une Catastrophe majeure se produit. Il faut se préparer à cette Eventualité, hélas. Et vu que nous sommes proche d'une explosion "magmatique" dans le parc de Yellowstone... à plus ou moins long terme, Internet, comme le reste, est voué à disparaître.

 

 

 

Ouragan Sandy : des milliers de sites  sous l'eau

 

 

 

Les vagues de photos (vraies ou fausses) sur les réseaux sociaux et l'évacuation de centaines de milliers d'habitants de l'est des Etats-Unis ne sont pas les seules conséquences de Sandy. Des milliers de sites seraient aussi tombés.

 

On pouvait voir ses effets des ce matin au réveil : alors que Google avait dû annuler son événement Android hier soir, que des images d'évacuation, de vagues et d'inondations tournent en boucle sur les télévisions en continu et les réseaux sociaux, de nombreux sites, notamment américains, étaient soit indisponibles, soit en mode secours.

 

C'est le cas du Huffington Post, par exemple, qui affiche depuis plusieurs heures une page de redirection simplifiée. La cause de ces problèmes : l'ouragan Sandy, qui aurait fait tomber "des milliers de sites américains" selon l'agence AFP, notamment reprise par France 24.

 

Dizaines de milliers de sites touchés

 

Des datacenters ont en effet été touchés par l'ouragan, ou ont vu leur alimentation électrique coupée, selon l'agence de presse. Celle-ci rappelle que 150 d'entre eux sont situés près de la côte Est des Etats-Unis, répartis sur les Etats de New-York, de Virginie et du New Jersey.

 

Selon un opérateur européen interrogé par l'AFP, qui a requis l'anonymat, "des milliers, voire des dizaines de milliers de sites Internet, de toutes tailles et partout dans le monde, sont indisponibles." Des fournisseurs de service majeurs, comme Amazon EC2, auraient notamment été touchés.

 

L'AFP cite notamment Gawker et la plateforme de discussion Zopim. Et comme un événement de cette ampleur ne va jamais sans une augmentation du trafic Internet, due aux requêtes créées par la recherche d'informations de la part des internautes, les deux effets se sont combinés pour créer une grosse pagaille au niveau des réseaux américains.

 

Solutions de rechange

Des redirections du trafic vers des datacenters en zones sauves auraient déjà été prévues et mises en place par certains "aiguilleurs du net". L'AFP interroge par exemple Nicolas Guillaume, de Cedexis, qui explique n'avoir pas constaté "d'indisponibilité majeure".

 

La BBC explique par ailleurs que des solutions de rechange se mettent en place au niveau des fournisseurs de services. Buzzfeed, touché par l'ouragan, serait par exemple revenu en ligne grâce à une prise en charge du trafic par Akamai.

 

Twitter s'emballe pendant l'ouragan

 

Si une chose est sûre, c'est que les serveurs de Twitter ont tenu pendant l'ouragan. Le service n'a pas été touché, et a vu déferler 5,9 millions de micro-messages faisant référence à Sandy depuis dimanche.

 

Evidemment, la plupart des tweets partent des Etats-Unis selon un billet de blog du spécialiste des marchés Sysomos. Mais l'Europe a également beaucoup parlé de l'ouragan. En dehors de ces tweets, Sandy a été mentionné près de 60 000 fois dans des blogs, à 70% en provenance des Etats-Unis.

Sources ZDNET

 

Posté par Adriana Evangelizt

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans CONSEQUENCES DES CATASTROPHES
commenter cet article
1 novembre 2012 4 01 /11 /novembre /2012 10:12

Encore une installation "humaine" qui a causé des ravages lors du passage de Sandy... nous le voyons TOUT est à remettre en question dans cette pauvre civilisation. Alors qu'il n'est un secret pour personne que les voitures pourraient rouler sans essence, mais que les ingénieux inventeurs de cette solution écologique ont été mis au rencard. Combien y-a-t-il de raffineries dans le monde ?

 

 

 

Plus d'1 million de litres de diesel d'une raffinerie de Shell se déversent au large de New York (CNN)

 

 

NEW YORK, 1 nov 2012 - - Plus d'un million de litres de carburant diesel provenant d'une raffinerie appartenant au groupe Shell se sont déversés au large de New York après le passage dévastateur de l'ouragan Sandy, et les efforts pour nettoyer les eaux se poursuivaient jeudi, a rapporté jeudi la chaîne de télévision CNN.

