Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Adriana Evangelizt
  • Le blog de Adriana Evangelizt
  • : La catastrophe planétaire qui s'est produite voilà 12 960 ans est en train de se reproduire mais nul n'en parle... il faut retrouver la Cosmogonie des Anciens pour Savoir.
  • Contact

L'Apocalypse est pour demain

 

 

 

 

Toutes les catastrophes dans le monde en temps réel

 

RSOE EDIS

 

Merci de soutenir ce blog...  

 

A notre époque, hélas... il est difficile pour les Chercheurs de Vérité de ne vivre que des "dons du Ciel" ils sont obligés de faire appel au Mécénat Populaire... Merci pour votre Générosité

et  votre Soutien.  

 

adrianaevangelizt@wanadoo.fr

Recherche

Blogs à suivre

BEN GARNEAU

 

HORIZON 444

 

Archives

27 août 2013 2 27 /08 /août /2013 01:15

Un documentaire fiction à voir... et même à télécharger, avant qu'il ne disparaisse. Nous savons comment fonctionne les Pervers qui ne cherchent qu'à Nuire...

 

Ce sont des prévisions scientifiques "à plus ou moins long terme". Un glissement de terrain provoque un mega-tsunami dans l'Atlantique, exactement à La Palma aux Canaries. "Ceci est une histoire vraie... elle n'a pas encore eu lieu..." peut-on lire dès le début. Il est bien évident qu'ils n'ont pas réalisé ce film par hasard.

 

Comme on peut le voir ICI, les îles volcaniques -ayant déjà connu des glissements de terrain de cette envergure par le passé- sont la Réunion et Hawaï. Ils écrivent que "le candidat le plus sérieux pour un méga-tsunami" est l'île de la Palma. Notamment, la Cumbre Vieja.

 

Nous devons nous interroger sur quelque chose... toujours sur Wikipedia, on peut lire qu'il y a 4000 ans, un megatsunami semble avoir eu lieu à la Réunion, et un autre un peu plus tard, il y a 3200 ans lors de l'explosion du Santorin, de 100 à 200 mètres de haut, (je ne sais pas si vous imaginez...) qu'il fut accompagné d'autres phénomènes comme des pluies de cendres et des nuées ardentes. Je ne sais pas si vous imaginez... si l'on calcule approximativement, cela se situerait donc 1200 ans av. JC. Cependant, il ne faut pas oublier que les "datations actuelles" sont aléatoires... je veux dire par là que le carbone 14 n'est pas fiable à 100%... d'ailleurs ICI, ils disent que l'éruption minoenne s'est produite vers -1550 - 1600. Il est donc fort probable que cette explosion titanesque corresponde à l'épisode biblique de la femme de Loth qui se retrouve statufiée dans le désert. Dans la Bible, les destructions catastrophiques ou cosmique, comme les pluies de feu, sont prêtées à Yahweh -ou à des personnages imaginaires- pour camoufler qu'elles sont l'oeuvre de la Nature. C'est ceci qu'il faut bien comprendre pour nous guider dans le passé dont les évènements se répètent. Les Livres Sacrés de toutes les Traditions sont des LIVRES DE MEMOIRE. Je me répète encore, mais c'est très important pour la suite, notamment pour le RETOUR DU MESSIE, le 25 Décembre ou même l'explication des TROIS ROIS MAGES QUI ARRIVENT D'ORIENT... dont je vais vous expliquer la symbolique. Ils étaient "mâlins" les Ancêtres pour consigner les souvenirs.

 

Mais revenons à ce méga-tsunami qui se serait produit 1200 à 1600 ans avant notre ère. Des vagues de 100 à 200 mètres de haut, ce n'est pas rien. Cela a dû forcément recouvrir bon nombre de pays avoisinant le Santorin et possédant une face maritime. Je trouve très curieux qu'il n'en soit pas question dans la Bible. Car si l'on réfléchit bien, cela n'a rien à voir avec le Déluge -dit de Noé- très distinct de cet évènement. Et très distant. Il est donc fort probable également que les Pyramides d'Egypte aient été recouvertes d'eau... ou du moins inondées et que leurs parois doivent en conserver des traces. Comme le Sphinx... et pourtant, pas un mot de cette catastrophe dans l'Ancien Testament... n'est-ce pas curieux ? Il est pourtant bien dit ICI que le tsunami traversa la Méditerranée de part en part. Il est aussi mentionné qu'il est "difficile de retrouver des indications géologiques ou archéologiques, ceci aussi me paraît très étrange...

 

Se pourrait-il que la "tradition orale" ait "perdu" cette catastrophe ? Ce "trou noir" mérite réflexion...

 

Alors j'ai également posé sous la video un article très intéressant datant de 2006 qui explique les risques de tsunamis en Méditerranée et dans l'océan Atlantique, à cause des failles qui se rompent, des plaques tectoniques qui bougent et se chevauchent ou des volcans qui rentrent en éruption. Les chercheurs citent aussi les pays qui sont dans la "ligne rouge". Ils se servent pour cela de l'histoire passée de la Terre, lorsqu'ils le peuvent, car malheureusement, les données sont souvent inconnues. Il ne faut pas oublier que les recherches scientifiques sur le sujet datent d'à peine un siècle.

 

Mais notons qu'en Alaska, région qui nous intéresse grandement, en 1964, un séisme de magnitude 9,2 a rompu des failles de 1000 km.

 

Le nord du Chili est en instance de rupture de failles. L'île de la Guadeloupe rétrécit.

 

Dans l'Atlantique nord, un zone de subduction est localisée aux Antilles. La France est menacée par ses îles de Martinique, Guadeloupe, Saint-Martin et Saint-Barthélémy.

 

De nombreuses failles chevauchantes sont en mer, au sud du Portugal, à l'ouest du Marons, dans l'océan Atlantique. Le long de côte nord marocaine et algérienne en mer Méditerranée. Il faut d'ailleurs noter qu'il y a sans cesse des tremblements de terre à Boumerdès en Algérie.

 

Toujours dans la Méditerranée, au Liban, une faille chevauchante suit un tracé tortueux qui longe la Méditerranée, de l'Egypte à la Turquie. En partie sous l'eau, elle est susceptible de produire un grand tsunami en se soulevant lors d'un séisme.

 

Même le sud de la France est dans le collimateur.

 

Je ne vais pas énumérer tous les pays, lisez attentivement l'article... une chose est sûre, alors que la croûte terrestre est en train de se transformer en gruyère, de plus en plus, il est clair et net que les plaques tectonniques, les failles, vont bouger de plus en plus, entraînant séismes sous-marins, ruptures de plaques, tsunamis...

 

 

 

 

Tsunami possible dans l'Atlantique et la Méditerranée

 

par Pascal Bernard

 

 

Les sismologues décryptent les grands séismes historiques et évaluent les contraintes aux frontières de plaques. Ainsi ils estiment les risques de tsunami, dans l'océan Atlantique et en mer Méditerranée.

 

Le séisme de Sumatra du 26 décembre 2004, de magnitude 9,3, nous paraît monstrueux, tant par l'exceptionnelle dimension de la faille rompue et des ondes marines pro­duites, que par leurs conséquences dévastatrices et meurtrières : près de 300 000 morts et disparus. L'aspect le plus saisissant est l'immensité de la zone touchée : on compte de nom­breuses victimes sur 3 000 kilomètres. Cependant, ce séisme n'est pas unique – si ce n'est par le bilan humain – et d'autres séismes de grande ampleur ont été enregistrés durant le xxe siècle. Au Chili, en 1960, on a enregistré une magnitude égale à 9,5, et, en Alaska, en 1964, un séisme de magnitude 9,2 a rompu des failles de 1 000 kilomètres, le long des zones de subduction. Ces séismes firent des milliers de victimes, par les vibrations du sol, mais aussi par le déferlement des vagues de tsunamis jusqu'à Hawaii et au Japon où l'on a dénombré une centaine de morts pour le séisme de 1960.

 

De telles catastrophes peuvent-elles toucher l'Europe, voire la France ? Pour prévoir ces événements, on étudie les séismes historiques (leur ampleur et leur localisation), et on déduit de la date où ils se sont produits le risque que les contraintes accumulées déclenchent une nouvelle catastrophe. Après avoir rappelé les principaux mécanismes sismiques, nous examinerons les risques dans la région des Antilles françaises et en Méditerranée.

 

Les zones de subduction – où une plaque lithosphérique plonge sous une autre – sont les régions les plus susceptibles de produire de grands tsunamis. Très actives sismiquement, ce sont pour la plupart des régions marines, et des séismes de magnitude supérieure à 8 provoqueraient des mouvements verticaux du fond marin supérieurs au mètre. La géométrie continue et régulière de ces limites de plaques favorise les grands séismes et facilite la propagation des ruptures sur plusieurs centaines de kilomètres.

 

Quelles sont les zones de subduction à risque dans un avenir proche ? De nombreux paramètres entrent en jeu : la vitesse de convergence des plaques, la densité de la plaque qui s'enfonce (dépendant de son âge), la date du dernier séismeCette der­nière est souvent inconnue ; la durée du cycle de rupture d'une faille peut dépasser la période historique. Dans une région de tectonique active où aucun grand séisme n'a été enregistré de mémoire d'homme, comment savoir si le risque est faible ou élevé ? Quand les plaques glissent en continu l'une sur l'autre, sans blocage, la roche n'accumule pas de déformation élastique (on dit qu'il n'y a pas de chargement), et un futur grand séisme est improbable. Au contraire, si la faille est bloquée, en fin de cycle, le maximum de contraintes qu'elle peut supporter est atteint, et un futur grand séisme est proche.

 

Dans des régions bien documentées, ou de convergence rapide, une forte incertitude reste sur la date du futur séisme. Ainsi, au sud du Pérou et au nord du Chili, les derniers grands séismes ont eu lieu en 1868 et 1877 (de magnitudes estimées à 8,5). La vitesse de convergence des plaques était de l'ordre de huit centimètres par an et on prévoyait une période de retour d'environ un siècle. Un séisme de magnitude 8,4 s'est produit au sud du Pérou en 2001, heureusement sans tsunami important. Le nord du Chili est donc en instance de rupture, et de tsunami destructeur, comme en 1877 où la vague a atteint 24 mètres de hauteur : demain, ou dans quelques dizaines d'années ?

Tsunami aux Antilles

Dans l'Atlantique nord, la seule zone de subduction est localisée aux Antilles, à l'est des Caraïbes : la France, par ses îles de Martinique, Guade­loupe, Saint-Martin et Saint-Barthélémy, est menacée. Le plus grand séisme historique date de 1843, et a ravagé l'île de Guadeloupe et sa voisine du nord, Antigua. C'était sans doute un séisme de subduction, au contact de la plaque Caraïbe et de la plaque Atlantique. Il a eu une magnitude comprise entre 7,5 et 8 pour un glissement moyen de l'ordre de cinq mètres sur 100 à 200 kilomètres. Son tsunami n'a pas dépassé un mètre de hauteur : le séisme n'a pas été assez profond pour produire une onde marine. Cepen­dant un futur séisme de subduction, avec une magnitude supérieure, produirait un tsunami plus important.

 

La réglementation parasismique française n'envisage pas une magnitude supérieure à 8 aux Petites An­tilles, car la vitesse de convergence des plaques est faible (deux centimètres par an). Pour une magnitude de 8,5, voire 9, quelles seraient les conséquences ? La probabilité que les accélérations du sol dépassent le seuil des destructions resterait inchangée. En revanche, ce demi-point de magnitude permettrait au tsunami associé de basculer d'un état plutôt inoffensif, avec des vagues d'un à deux mètres, à un état destructeur, avec des vagues bien plus hautes.

 

Pour évaluer les risques de tsu­namis futurs dans l'archipel de Gua­deloupe, les chercheurs étudient les traces des grands séismes interplaques, générateurs de tsunamis : ils tentent de reconstruire l'histoire des colères de la Terre. Plusieurs pistes – géodésiques, sismologiques et géologiques – sont ouvertes. Un réseau de points de mesures de position par gps (le système de positionnement global) a été mis en place il y a deux ans en Guadeloupe. Avec une précision de cinq millimètres, il mesure le raccourcissement de l'île dans la direction est-ouest : les plaques Caraïbe et Atlantique convergent et le contact interplaque est bloqué, de sorte que l'île se « rétrécit ». Les mesures gps indiqueront la largeur et la position de la zone bloquée qui romprait au prochain séisme. Comme le raccourcissement entre Basse-Terre, à l'ouest, et La Désirade, à l'est, ne dépasserait pas quelques millimètres par an, il faudra cinq à dix ans pour avoir les premières estimations fiables.

 

Au cours d'expériences de sismique marine, des navires envoient par canon à air des vibrations qui pénètrent dans la croûte terrestre. On enregistre leurs échos, ce qui permet de localiser précisément le contact interplaque en profondeur (ce dernier renvoie un écho particulier) et de définir si ce contact est bloqué, ou, au contraire, découplé. Des sismomètres sous-marins à l'est des îles, près de cette faille, affinent la localisation de la « petite » sismicité, plus ou moins régulière, de l'interplaque. Enfin, en étudiant la croissance et la mort des coraux près des côtes insulaires, on évalue les soulèvements et les affaissements des côtes : les coraux poussent à faible profondeur et meurent quand ils ne sont plus recouverts d'eau. On en déduit les mouvements verticaux des côtes qui sont directement liés aux phases de chargement des plaques entre deux séismes et de rupture de l'interplaque au moment du séisme.

 

La Méditerranée n'a rien à envier aux Antilles : au sud de la Grèce, la plaque africaine monte vers le nord avec une vitesse de trois centimètres par an. Elle plonge sous la mer Égée, qui est solidaire de la plaque anatolienne et qui se déplace d'un centimètre par an vers le sud au niveau de la Crète. Il en résulte une convergence des plaques de près de quatre centimètres par an, produisant une forte sismicité le long de l'interplaque et dans la plaque plongeante, jusqu'à 100 kilomètres de profondeur. Ce contact dessine en surface un arc qui part des îles ioniennes à l'ouest de la Grèce, file vers le sud en bordant le Péloponnèse, puis tourne vers l'est pour longer la côte sud de la Crète, remonte ensuite au nord-est vers Rhodes et se termine près des côtes turques. Toutes ces régions côtières appartiennent à la plaque anatolienne et sont soulevées à long terme par ce jeu de plaques.

La Méditerranée sous tension

Deux grands séismes issus de cette zone de subduction ont produit des tsunamis dévastateurs en 365 et en 1303. Le premier provoqua de fortes destructions, en particulier en Crète. Il en­gendra un tsunami qui ravagea le littoral de toute la région, jusqu'à l'Égypte et la Sicile orientale. Selon les textes qui nous sont parvenus, 50 000 personnes auraient péri à Alexandrie. Sa magnitude fut sans doute comprise entre 8 et 8,5. Le séisme de 1303, de magnitude estimée à 8, ruina l'île de Rhodes et la partie orientale de la Crète. Il produisit un tsunami qui atteignit aussi les côtes égyptiennes. Ainsi, la subduction hellénique est active, même si les événements majeurs sont rares.

 

Les séismes de subduction ne sont pas les seuls à produire de grands tsunamis. La convergence des plaques africaine et eurasiatique, dans leur partie ouest, résulte de systèmes de failles dites chevauchantes, ou inverses. Ces failles forment des rampes inclinées, sur lesquelles monte une des deux plaques.