 

La fuite de quelque 1,136 million de litres a été provoquée par une rupture dans un réservoir d'une raffinerie du New Jersey proche de New York, appartenant à la société Motiva, contrôlée par le géant pétrolier anglo-néerlandais Royal Dutch Shell.

 

Les garde-côtes américains organisent les opérations de nettoyage, avec une centaine d'hommes qui installent des barrages flottants autour de la fuite, a précisé CNN.

 

Ni les services des garde-côtes ni Shell n'étaient disponibles dans l'immédiat pour commenter ces informations.

 

Sandy a tué au total presque 130 personnes en Amérique du Nord et dans les Caraïbes, ses vents violents déferlant sur des régions à forte densité de population. Aux Etats-Unis, le New Jersey a été l'une des zones les plus durement frappées.

 

SOURCES L'EXPANSION

 

Posté par Adriana Evangelizt

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans CONSEQUENCES DES CATASTROPHES
commenter cet article
20 juillet 2010 2 20 /07 /juillet /2010 08:25

Les perfides vicieux de chez BP continuent de mentir. Ils disenty qu'ils ont arrêté l'écoulement du puits mais ils craignent que "le pétrole comprimé ne finisse par ouvrir des brèches". Il y a longtemps que les brèches sont ouvertes et qu'il y a des fuites ailleurs. Mais avec leur système, ils vont en ouvrir d'autres. Car la pression excercée par le pétrole contenu va forcément faire éclater l'écorce terrestre. Ainsi ils ont observé plusieurs anomalies, donc des fuites autour du puits et bien plus loin encore. Mais ils disent que cela n'a aucune incidence et que ce n'est pas lié au puits dont BP a la gestion. Alors que bien évidemment, tout est lié. Je pose un article en suivant et les infos d'Enlil à qui je dis un grand merci pour ses recherches et ses traductions. Merci mon Ami...

 

 

 

 

Marée noire: BP autorisé à maintenir le puits fermé

 

pendant encore 24 heures

 

 

 

Le gouvernement américain a autorisé lundi BP à maintenir fermé pendant encore 24 heures le puits de pétrole dans le golfe du Mexique, alors que le pétrolier a indiqué qu'il étudiait une nouvelle piste pour définitivement boucher le puits.

 

BP mène depuis jeudi des tests sur le puits, qui ont permis d'enfin arrêter l'écoulement quotidien de millions de litres de brut dans le Golfe. Mais la crainte est que, emprisonné dans le puits, le pétrole comprimé ne finisse par ouvrir des brèches.

 

En parallèle, BP a dit lundi étudier une nouvelle solution pour définitivement boucher la fuite: l'injection d'un mélange d'eau et de matières solides dans un conduit menant au puits, puis la cimentation de celui-ci.

 

Cette opération, baptisée "static kill", ressemble à celle tentée fin mai, mais BP estime que ses chances de réussite sont cette fois-ci plus élevées car le pétrole a cessé de s'écouler.

 

Une décision sur cette éventuelle solution devrait être prise "dans les deux prochains jours", a indiqué Kent Wells, vice-président de BP.

 

Si cette opération était effectivement mise en oeuvre, elle le serait bien avant que soient finis deux puits de dérivation qui doivent permettre de combler de manière définitive le puits principal, fin juillet.

 

Par ailleurs, trois anomalies décelées sur et autour du puits responsable de la catastrophe n'ont pour l'instant aucune "incidence" sur les opérations, a indiqué Thad Allen lundi lors d'une conférence de presse.

 

Une "fuite" observée à trois kilomètres du puits dimanche "n'est pas liée" au puits exploité par BP, a-t-il précisé.

 

"Plusieurs anomalies" ont aussi été observées "dans un rayon de quelques centaines de mètres" du puits, et les ingénieurs ont remarqué "des bulles" s'échapper de l'entonnoir installé pour contenir le pétrole.

 

Selon Thad Allen, le groupe britannique a été autorisé à maintenir le puits fermé après qu'une équipe d'experts fédéraux a reçu "l'engagement de BP à respecter ses obligations en matière de surveillance".

 

Dimanche, BP avait fait savoir que le puits pourrait rester fermé jusqu'à ce qu'il soit définitivement bouché.

 

Malgré l'arrêt de la fuite, la marée noire, provoquée par le naufrage le 22 avril de la plateforme pétrolière Deepwater Horizon, continue d'empoisonner la vie des habitants des Etats touchées, Texas, Louisiane, Mississippi, Alabama et Floride.