 

Contrairement à ce qui se passe dans les zones de subduction, la plaque lithosphérique chevauchée ne s'enfonce pas sous le manteau. De plus, ces failles sont confinées aux 10 ou 20 premiers kilomètres de la croûte. En surface, elles paraissent très fragmentées, en segments de quelques dizaines de kilomètres de longueur. Les ruptures sismiques qui s'y propagent se bloquent rapidement. Les séismes qui rompent plusieurs segments d'un coup sur plus d'une cinquantaine de kilomètres sont rares. Ils correspondent à une magnitude 7.

 

 

De nombreuses failles chevauchantes sont en mer, au sud du Portugal et à l'ouest du Maroc, dans l'océan Atlantique, ainsi que le long de la côte nord marocaine et algérienne, en mer Méditerranée. Le séisme de 1755, qui a ravagé la ville de Lisbonne, aurait été causé par une telle faille. Il a produit un tsunami destructeur qui a touché les côtes portugaises, espagnoles et marocaines ; il a remonté le Tage avec des vagues de 20 mètres de hauteur qui ont balayé la partie basse de la capitale portugaise. La vague a été ressentie jusqu'aux Antilles. En analysant les traces du tsunami, les géophysiciens ont situé la faille à une centaine de kilomètres au sud-ouest de Lisbonne, mais sa localisation reste imprécise. D'autres failles sous-marines existent dans cette région et pourraient avoir le même potentiel destructeur (voir Le tremblement de terre de Lisbonne, par A. Kopf, dans ce dossier).

 

En mer Méditerranée, le 21 mai 2003, le séisme algérien de Boumerdès, de magnitude 6,7, a fait près de 2 000 morts et engendré un tsunami : une faille parallèle à la côte et longue de 50 kilomètres, dont le plan incliné est dirigé vers le sud, a soulevé la côte algérienne et le fond marin d'environ 50 centimètres. Le tsunami n'a pas fait de victimes, mais a touché les Baléares, 250 kilomètres plus au nord, et endommagé des centaines de petites embarcations avec des vagues d'un à trois mètres. Un séisme un peu plus puissant que celui de Boumerdès – de magnitude 7 à 7,5 – sur les failles voisines, à l'ouest ou à l'est, produirait un tsunami meurtrier sur une cinquantaine de kilomètres du littoral algérien, et aux Baléares. Est-ce envisageable ? Historiquement, la région d'Alger a connu d'autres tsunamis plus importants, comme en 1365, où la partie basse d'Alger fut inondée.

 

Ce risque existe à l'autre bout de la Méditerranée : au Liban, une faille chevauchante suit le tracé tortueux de la grande faille du Levant qui longe la côte méditerranéenne, de l'Égypte à la Turquie. La faille chevauchante forme une grosse « écaille » de croûte terrestre. En partie sous l'eau, elle est susceptible de produire un grand tsunami en se soulevant lors d'un séisme.

 

D'autres types de failles – dites failles normales – engendreraient des tsunamis. Elles fonctionnent dans des régions d'extension tectonique ou de rift : la « rampe » inclinée que forme la faille permet au bloc supérieur de descendre, contrairement aux chevauchements (voir la figure 2c). Le fond marin subit une rapide subsidence, qui creuse la surface de l'eau. Les failles normales constituent des systèmes très segmentés, avec des longueurs typiques de 10 à 30 kilomètres. Les magnitudes des séismes associés dépassent rarement 6,5.

 

En mer Méditerranée, les principaux systèmes de failles normales sous-marines bordent l'Est de la Sicile (formant en particulier le détroit de Messine), le Nord du Péloponnèse (formant le golfe de Corinthe, un rift qui s'ouvre à une vitesse de 1,5 centi­mètre par an), l'Ouest de l'île d'Eubée, au Nord d'Athènes, et tapissent tout le fond de la mer Égée, dont le plancher s'étire vers le Sud. Une de ces failles a engendré le séisme de Messine de 1908, de magnitude de l'ordre de 7,5. Le tsunami associé a noyé les côtes proches de la Sicile et de la Calabre avec des vagues qui atteignaient huit mètres de hauteur.

 

Aux Antilles, de grandes failles normales zèbrent l'arc volcanique de la plaque Caraïbe, en particulier autour de l'archipel de Guadeloupe. Une telle faille de 20 kilomètres de longueur a rompu au Sud de la Guadeloupe le 21 novembre 2004, avec une magnitude 6,3, faisant descendre le fond marin d'une cinquantaine de centimètres. Les vagues du tsunami sont montées jusqu'à quatre mètres dans certaines petites baies, à une dizaine de kilomètres de distance – sans faire de victimes heureusement. Une campagne française d'exploration marine a cartographié cette faille récemment. Cette expédition a révélé et précisé la position de nombreuses autres failles normales sous-marines. Certaines d'entre elles sont longues d'une cinquantaine de kilomètres : si elles viennent à casser d'un coup, la magnitude dépasserait 7, et des tsunamis importants seraient à craindre jusqu'à une centaine de kilomètres de distance.

Glissements sous-marins

Un tsunami puissant peut avoir d'autres sources naturelles que les séismes : glissement de terrain sous-marin, éruption volcanique sous-marine, déstabilisation d'un flanc de volcan dont les débris s'écroulent en mer. Sans oublier les météorites, qui peuvent frapper n'importe où.

 

Un glissement de terrain sous-marin est parfois déclenché par de fortes vibrations sismiques ; dans ces conditions, il est difficile de savoir si le tsunami résulte du glissement de terrain ou du séisme. En 1998, en Papouasie-Nouvelle-Guinée, une gigantesque vague, haute en certains endroits de 15 mètres, a submergé une dizaine de kilomètres de côte, à la suite d'un séisme de magnitude 7,2 au large, et a fait 3 000 morts. Les calculs ont montré que 90 pour cent de l'amplitude du tsunami est due à un glissement sous-marin déclenché par le séisme.

 

Les côtes méditerranéennes sont propices à de tels phénomènes. Les séismes de magnitude 6 ou plus, produits sur les systèmes de failles normales ou chevauchantes de la Méditerranée, favoriseraient ces déclenchements, en raison de la proximité de nombreux deltas de fleuves et de rivières. De plus, les failles normales et inverses créent elles-mêmes des conditions favorables aux avalanches : leurs glissements cumulés sur des centaines de milliers d'années produisent de grands escarpements et des reliefs accidentés. La France métropolitaine serait touchée par des tsunamis locaux dans la région sismique de la mer Ligure, au large de la Côte d'Azur.

 

L'événement catastrophique le plus ancien de l'histoire eut lieu en Grèce. En –373, un séisme a détruit la puissante cité grecque d'Helike, sur la côte Sud du golfe de Corinthe. Quelques heures après, la ville fut submergée par un tsunami, et ses ruines – d'après les textes – étaient encore visibles sous l'eau après plusieurs siècles. Les interprétations actuelles de ce récit mettent en jeu un gigantesque glissement sous-marin dû à des vibrations sismiques. L'ensemble aurait engendré une puissante vague qui aurait submergé la partie basse de la cité et entraîné sous l'eau, à une dizaine de mètres de profondeur, plus d'un kilomètre de côte, y compris le port d'Helike.

 

Le tsunami le plus important du xxe siècle a été produit le 9 juillet 1956 par un séisme de magnitude estimée à 7,5, sur une faille normale de la mer Égée, entre l'île d'Amorgos et celle d'Astypalea. Les vagues ont atteint 20 mètres de hauteur sur ces îles. Elles étaient encore hautes de près de trois mètres sur la côte nord-est de la Crète, 100 kilomètres plus au sud. Un mouvement de faille seul aurait engendré des vagues cinq fois plus petites. On en déduit qu'il y aurait eu un gigantesque glissement de terrain, ce qui est compatible avec le relief sous-marin très escarpé de cette zone.

 

En ce qui concerne les éruptions volcaniques, l'histoire a retenu l'explosion de l'île de Santorin vers –1650, en mer Égée. Provoqué par l'effondrement du cratère, le tsunami a balayé les côtes de la Méditerranée orientale, avec des vagues estimées à une quarantaine de mètres au voisinage de l'île.

 

Aux Antilles, les volcans actifs ont tous subi de grandes déstabilisations de flanc qui ont déversé dans la mer de monstrueuses avalanches, de quelques dixièmes à quelques dizaines de kilomètres cubes de roches. On retrouve les traînées jusqu'à plusieurs dizaines de kilomètres des côtes. Les vagues produites localement pou­vaient dépasser la dizaine de mètres. Heureusement, de telles avalanches sont rarissimes : en Guadeloupe, la dernière avalanche remonte à 3 000 ans.

 

Ainsi, ni la mer Méditerranée ni les Antilles ne sont épargnées par les tsunamis, même si la tectonique de ces régions ne semble pas produire des événements aussi puissants que celui de Sumatra. L'histoire montre que les effets des vagues sont pour la plupart locaux, restreints à quelques dizaines, au plus quelques centaines de kilomètres. Ces courtes distances impliquent que le temps entre le mouvement sous-marin déclencheur (séisme ou glissement de terrain) et l'onde de gravité varie de quelques minutes à quelques dizaines de minutes.

Alertes : que faire ?

Depuis la catastrophe de 2004, un réseau d'alerte aux tsunamis, sem­blable à celui du Pacifique, se met en place dans l'océan Indien, sous l'égide de l'unesco (voir La surveil­lance des tsunamis transocéaniques, par F. Schindelé et H. Hébert dans ce dossier).

 

Un projet équivalent est en cours de discussion pour les Caraïbes, et plusieurs projets européens envisagent la surveillance en temps réel de la Méditerranée. Cependant, aux Caraïbes comme en Méditerranée, les sources sismiques sont proches des côtes. Les solutions d'alarmes opérationnelles devront être adaptées et améliorées : plus d'un quart d'heure est actuellement nécessaire pour valider les pré-alertes sismiques, combiner ces informations avec les mesures des marégraphes, et envoyer un bulletin aux autorités compétentes – lesquelles mettront aussi du temps pour alerter et évacuer les zones menacées. L'utilisation de tsunamimètre semble être une bonne solution pour améliorer l'alerte. Cet instrument détecte les vagues quelle que soit l'origine du tsunami (séisme ou effondrement de volcan).

 

 

On pourrait imaginer des systèmes automatiques, plus rapides, qui se­raient connectés directement aux réseaux sismiques et marégraphiques. Les populations côtières seraient alertées sans intermédiaire humain, par sirène, radio, portable… Cependant, il est difficile d'assurer la fiabilité parfaite de tels systèmes automatiques.

 

Enfin, la mise en place du système d'alerte ne sera efficace que si les populations sont éduquées.

 

Sources POUR LA SCIENCE

 

Posté par Adriana Evangelizt

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
2 décembre 2012 7 02 /12 /décembre /2012 16:10

Va-t-on vers un réchauffement ou un refroidissement ? D'accord, nous sommes en décembre, mais cependant, en ce qui concerne Moscou, j'ai posé ci-dessous trois videos qui datent de mois différents dans l'année 2012. Avril, Octobre et Décembre...

 

Il semblerait que l'obscurcissement du soleil soit effectif. Ceci est dû en grande partie à tous les volcans de la planète qui crachent de la cendre sans cesse...

 

 

 

Cette video date d'Avril 2012...

 

 

Octobre 2012

 

 

 

 2 décembre 2012

 

 

 Posté par Adriana Evangelizt

Repost 0
2 décembre 2012 7 02 /12 /décembre /2012 14:07

Il y a eu plusieurs morts et blessés suite à l'effondrement d'un tunnel au Japon. La cause de ce désatre EST INDETERMINEE, nous dit-on. Vraiment ? Quand on sait que ce tunnel traverse des montagnes situées non loin du Fuji-Yama, volcan actif avec une pression qui ne cesse de monter et au vu du nombre de secousses et de séismes que subit le Japon, il nous semble, au contraire, que la CAUSE EST CLAIREMENT DETERMINEE...

 

 

 

 

Au Japon, la police a repéré plusieurs corps calcinés dans le tunnel autoroutier qui s'est effondré ce dimanche dans le centre du pays. On ne dispose d'aucun bilan vraiment précis. Les autorités indiquent que sept personnes sont portées disparues. Il y a également deux femmes blessées. Elles ont été hospitalisées.

 

Le drame s'est produit en début de matinée. Pour une raison encore indéterminée, une partie de la voûte du tunnel s'est affaissée. Des véhicules ont été écrasés par des blocs de béton. Une voiture a pris feu.

 

Les secours dépêchés sur place ont pu éteindre l'incendie, mais il semble difficile d'atteindre les automobilistes coincés sous les gravats, d'autant que d'autres parties du tunnel menacent à leur tour de s'effondrer.

 

Ce tunnel est un des plus longs du Japon. Il mesure 4,3 kilomètres. Il traverse une zone montagneuse près du mont Fuji à l'ouest de Tokyo.

 

Sources EURONEWS

 

Une autre video légèrement différente...

 

 

 

 

Posté par Adriana Evangelizt

 

Repost 0
3 mars 2012 6 03 /03 /mars /2012 11:30

J'arrive ! Aux royaumes des aveugles, les borgnes sont rois, dit le dicton. Alors que fais-je, Pierre ? J'essaie de devenir justement moins "borgne" pour vous informer et vous instruire, mais sachez bien qu'à la base, nous sommes tous "borgnes", car nous ne devons nous servir que de l'oeil situé entre les deux arcades soucillères. J'expliquerai ce que je fais en suivant... je "mange le Livre", comme il est écrit dans l'Apocalypse :

 

Et la voix, que j'avais entendue du ciel, me parla de nouveau, et dit: Va, prends le petit livre ouvert dans la main de l'ange qui se tient debout sur la mer et sur la terre.

 

Et j'allai vers l'ange, en lui disant de me donner le petit livre. Et il me dit: Prends-le, et avale-le; il sera amer à tes entrailles, mais dans ta bouche il sera doux comme du miel.

 

Je pris le petit livre de la main de l'ange, et je l'avalai; il fut dans ma bouche doux comme du miel, mais quand je l'eus avalé, mes entrailles furent remplies d'amertume.

(Apocalypse 10:8, 9, 10)

 

Vous ne pouvez pas vous imaginer combien la signification de ces paroles est vraie pour celui qui n'est plus instruit que par le Seul Instructeur qui nous dévoile la Vérité. Et celui-ci n'est pas sur terre. Aucun Vrai Initié ne reçoit l'Initiation d'un Humain, quelque soit son degré de Connaissance. L'Initiation se fait PAR LE HAUT. Elle vient du Ciel. Et plus vous "avalez le livre", davantage, effectivement, vos entrailles se remplissent d'amertume. Vous ressentez une grande douleur au niveau du plexus solaire, à tel point, qu'il vous est impossible de faire autre chose que de continuer à recevoir ce Flux d'informations. C'est ce qu'il m'arrive. Cela fait des jours que cela dure. Je suis comme bloquée et je ne suis pas la seule car je suis en contact avec d'autres personnes qui ressentent la même chose. Nous recevons des informations de cette Force Intelligente, mais également de nos Frères Supérieurs qui sont très présents en France pour une raison précise. Comme ils sont très présents au Moyen-Orient où le nettoyage nucléaire va commencer... je parlerai de tous ces sujets en suivant.

 

Il faut bien comprendre que les "informations" que nous recevons sont très très mauvaises, du passé comme du présent et du futur. Elles sont, d'ailleurs, difficiles à divulguer car nombre de gens ne pourront pas les "recevoir" et encore moins les comprendre. C'est malheureux à dire, mais c'est une Réalité que nous ne pouvons pas ignorer.