 

Kenneth Feinberg, chargé de la gestion du fonds d'indemnisations versées aux victimes, a indiqué que l'interruption de l'écoulement de brut va permettre d'accélérer les procédures de dédommagement, l'ampleur des dégâts occasionnés devenant plus facile à déterminer.

 

Les professionnels touchés doivent maintenant décider d'accepter les compensations de ce fonds ou de poursuivre les entreprises responsables en justice.

 

"Je serai bien plus généreux que n'importe quel tribunal et ceci sans frais d'avocats", a souligné M. Feinberg.

 

La catastrophe a coûté à BP près de 4 milliards de dollars jusqu'ici en frais divers, y compris les dédommagements déjà versés.

 

L'arrêt de la fuite va aussi permettre à l'association Greenpeace d'envoyer un bateau dans le golfe du Mexique pendant trois mois, à partir du 9 août, afin d'évaluer "l'impact réel" de la pire marée noire de l'histoire des Etats-Unis sur la faune et la flore.

 

Sources AFP

 

Posté par Adriana Evangelizt

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans CONSEQUENCES DES CATASTROPHES
commenter cet article
17 juillet 2010 6 17 /07 /juillet /2010 01:57

 Je ne m'appesantirai pas sur le fameux entonnoir qui aurait été posé par les assassins de chez BP. Ce sont des assassins, des criminels et ils devaient être jugés et exécutés selon la loi des USA qui ne fait pas de quartier pour les petits mais qui garde bien au chaud les monstres pétrolifères ou ceux de l'armement. Voilà ma pensée. Déjà le fait qu'ils aient mis l'Omerta sur la presse et les témoins prouve combien ils ont la Conscience tranquille. Il faut voir aussi dans quel état se trouve la faune, la flore, l'océan, la terre, les plages, on en passe et des meilleures. Que pourra leur entonnoir contre cet écocide ? Auront-ils assez d'argent pour payer les dégats ? Et d'ailleurs l'argent pourrait-il réparer leur monstruosité, s'ils le donnaient ? Car ils ont bien l'intention de n'en distiller qu'un minimum, ces raspiats ! Ceci prouve ce qu'il en est de notre pauvre civilisation. Pognon... Petrole... Guerre... et une déliquescence généralisée de l'Humanité. Il n'y a plus de valeurs. Plus rien ! Triste constat.

 

 

 

 

BP et l’administration Obama commettent un écocide dans les îles du Golfe

 

 

 

 


 Wayne Madsen Report, 14 juillet 2010

      La Nouvelle-Orléans en Louisiane – J’ai vu des séquences vidéo montrant les effets destructeurs de la pulvérisation aérienne nocturne secrète d'agents blanchissants, effectuée par les avions BP sur la barrière d’îles à proximité de Grande île et Port Fourchon en Louisiane.


      La pulvérisation d'un composé d'acide chlorhydrique (muriatique) a été effectuée vers 2 heures 30 à 3 heures du matin (heure locale) par des avions qui volaient tout feu éteint, violant de façon flagrante les règlements de l’Administration fédérale de l'aviation et mettant en danger les autres avions présents dans le secteur. Les agents blanchissants sont destinés à donner l'impression que le pétrole a été retiré de la barrière d'îles. Seulement, tous les êtres vivants, notamment les oiseaux nicheurs, les crustacés, et la végétation, ont été détruits dans le mouvement.


      Les preuves vidéo, prises par les membres d’Humane Society Louisiana, montrent clairement les effets de la vaporisation des produits chimiques. Les oiseaux en train de nidifier, sans aucun poisson à manger dans les mers environnantes, perdent leurs œufs, les oiseaux mâles dévorant les œufs de leurs compagnes. J’ai vu des preuves vidéo de coquilles d'œufs consommés et non éclos, tous blanchis par la pulvérisation d’acides de BP.


      La Garde côtière et la Commission pour la conservation de la vie marine et sauvage, une agence du ministère de l'Intérieur, ont pleine connaissance de la substance chimique pulvérisée par BP et n'ont rien fait pour l'arrêter. L’Agence de protection de l’environnement n'a rien fait pour arrêter ce qui équivaut à un écocide conduit par BP sur la barrière d’îles vierges et sensibles au large de la côte Sud de Louisiane.


      J’ai vu des preuves vidéo de prestataires de BP et du personnel du ministère de la faune et de la pêche de Louisiane se tenant autour sans rien faire pendant que des centaines d'oiseaux, dont des pélicans, mouraient couverts de pétrole brut. Les barrages flottants mis en place par BP sont inefficaces car il y avait autant de pétrole brut flottant des deux côtés des barrages flottants, à côté des îles comme au large. Dans certains cas le pétrole brut s’est échoué et a recouvert la végétation des berges, qui servent également de lieu de nidification aux mouettes et aux pélicans.


      Sans aucun poisson pour se nourrir, les oiseaux de mer se pressaient sur la petite barrière d’îles où ils mourraient en nombre énorme. Les oiseaux volant sans but autour des petites îles étaient manifestement stressés et leur façon de voler était tout à fait inhabituelle. Les vidéos d’oiseaux morts ont été prises il y a un mois. Il est désormais rare de voir des oiseaux dans certaines parties de la côte de Louisiane, comme j’en ai été témoin à Venice en Louisiane, à l'est de Grande île.


      La pulvérisation de l'agent blanchissant a aussi fait virer au blanc crayeux les carcasses d'oiseaux morts. Même le bec des oiseaux morts a pris une couleur orangée blanchâtre. Avec le décolorant, les coquillages, la tige des plantes et les roches sont aussi devenus d’un blanc sinistre.


      Des biologistes marins m’ont dit qu'il y a un autre problème grave dans le Golfe. Une substance laiteuse semblable à du mucus a été repérée dans les eaux du Golfe à l'ouest de Port Fourchon. Les biologistes ont déterminé que ce n'est pas un sous-produit de la pulvérisation des dispersants par BP, mais qu'elle est émise par le corail qui la libère en cas de stress sévère. La mort des récifs coralliens est un drame supplémentaire pour les écosystèmes marins du golfe du Mexique.


      Les biologistes marins ont déterminé que l'utilisation de dispersants dans les eaux du Golfe, dont la conséquence est de créer des nuages [sous-marins de pétrole], empêche la lumière solaire de passer à travers la colonne d'eau. Il en résulte la mort de nombreux animaux et plantes sous-marins, qui dépendent de la lumière du soleil pour survivre.


      Les résidents locaux, qui ont vu la dévastation de leur environnement et de leurs moyens de subsistance par BP, reprochent leur inaction à l’administration fédérale et au gouvernement de Louisiane. Ceux qui sont tenus les plus responsables pour leur inertie sont BP, le commandant superviseur des incidents nationaux retraité de la Garde côtière, l’amiral Thad Allen, le président Obama, le vice-président Joe Biden, qui aurait, dit-on, montré peu ou pas d'intérêt pour la catastrophe pétrolière du Golfe, peut-être une conséquence de son engagement de longue date envers les intérêts de l’industrie pétrochimique de son Delaware natal, le ministre de l'Intérieur Ken Salazar, l’administratrice de l'EPA Lisa Jackson, et le gouverneur de Louisiane Bobby Jindal.


      Les médias d’information professionnels, notamment les locaux des stations de télévision de Nouvelle-Orléans, intègrent leurs reporters à la Garde côtière et aux équipes de BP dans le golfe. Ce que rapportent ces médias sert essentiellement d’assistance aux relations publiques de BP. Un certain nombre de groupes de Nouvelle-Orléans et de Louisiane essayent d'obtenir les informations réelles sur la catastrophe, mais les ressources sont limitées.


      Qualifier le ravage pétrolier du Golfe de pire catastrophe écologique de l'histoire de Zunie est un euphémisme. Et avec la complicité de la Maison Blanche d’Obama, le golfe du Mexique est transformé en Golfe de la Mort.



      Wayne Madsen est ancien officier de renseignement de la Marine zunienne, spécialisé dans la surveillance électronique et la sécurité. Anciennement assigné à l’Agence de sécurité nationale (NSA) et au ministère des Affaires étrangères. Actuellement, journaliste d’investigation, chroniqueur dans la presse nationale, et auteur. Administrateur de l’Electronic Privacy Information Center (EPIC), (une organisation dédiée à la protection des libertés individuelles) à Washington DC.