 

Il nous est donc demandé d'employer des métaphores ou des paraboles comme le faisait Yeshoua afin que seul les plus aptes puissent comprendre. Les paroles du Maître nous renseignent grandement sur la méthode à adopter :

 

Il leur répondit : Tous ne comprennent pas cette parole, mais seulement ceux à qui cela est donné. (Matthieu 19:11)

 

 Je tâcherai, malgré tout, d'être la plus claire possible pour qu'un maximum de mes lecteurs puissent comprendre. Et je tiens d'ailleurs à signaler qu'il n'est point ici question d'Instruction "humaine", l'Instruction n'a rien à voir à l'affaire, comme je l'ai déjà expliqué. Non, il s'agit d'une Perception extra-sensorielle qui développe l'Intelligence à comprendre les choses "secrètes" ou "cachées". Je vous donnerai deux ou trois petites clefs pour y parvenir.

 

Mais sachez bien que la Vérité est "Mortelle", très lourde à porter. C'est la raison pour laquelle cette Vérité vous est divulguée petit à petit. C'est un poids énorme, écrasant. Cela vous laisse comme assommé. Il faut le temps de "digérer l'Information" pour passer à la suivante. Voilà pourquoi les versets sur le "Livre à avaler" sont très réelles une fois que l'on a, non seulement, "décodé" leur signification, mais également "éprouvé", fait l'expérience de ce phénomène extraordinaire, dont je suis moi-même la première surprise, mes Amis...

 

Le Maître Galiléen a tenu sa promesse lorsqu'il dit : 

 

J'ouvrirai ma bouche en paraboles,

Je publierai des choses cachées depuis la création du monde.

(Matthieu 13: 35)

 

Je publierai des choses cachées depuis la création du monde... imaginez... c'est difficile, je le sais. Mais... il faut que vous sachiez, par exemple, qu'il y a déjà eu un "gouvernement mondial" ici-bas, il y a 500 000 ans... voilà pourquoi il y a des "Pyramides" sur toute la Planète. Et, à l'Origine, tout le monde parlait la "même langue". Promis, juré, vous saurez tout... ou  presque.

 

Alors, venons-en à ces tremblements de terre en France. Il y en a eu QUATRE en cinq jours et non TROIS comme on nous le dit. Parce qu'il ne faut pas oublier celui qui a eu lieu en Charente-Maritime, le 27 février, deux jours après mon anniversaire. Ce département n'est pas très loin d'où j'habite. L'onde de choc se rapproche... et je m'y suis préparée depuis longtemps déjà, en vivant presque comme au temps des hommes de caverne. Car c'est exactement le comportement qu'il faut adopter pour être moins pris au dépourvu. Simplement, je sais qu'il y a beaucoup de gens qui ne me croient pas et qui ne font rien en ce sens.

 

Comme je l'ai déjà dit, ce qui arrive chez les autres, arrivera chez nous. Je pense vous avoir communiqué l'Essentiel au travers de mes videos en ce qui concerne le "décryptage" de l'Apocalypse et du sens Réel de cette "Révélation", à savoir, quelque chose de "caché" aux Peuples afin de continuer à les exploiter. Les religions étant en tête de la Duperie. La Grande Catastrophe dont il est question est déjà advenue, parce qu'elle se répète inlassablement depuis des milliards d'années. Notre Terre est soumise à des Cycles plus ou moins destructeurs. Le plus terrible ayant lieu lorsque notre Planète a fait le tour des 13 constellations en 25 920 ans. Là, il se produit, déjà, un déplacement de son Axe, comme il s'en est également produit un voilà 12 960 ans.

 

Toutes ces informations sont contenues dans les mensurations de la Pyramide de Chéops. Nos Grands Ancêtres nous ont laissé de nombreux témoignages afin de nous aider à trouver la Vérité sur ce qu'il advient ici-bas et qui nous ramène à l'âge de pierre. Et s'ils l'ont fait, c'est dans le seul But que nous nous y préparions.

 

Malheureusement, les deux Castes Prédatrices qui trônent au sommet de notre Monde nous ont soigneusement camouflé les faits qu'ils connaissent parfaitement. Comme déjà dit, l'Arche de Noé en Norvège, n'est que l'Arbre qui cache la Forêt, comme les "sons de cornes" que l'on entend sur toute la planète. Je vous expliquerai cela aussi. Plus que jamais, il faut être sur ses gardes avec les "enfumeurs" qui tirent les ficelles de la manipulation. Ces mâlins suivent les textes bibliques et apocalyptiques à la lettre, pour nous donner l'Illusion que certains effets correspondraient à ce qui est décrit dans les livres. Les fameuses "trompettes"ou "cornes de brume" font partie de la mise en scène. Et s'ils les utilisent, c'est non seulement pour nous manipuler, mais surtout pour que l'on n'entendent pas les "vrais bruits" qui proviennent de la Terre et du Cosmos. Car ils ne pourront plus nous duper longtemps sur la "masse" qui se déplace dans notre Système solaire. Et l'écho de ce déplacement nous parvient très nettement par moments...

 

Il faut donc rester en alerte, y compris avec les objets volants non indentifiés dont certains sont des leurres fabriqués de mains d'hommes, là encore, pour camoufler la réalité de nos Frères Supérieurs qui veillent sur cette Planète et sont déjà entrés en conflit avec les Vénéneux qui se prennent pour les Maîtres du Monde, mais savent très bien qu'ils ne sont maîtres de rien du tout. Ca aussi, je vais vous l'expliquer, en détail.

 

Je vous demande donc de vous tenir prêts, mes Frères et Soeurs... en Conscience et Physiquement. Car les séismes vont aller en augmentant. Puisque je vous ai dit que les volcans d'Auvergne doivent se rallumer. Et je peux même vous affirmer que les "apocalyptiques" qui font leurs simagrées à Bucharach ne vont pas être déçus du voyage... j'ai fait des recherches sur ce nom, il est question d'un "monstre qui crache du feu", si vous voyez ce que je veux dire. Pour connaître la Vérité, il faut se pencher sur le passé et chercher la signification des symboles et des noms. Ce que ne font pas les scientifiques, pour la simple raison que cela remettrait en cause toutes leurs théories. Surtout celles où ils nient que la Terre à des Cycles destructeurs. Pour eux, tout est l'oeuvre du "hasard" ou n'est que "coïncidence".

 

Malheureusement pour eux, il va leur falloir bientôt se rendre à l'évidence et comprendre qu'ils ne possèdent absolument pas la Vraie Science comme nos Grands Ancêtres, bâtisseurs des Pyramides. Ils sont très limités, d'autant qu'ils ne prennent en compte les témoignages des Anciens, et ne cherchent pas à comprendre la signification exacte des mythes et légendes. On en a le cas pour l'Atlantide qui relèverait du roman. Là aussi, je vous réserve une surprise...

 

Donc pour conclure, je dirai qu'il existe une "ligne volcanique", associée à notre Serpent Ancien de l'Apocalyse, qui relie l'Etna et tous les volcans italiens à nos volcans d'Auvergne. Et là, elle est en train de tracer sa route sous l'eau et sous terre. Il faut que la jonction se fasse et elle se fera. Et personne ne pourra l'empêcher. Qui est plus fort que notre Terre en voie d'accouchement terrestre ? Ceux qui pensent qu'ils pourront changer quelque chose en priant ou en disant à la terre "je t'aime", sont grandement dans l'Erreur. Et je finirai par une phrase du Maître :

 

Jésus leur répondit: N'êtes-vous pas dans l'erreur, parce que vous ne comprenez ni les Écritures, ni la puissance de Dieu? (Marc 12 : 24)

 

Et entendons bien par Dieu, une Puissance qui n'a rien à voir avec la vision des croyants conventionnels... hélas !

 

 

Séisme dans le Sud : Une troisième secousse en cinq jours

 

 

Une nouvelle secousse a été ressentie ce vendredi matin dans le Sud-Est de la France. Il s'agit sans doute d'une réplique du séisme de magnitude 4,9 survenu dimanche soir.