Relayé par Online Journal :
onlinejournal.com/artman/publish/article_6110.shtml
Traduction copyleft de Pétrus Lombard

 

Sources News of Tomorrow

 

Posté par Adriana Evangelizt

 

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans CONSEQUENCES DES CATASTROPHES
commenter cet article
2 juillet 2010 5 02 /07 /juillet /2010 01:51

 Dommage, cette video est en anglais. Il y a une autre fuite plus grosse que la première à 10 km et les experts disent qu'il risque fort y avoir une explosion de gaz... voilà la fameuse réaction en chaîne. Ils ont fracassé la géologie sous-marine sur une zone sismique et il va sûrement y avoir des trous partout... les ASSASSINS DE LA PLANETE peuvent être fiers d'eux !

 

 

 

 

 

Posté par Adriana Evangelizt

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans CONSEQUENCES DES CATASTROPHES
commenter cet article
1 juillet 2010 4 01 /07 /juillet /2010 23:03

 Voyez les galets de pétrole sur une plage américaine appelée Destin Beach...

 

 

 

 

 

Posté par Adriana Evangelizt

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans CONSEQUENCES DES CATASTROPHES
commenter cet article
1 juillet 2010 4 01 /07 /juillet /2010 22:22

Eh oui... le barrage... s'il y a vraiment un tremblement de terre, on verra ce qu'il adviendra du barrage, des centrales nucléaires, des pylones électriques, enfin bref de toutes ces choses si savamment pensées par nos technocrates...

 

 

 

Séisme en Vendée. Réunion au barrage de Mervent ce matin

 

 

A la suite de la secousse sismique qui est survenue mercredi matin dans le Sud-Vendée, le sous-préfet Jean-Marie Huftier a réuni les services techniques chargés de surveiller le barrage de Mervent, ce jeudi matin sur le site.

 

« L’auscultation de l’édifice a été faite par le biais de 67 points de contrôle. Ces mesures ne révèlent aucune anomalie sur l’ouvrage. Nous gardons néanmoins un dispositif de surveillance pendant un mois à titre de précaution », explique le sous-préfet du Sud-Vendée, qui a confirmé qu’il n’y avait eu aucun dégât par ailleurs sur le secteur touché. Pour rappel, l’épicentre de ce séisme d’une magnitude de 4,3 sur l’échelle de Richter, se situait entre Fontenay et Saint-Michel-le-Cloucq.

 

Sources Ouest France

 

Posté par Adriana Evangelizt

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans CONSEQUENCES DES CATASTROPHES
commenter cet article
30 juin 2010 3 30 /06 /juin /2010 20:41

Le pire se prépare sans doute. La fuite n'arrête pas de grossir, c'est carrément un volcan de pétrole. Il y a une nappe de gaz en dessous. Voilà ce qui a provoqué l'explosion, mais cela pourrait en provoquer une autre encore plus grosse. La situation est très grave. Ils ont carrément bousillé la géologie sous-marine. Alors déjà que la Terre est fragilisée par sa mutation, ceci va aggraver l'état de catastrophe. BP et ses acolytes peuvent être fiers d'eux. En taule on devrait les mettre.

 

 

 

 

Deepwater : le pire est a venir

 

 

Agoravox, 28 juin 2010

 

par Olivier Cabanel

 

 

 

 

Voila maintenant plus de 2 mois que le pétrole fuit à gros bouillon à 1600 mètres de profondeur, dans le Golfe du Mexique.

Il reste beaucoup d’inconnues, mais nous avons aussi des certitudes.

Il semble bien que le pire soit à venir.

 

L’action BP a perdu 50 % de sa valeur, et l’entreprise n’est pas à l’abri d’une faillite, laquelle aurait, on s’en doute, des conséquences sur l’économie de la Grande Bretagne.

 

De plus, une tempête tropicale s’annonce. (lien)

 

Elle pourrait compliquer encore un peu plus le travail des ingénieurs qui tentent de colmater la fuite.

 

On sait aussi que la cause de la catastrophe vient de la volonté d’avoir voulu creuser trop profondément, à plus de 9000 mètres à une profondeur de 1600 mètres par rapport à la surface de l’océan.

BP savait le danger que représentait ce forage, en zone sismique instable, avec la présence d’énormes poches de gaz méthane.

 

Les géologues avaient prévenu Transocean du risque pris, plus d’une année avant le début du forage.

 

Ils avaient clairement expliqué que des poches de gaz présentes à cet endroit, étaient sous une énorme pression (100 000 psi), alors que les vannes d’arrêt et les mesures de sécurité ne pouvaient contenir une pression au delà de 1000 psi.

 

Aujourd’hui, ces géologues constatent de nouvelles fissures au fond de l’océan, à proximité du forage.