 

La terre a de nouveau tremblé dans les Alpes de Haute Provence. Ce vendredi matin, un séisme d'une magnitude de 4,1 sur l'échelle de Richter a secoué le Sud-est de la France,  selon le Bureau central de sismologie français. C'est le troisième tremblement de terre dans la même région en cinq jours.

 

Cette nouvelle secousse, courte mais assez forte a été ressentie peu après huit heures dans la vallée de l'Ubaye. La terre a tremblé dans un rayon d'une soixantaine de kilomètres autour de l'épicentre, situé près de Barcelonnette. Mais pas de panique, ce séisme est qualifié de « modéré » par les spécialistes. Il s'agit « vraisemblablement une réplique » nouvelle dans la série commencée dimanche soir. 

 

Nombreux petits séismes dans la vallée de l'Ubaye 

Le séisme de dimanche soir avait été mesuré à 4,9 sur l'échelle de Richter. Quelques heures après, lundi dans la matinée, une première réplique, d'une magnitude de 4, avait eu lieu. 

 

La Haute vallée de l'Ubaye est « connue pour des crises sismiques associées à des périodes relativement longues après le choc principal », rappelle le Bureau central de sismologie français. Autrement dit, cette zone est régulièrement touchée par de nombreux petits séismes, si bien qu'en 2003-2004, plus de 16.000 séismes avaient été enregistrés par l'observatoire régional Sismalp de Grenoble. 

 

Les sismologues préviennent donc qu' « il est tout à fait possible que d'autres séismes se produisent encore dans les semaines ou les mois qui viennent sur ce secteur. »

 

Sources France-Soir

 

---------------------

 

Troisième séisme en France en deux jours

 

27 février 2012 - Pour la troisième fois en 48 heures, la terre a tremblé en France. Un séisme d'une magnitude de 4,0 sur l'échelle de Richter s'est produit lundi en fin d'après-midi dans les Alpes de Haute-Provence, selon le Bureau central de sismologie français, après une précédente secousse la veille au soir.

 

Ce séisme "modéré" et "ressenti faiblement par la population" s'est produit à 17H31 et son épicentre était situé, comme celui de la veille dont il était une réplique, au nord-est de Barcelonnette.

 

Le séisme survenu dimanche peu après 23H30 était d'une magnitude de 4,9.

 

Un autre tremblement de terre d'une magnitude de 3,8 avait été enregistré dimanche matin en Charente-Maritime.

 

Sources Le Parisien 

 

Posté par Adriana Evangelizt

Repost 0
10 janvier 2012 2 10 /01 /janvier /2012 16:45

Je pose ci-dessous un article qui date de juin 2008. Car on parle toujours de l'Arctique situé au Pôle nord mais rarement de l'Antarctique, situé au Pôle sud. Or, il s'y produit des choses très étranges qui sont bien évidemment en corrélation avec les phénomènes liés à l'Arctique. Car ces deux régions sont situées aux extrêmités de notre Terre et également près des pôles magnétiques nord et sud.

 

On ne peut pas nier que la fonte des glaciers est effective aux deux endroits. Le Groëndland (au nord) perd 100 MILLIARDS DE TONNES DE GLACES PAR AN. Convertissez cela en litres d'eau. Parallèlement,  en Antarctique (sud), 87 % des 244 glaciers "étudiés" ont reculé de 600 mètres. Il est bien dit "glaciers étudiés", ce qui signifie qu'il y en a beaucoup d'autres dont on ne nous dit rien car ils ne sont pas à l'étude. On peut même supposer que ce qui nous est dévoilé n'est que l'Arbre qui cache la forêt des glaciers fondus. Car, comme je vous l'ai déjà expliqué, les comptes rendus scientifiques sont comme les versets bibliques. Pour connaître la Vérité, il faut les décrypter. Enlever le voile qu'ils collent sur les mots et les expressions. Aussi, lorsque nous lisons que "le Groënland (nord) et l'Antarctique pourraient fondre plus vite que prévu", cela signifie, en temps réel, qu'ils se sont déjà liquéfiés. Car qui va au Groëndland ou en Antarctique pour vérifier ? A part les scientifiques ?

 

Avec ces données vagues de glace fondue qui se comptent par centaines de milliards de tonnes, il n'est pas difficile de comprendre que le niveau des océans a fortement augmenté.  Et pas deTROIS mm comme le serinaient les chercheurs, mais de 1 à 2 m. Et toujours, pas dans cent ans, mais d'ores et déjà. Voilà pourquoi il y a des inondations et la montée des eaux dans toutes les régions du monde. Franchement, si les eaux n'avaient augmenté que de 3 mm, on ne verrait pas tout ce que l'on voit aujourd'hui. Y compris chez nous où le programme PAPI ne se met certainement pas en place par hasard.

 

On voit donc avec ces deux Pôles qu'ils ont une incidence énorme avec l'Elément EAU. Mais également avec l'Elément FEU. Je parlais dans l'article précédent du volcanisme en Sibérie et en Arctique, mais que penser des drôles de phénomènes qui se produisent en Antarctide ? Plusieurs fois par jour, il y a des séismes de magnitude 7 qui ébranle les glaciers. Les scientifiques en ignorent l'origine. Et c'est bien normal puisqu'ils ignorent le fonctionnement de la Terre.

 

Cependant, nul doute que si cela cogne autant, cela signifie que dans le sous-sol, il y a un phénomène volcanique en action. Et l'on peut même fortement penser que les fameuses trapps de Sibérie (nord) qui sont entrées en action dans le passé, ont leurs soeurs jumelles dans le Pôle Sud. Mais comme tout était recouvert de glace, les chercheurs n'ont pas pu encore découvrir les vestiges de ce fait. Ou s'ils l'ont découvert, ils n'en parlent pas.

 

En conclusion, ce qu'il faut retenir, c'est que les Pôles sud et nord sont très actifs depuis environ quatre ans. Et lorsque vous survolez la Terre, vous entrevoyez très bien que le Nord et le Sud sont bien reliés par une ligne de Feu. Je repose la petite video...

 

 

 

 

Des violents séismes en Antarctique...

deux fois par jour

 

 

Enorme surprise des glaciologues : avec une régularité de métronome, la glace de la partie ouest du continent antarctique est secouée par des mouvements équivalant à un tremblement de terre de magnitude 7. A chaque craquement, le glacier avance de quelques dizaines de centimètres.

 

En plantant depuis plusieurs années des sismographes et des récepteurs GPS, une équipe américaine a mis en évidence un gigantesque glacier de cent kilomètres de large sur un kilomètre d'épaisseur. Cette énorme masse glisse vers l'océan au sein de ce que l'on appelle la Calotte Occidentale de l'Antarctique, ou, en anglais, WAIS (pour West Antarctic Ice Sheet). On désigne ainsi la partie du continent du côté des longitudes ouest, et qui contient la péninsule antarctique, cette langue de terre s'avançant en direction de l'Amérique du sud.

 

Entre 2001 et 2003, Douglas Wiens, un sismologue (Washington University in St Louis), avait installé 43 détecteurs en Antarctide (comme on appelle parfois le continent antarctique) pour analyser les inévitables vibrations parcourant la glace en perpétuel mouvement. Il avait alors mis en évidence des tremblements de glace, semblables à ceux que d'autres équipes avaient repérés au Groenland.

 

Mais dans la Calotte occidentale, ce sont de formidables ébranlements que les instruments ont détectés, étonnamment réguliers et violents. Deux fois par jour, les sismographes enregistrent une secousse dont l'énergie correspond à un tremblement de terre de magnitude 7, c'est-à-dire une puissance suffisante pour détruire une ville entière. Le terrible séisme qui a fait tant de dégâts en Chine le 12 mai dernier a été classé à 7,9.

 

Comment de telles secousses ont-elles pu passer inaperçues jusqu'ici ? Parce que ces tremblements de glace s'étalent sur une dizaine à une vingtaine de minutes, expliquent Wiens et ses collègues, alors qu'un séisme libère son énergie en quelques secondes seulement.

 

Saccades géantes

 

Pour mieux comprendre les mouvements de la glace, Wiens a travaillé avec Sridhar Anandakrishnan, un glaciologue de la Pennsylvania State University, qui, en 2004, avait planté une batterie de GPS. En comparant leurs séries de mesures, ces chercheurs ont découvert que cet énorme glacier avance brutalement à chaque secousse, de 46 centimètres en dix minutes, puis reste immobile durant douze d'heures.

 

Quel est le déclencheur de ces fracassants à-coups ? Peut-être la rupture d'un énorme bloc de banquise, à l'extrémité du glacier, là où il flotte sur l'océan et se disloque en icebergs. La brutale libération de contraintes mécaniques engendrerait alors une onde remontant le long du glacier.

 

Rien ne vient pour l'instant étayer cette hypothèse. Mais quelle qu'en soit la cause, le phénomène attire toute l'attention des glaciologues, qui ont désormais du travail devant eux pour expliquer ces tremblements de glace. Jusque-là, la progression d'un glacier était vue comme un mouvement à peu près continu. Mais ces observations en Antarctique évoquent au contraire un type de mouvement par saccades, souvent appelé stick-slip, signifiant à peu près collé-glissé. Ce phénomène physique très commun explique pourquoi un objet posé sur une surface légèrement inclinée ne bouge pas mais démarre brusquement pour ne plus s'arrêter quand l'inclinaison du support dépasse un certain seuil. C'est justement de cette manière que se déclenche un tremblement de terre. Visiblement, les glaciers peuvent aussi s'offrir du stick-slip.

 

Ces recherches présentent encore un autre intérêt. On sait que la fonte des glaces s'est accélérée en Antarctique et la manière dont ces énormes glaciers craquent et se disloquent influe directement sur l'élévation du niveau de l'océan. La vitesse à laquelle la glace coule vers la mer apparaît désormais comme un paramètre important de la régression des calottes polaires, ainsi que l'ont montré plusieurs scientifiques, dont Anny Cazenave et Eric Rignot. Mieux comprendre les mouvements de ces glaciers est donc indispensable pour prédire les effets du réchauffement climatique.

 

Sources :FUTURA SCIENCES

 

Posté par Adriana Evangelizt

Repost 0
10 janvier 2012 2 10 /01 /janvier /2012 13:49

Le Pôle Nord magnétique se déplacerait vers la Russie, nous dit-on, dans la video tout à fait en bas. J'avoue n'avoir pas très bien saisi tout ce que l'auteur explique au sujet de ce pôle. MAIS... il faut bien surveiller tout ce qui se passe en Arctique et aux alentours car, selon l'Histoire de notre Terre, c'est chaque fois en ce lieu que débute l'explosion titanesque de notre Serpent Ancien ou Ligne Volcanique... Je suis en train de finir un autre article, avec videos à l'appui, pour démontrer les similitudes dans un passé que les scientifiques situent toujours à des millions d'années. Car, comme déjà expliqué, plus c'est Ancien et moins on se sent concerné à cette époque où les repères se perdent si vite que presque toute l'Humanité n'en a plus.

 

On nous dit que ledit pôle se déplacerait à une vitesse de 40 km par an. A mon sens, il se déplace actuellement beaucoup plus vite, et il va même passer très bientôt à une vitesse supérieure, selon la Mémoire magnétique de la Terre, cachée en son sein. La même Mémoire étant également dissimulée au coeur de la Pyramide de Chéops. Voilà un des grands Secrets de ce monument que nos Grands Ancêtres nous ont légué pour nous prévenir. J'y reviendrai en suivant. Car la journée est consacrée à ce blog, avec des nouvelles inédites. Du moins, je l'espère...

 

Il y a beaucoup de signes précurseurs nous annonçant qu'il se prépare quelque chose de faramineux dans cette région. N'oublions pas que le magma remonte vers la croûte terrestre, et pas seulement dans le Nord. Notre Terre, associée à la Femme dans les douleurs de l'Enfantement dans l'Apocalypse et non pas à la Vierge Marie, va nous faire ses eaux. Et ses eaux sont brûlantes puisque c'est la lave. Notre Mère est en train de se liquéfier, littéralement. L'Elément FEU et EAU étant les principaux acteurs du chamboulement qui se prépare.

 

Le FEU couve en dessous, s'expulse lors des éruptions volcaniques, fait fondre les glaciers et, parallèlement l'EAU, peu à peu, gagne du terrain sur toute la surface du globe. C'est un Déluge au ralenti, pour commencer, avant que ne survienne la Grande Vague qui sera provoquée par le Basculement physique de notre Nourrice. Nourrice qui, justement, ne peut pratiquement plus nous nourrir tellement tout est vicié. Elle n'a qu'une seule envie : se débarrasser de ce Poison. Secundo, ses poumons, les forêts que l'on brûle, coupe, ou qui sont victimes d'incendie, font qu'elle est en train de s'asphyxier. Elle est un Être vivant, ne l'oublions pas. Un Être vivant qui se met en colère bien plus qu'elle ne le ferait ordinairement si les mauvaises actions des hommes à son encontre n'existaient pas. Car elle a des Cycles de Réparation, certes, d'une violence inouïe, mais le fait que nous ne l'ayons pas respectée va générer un Effet qui sera égal, voire supérieur, à la Cause engendrée par la Prédation de ce Système Criminel. Système Criminel et Destructeur. Car les bombardements qu'elle subit depuis que l'atome a été fissionné, c'est-à-dire depuis 1947, n'ont certainement pas arrangé ses défenses naturelles qui ont été complètement anéanties. Et malgré tout, les essais continuent et les bombardements souterrains aussi. Vous serez jugés à vos Oeuvres, physiquement, nous dit-elle. Tout le mal que vous m'avez fait s'ajoutera au mal que je dois vous faire pour enfanter d'un Monde Nouveau, c'est-à-dire d'une Peau Neuve ou Nouvelle Apparence.

 

Il fut un temps où les montagnes -que nous voyons aujourd'hui- étaient sous l'eau puisque l'on a retrouvé des fossiles de coquillages et de poissons à leur sommet. Ils ne sont pas arrivés là, par hasard. Il a bien fallu qu'il se passe quelque chose de terrible pour que ce qui était sous l'eau se retrouve au pic des Alpes. Je vous pose un petite doc que j'ai découpé pour que vous compreniez bien ce qui se passe, et notez le rôle de la lave dans ce processus...

 

 

 

Le paysage que nous voyons aujourd'hui va subir un changement radical car tout ce qui est Elevé va être Rabaissé et tout ce qui est Rabaissé va être Elevé, comme il est dit, à juste titre, dans les textes sacrés, et ceci s'applique aussi bien à la géographie qu'aux hommes. Si les montagnes vont redescendre sous l'océan, les Puissants qui se croient tels vont connaître le même sort. C'est ainsi.

 

Nous savons également qu'il y a des milliers de cités englouties sous les océans. A la prochaine Configuration, elles vont réapparaître à l'air libre. L'Atlantide, en tête de liste. Comme il serait agréable et instructif d'être parmi les Survivants et de pouvoir survoler ces lieux que nous n'avons pas connu dans ce temps. Qui peut nous dire que les vestiges des civilisations que l'on a retrouvé sous les sables, comme celle des Sumériens, ne se trouvaient pas sous l'eau, auparavant ? Qu'elles n'aient pas remonté lors du Dernier  Grand Cataclysme ? Voilà pourquoi sans doute les datations sont faussées et qu'il manque des milliers d'années au calendrier des "chercheurs" actuels. Mais ils ne pensent pas à tout cela. Pour eux, tout ce qui est visible sur terre l'a toujours été. Grave erreur. Parce que c'est toujours le même phénomène qui se reproduit depuis des millions, voire des milliards d'années.