BP est accusé d’avoir déclenché un volcan de pétrole de grande profondeur, qui ne pourrait être arrêté en août, comme annoncé, et est susceptible de jaillir encore pendant des années.(lien)

 

Pour l’expert Matthew Simmons, la fuite pourrait même durer 24 ans. (lien)

Certains plus optimistes évoquent la fin de la fuite en décembre prochain.

A ce jour, 3,6 millions de barils de pétrole ont été déversé dans le Golfe du Mexique. (lien)

 

Les experts constatent qu’au lieu de s’affaiblir, la pression, bien au contraire a augmenté.

 

Ils pensent que le risque aujourd’hui est bien plus grand maintenant.

 

Ils ont découvert une énorme bulle de gaz, si importante qu’elle pourrait provoquer une explosion de gaz sous marine aussi importante que celle du volcan Ste Hélène.

 

La libération de ces gaz enverrait un nuage toxique sur les régions peuplées de Louisiane et provoquerait un tsunami qui menacerait la Floride en se déplaçant à 600 miles à l’heure. (Plus de 1000 km/h)

 

On voit bien que la promesse de BP de donner 20 milliards de dollars pour réparer les dommages, et 100 millions de dollars pour dédommager le personnel mis au chômage pendant au moins 6 mois, suite à la catastrophe, risquent d’être largement insuffisants. (lien)

 

Ce sont des petits robots envoyés sur le fond marin qui ont pu prendre des images des fissures qui sont en train de se créer tout autour du site du forage.

 

Cette catastrophe pourrait donc tuer des millions de personnes, malgré le plan d’évacuation qui aurait été pris, la vitesse à laquelle cette nouvelle catastrophe se produirait ne permettrait pas d’épargner la vie des personnes menacées. (lien)

 

Sur ce lien, d’autres articles parus récemment aux USA, évoquent les inquiétudes des américains.

 

Dans un article paru le 23 juin dernier dans le « Washington Post » Joël Achenbach envisage maintenant le pire.

Pour lui, à l’évidence, ce forage intempestif, lequel à déclenché la catastrophe, à bouleversé la géologie souterraine.

Le débit de sortie du pétrole continue d’augmenter, augmentant chaque jour un peu plus le danger, et l’évacuation de 20 millions de personnes parait très complexe.

 

Alors qu’au début, BP affirmait que la fuite était de 1000 barils par jour, ils ont revu à la hausse cette quantité en évoquant 5000 barils, mais aujourd’hui, d’après Edward J.Markey, l’un des experts en la matière, la fuite serait de l’ordre de 100 000 barils par jour. (Soit 4,2 millions de gallons).

 

Un sénateur, Charles E.Grassley a récemment communiqué un document non daté, estimant la quantité de pétrole fuyant au fond de l’océan à 162 000 barils par jour.

 

L’estimation du gouvernement, basée sur les photos satellites, et les vidéo sous marines, se limite à une fourchette entre 35 000 et 60 000 barils par jour, en ce qui concerne le pétrole stagnant en surface. (lien)

 

Sur ce lien, on peut constater, par image satellite l’étendue de la nappe de pétrole.

 

Au sujet de la controverse sur le pétrole relâché abiotique, ou non, un article paru dans agoravox est à découvrir sur ce lien.

 

Qu’il soit abiotique ou pas ne modifie en rien la situation de millions d’américains qui sont aujourd’hui sous la menace d’une catastrophe majeure.

 

Le pire est peut-être à venir, car comme disait mon vieil ami africain :

 

« Quand les éléphants se battent, c’est toujours l’herbe qui est écrasée ».

 

Sources SIGNES DES TEMPS

 

Posté par Adriana Evangelizt

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans CONSEQUENCES DES CATASTROPHES
commenter cet article
28 juin 2010 1 28 /06 /juin /2010 23:50

Il est certain que tout n'est pas dit ni aux Américains, ni au reste du monde.

 

 

 

 

 

La Guarde Nationale s’entraîne en prévision

d’une « évacuation » des communautés

affectées par la fuite de pétrole

 

 

par INFOGUERILLA

 

 

 

 

La Garde nationale se prépare alors que la côte du Golfe fait face à une marée noire

 

 

Par le Master Sgt. de l’U.S. Air Force. Mike R. Smith

 

WASHINGTON (Service de Presse de l’Armée, 30 avril 2010) – Au moins trois Etats le long du golfe du Mexique se préparent à un rappel potentiel de milliers de gardes nationaux, alors que la nation renforce aujourd’hui sa réponse pour faire face à la catastrophe pétrolière de Deepwater Horizon.

 

Le Gouverneur de Louisiane Bobby Jindal, a envoyé plusieurs lettres à des fonctionnaires fédéraux pour leur demander d’approuver le financement de 6.000 gardes nationaux afin qu’ils puissent apporter leur aide pour faire face aux conséquences de la marée noire.

 

Dans deux lettres adressées au secrétaire à la Défense Robert M. Gates et à Janet Napolitano, secrétaire du Département de la Sécurité intérieure, Jindal a déclaré que la Garde « assurera la sécurité, l’assistance médicale, les ingénieurs et les supports de communication en réponse à cette menace. »

 

« Actuellement, nos soldats et pilotes d’avions s’entraînent et sont engagés dans la planification de l’effort pour évacuer et assurer la sécurité et le nettoyage des communautés côtières devant être affectées par la fuite de pétrole »  écrit Jindal. « Ils sont engagés dans la protection des infrastructures essentielles, comprenant les installations médicales, de distribution de carburant, les autoroutes, le réseau de distribution d’eau glacée, et les installations électriques, qui sont tous des éléments essentiels au rétablissement des zones côtières de la Louisiane. »

 

 

Jindal a poursuivi en disant qu’il « croit que ces opérations de la Garde nationale sont nécessaires et appropriées, pour protéger cette région de notre pays contre un événement national significatif pouvant entraîner une perte potentiellement catastrophique de ressources naturelles. »

 

D’autres États du golfe du Mexique, y compris la Floride, l’Alabama, le Mississippi et le Texas, ont indiqué qu’ils sont en contact étroit avec des fonctionnaires au niveau étatique et fédéral, et sont prêts à répondre avec le personnel de la Garde et les équipements appropriés, si on doit faire appel à eux dans leurs communautés propres.

 

« En ce moment, nous passons en revue les éléments qui sont disponibles et les missions possibles que nos forces de la Garde pourraientt recevoir, pour faire face une marée noire« , a déclaré le Major de l’armée Christian Patterson, porte-parole de la Garde du Mississippi. « Nous examinons toutes les possibilités et attendons de voir ce qui va se passer, afin d’être prêt à faire tout ce que nous sommes appelés à faire. »

 

Patterson a dit que la Garde du Mississipi dispose d’un certain nombre d’éléments qui peuvent être utilisé dans un tel cas d’urgence, y compris des forces de sécurité à l’appui de la police aux points de contrôle, des avions pour des missions de reconnaissance aérienne ainsi que des ingénieurs civils.

 

Le Major de l’armée Cynthia Bachus, officier des affaires publiques de l’Etat pour la Garde de l’Alabama, a déclaré que son Etat suit également la situation avec attention. « Nous avons un exercice d’entraînement ce week-end… Donc, si quelque chose se produit nous serons prêts », a-t-elle dit.

 

Le Lt. Col de l’armée de l’air Ron Tittle, officier des affaires publiques de l’Etat, a déclaré que la Garde de la Floride est prête à appuyer la Division de gestion de l’Etat en cas d’urgence.

 

Bien qu’il soit difficile de spéculer sur les missions qu’ils pourraient effectuer, si on fait appel à eux, Tittle dit qu’ils recherchent généralement la façon dont ils peuvent faire face aux catastrophes naturelles, comme les ouragans, avec des services d’ingénierie et ainsi qu’aux points de distribution pour les personnes touchées dans leurs communautés.

« Tout dépend », dit-il. « Nous passons juste en revue les différentes possibilités et abandonnons les plans que nous avons mis en place pour répondre à d’autres types de catastrophes, et nous adaptons en conséquence. »

 

(Master Sgt. de l’U.S. Air Force Mike R. Smith écrit pour le Bureau de la Garde nationale, Bureau des affaires publiques)

 

Source: army.mil

 

Sources INFOGUERILLA

 

Posté par Adriana Evangelizt

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans CONSEQUENCES DES CATASTROPHES
commenter cet article
27 juin 2010 7 27 /06 /juin /2010 13:22

 Le témoignage de Kindra Arnesen qui est sur le terrain et en contact avec les officiels de BP.

 

 

 

 

 

Posté par Adriana Evangelizt

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans CONSEQUENCES DES CATASTROPHES
commenter cet article