 

Notre Planète est une Terre Evolutive qui change d'apparence constamment. Et par là même, nous aussi. Nous ne sommes pas ici en villégiature. Il y a, certes, des moments de répit où le Paradis s'installe, mais cela ne dure pas. Car le processus de Transformation de notre Mère Nourricière nous enlève tout ce qu'elle nous a donné. Ici-bas, rien n'est jamais acquis. C'est une chose que nos Grands Ancêtres savaient et qu'ils nous ont légué en témoignage. On en trouve quelques bribes dans les textes bibliques, il faut bien sûr lire entre les lignes : 

 

Les terres ne se vendront point à perpétuité; car le pays est à moi, car vous êtes chez moi comme étrangers et comme habitants. (Lévitique 25:23)

 

Nous ne sommes que de passage et notre Mission n'est pas de s'accrocher à un bout de terre, à une maison, ou à un individu, mais d'être Libre... ici, nous sommes en Exil... qui est associé au mot "étranger" dans les textes...

 

Car je suis un étranger chez toi,

Un habitant, comme tous mes pères.

(Psaumes 39:13)

 

Je suis un étranger sur la terre.

(Hébreux 11:9)

 

Ces mots n'ont pas été gravé pour rien. "Etrangers SUR LA TERRE" est très significatif de notre Condition ici-bas. Des Etrangers. Des Exilés.

 

Bien-aimés, je vous exhorte, comme étrangers et voyageurs sur la terre, à vous abstenir des convoitises charnelles qui font la guerre à l'âme.

(1Pierre 2:11)

 

Non seulement Etrangers mais également Voyageurs, c'est-à-dire déracinés. Voilà d'ailleurs d'où vient l'expression "juif errant", qu'il faut remplacer par "homme errant" car telle est notre Destinée. Découvrir et Connaître. Et non pas rester figé comme un piquet fiché dans son champ. Voilà pourquoi le Maître a dit :

 

Les renards ont des tanières, et les oiseaux du ciel ont des demeures ; mais le fils de l'homme n'a pas où reposer sa tête.

(Matthieu 8 : 20.)

 

Si nous sommes Etrangers sur la Terre, alors où est notre Demeure ? D'où venons-nous ? Où devons-nous aller ? Voilà où se situe notre Quête du Graal, mes Frères et Soeurs...

 

Et voilà pourquoi il faut avoir un OEIL sur le Nord de ce globe, pour en revenir à des choses plus prosaïques -vu que ce qui précède est incompris ou non appliqué par le commun des mortels-... nous savons que les glaciers fondent à des vitesses vertigineuses et que les séismes ne cessent de se succéder dans cette région, notamment en Sibérie où se situent les fameuses Trapps. Pour ne prendre que les derniers, séisme de 6.6, le 27 suivi d'un autre de 4, le 1er janvier. Celui du 27 aurait, en réalité, atteint une magnétude de 9 en surface, ce qui est tout à fait inhabituel, nous dit-on.

 

La Sibérie est assise sur une zone fractale car il y a une activité volcanique intense sous le manteau, à cet endroit, situé comme par hasard, à proximité du pôle nord magnétique. Le volcan Kizimen n'est pas entré en éruption en mars 2011 pour des prunes. Dans la péninsule du Kamtchatka, vous avez un amoncellement de volcans sur une surface de 400 000 km carrés. Il y a 38 volcans actifs et 130 "éteints"... voir ICI, page 70. Je pencherai plutôt pour dire qu'ils sont endormis, ce qui fait 168 volcans prêts à chanter en choeur. A mon sens, c'est là que s'allume la mèche qui enflamme notre fameuse Ligne reliant tous les volcans les uns aux autres. Le fait que les scientifiques lient les extinctions de masse passées à cette explosion phénoménale n'est pas un hasard. Car l'histoire est toujours la même et ne cesse de se répéter. Ceci étant relié aux séismes qui se produisent régulièrement dans l'Océan Arctique. Mais également dans le Canada Arctique qui est une des régions les plus tremblantes qui soit. Voyez ICI la carte des séismes pour la dernière année.

 

Croyez-le, il va suffire d'un GROS BOUM pour que tout le reste s'enflamme, comme par le passé. De toute façon si vous survolez la terre, il ne peut pas vous échapper que le FEU est visible partout, voyez l'extrait et constatez que cela forme bien une ligne continue...

 

 

 

Donc que le Pôle nord magnétique soit dans le territoire russe ne peut pas nous étonner car de son déplacement dépendent séismes et éruptions volcaniques. Et s'il se met à vraiment accélér, c'est-à-dire à parcourir plusieurs km en un jour, là, nous pourrons être en alerte. Mais nous préviendra-t-on ? J'en doute fort. Voilà pourquoi il est important de trouver la "date" inscrite dans la Grande Pyramide. Nous y travaillons...

 

Je poserai l'article éruption volcaniques et remontées du méthane en dernier car je veux vous entretenir d'autres sujets et notamment des Pyramides...

 

 

 

 

 

 

Un vieil article qui ne date pas d'hier...

 

 

Accélération du pôle Nord magnétique

 

 

Le pôle Nord magnétique se déplace beaucoup plus rapidement qu'auparavant et aura définitivement quitté le Canada vers 2005 pour se diriger vers la Russie, selon un scientifique de la Commission géologique du Canada, Larry Newitt.

 

Le pôle Nord magnétique n'a cessé de dériver vers le nord depuis sa découverte en 1831 sur la côte ouest de la presqu'île de Boothia, dans le sud de l'archipel arctique canadien.

 

Sa vitesse de déplacement s'est cependant considérablement accélérée, passant d'environ 10 kilomètres par an avant 1970 à environ 40 km/an en ce moment, a calculé M. Newitt.

 

Selon M. Newitt, "cette accélération est produite par des secousses géomagnétiques" dans le noyau de la Terre.

 

Le pôle Nord magnétique est actuellement situé à environ 150 km au nord-ouest de l'île Ellef Ringnes, tout au nord de l'archipel arctique, et devrait d'ici trois ans avoir franchi la limite des eaux territoriales canadiennes.

 

Au rythme et en fonction de sa direction actuelle, il devrait atteindre la Sibérie dans "environ 50 ans", a déclaré M. Newitt à l'AFP. "Il se retrouverait alors au large de l'île Severnaja Zemlja (terre du Nord)". "Mais il n'y a jamais rien de sûr", a-t-il dit. "Il pourrait changer de direction, ralentir ou rebrousser chemin".

 

Le pôle magnétique, direction vers laquelle pointe l'aiguille d'une boussole est situé à l'endroit où le champ magnétique terrestre est perpendiculaire à la surface de la Terre.

 

L'importance du pôle Nord magnétique vient du fait que l'angle qui le sépare du pôle Nord géographique permet de calculer la déclinaison magnétique, essentielle à la navigation.

 

Sources ATARAXIE

 

Posté par Adriana Evangelizt

 

Repost 0
3 janvier 2012 2 03 /01 /janvier /2012 10:50

 Merci à Stardust et d'autres pour le lien ou l'info. J'ai effectivement vu hier que le Laacher est en train d'émettre des signes. Le problème étant que je ne peux pas tout faire et comme je suis en train de lire des livres par rapport à ce qui nous concerne et notamment les signes inscrits sur la Pyramide de Kheops, ça me prend du temps. En effet, comme il est expliqué dans la video, la Révélation des Pyramides, nos Grands Ancêtres ont bien voulu nous signifier quelque chose par cette construction. Et notamment qu'il se passe un Evènement Dramatique à une certaine époque. Là, désormais, j'en suis sûre et certaine. Et je vais même vous dire mieux, par rapport aux inscriptions qui sont sur la table en pierre du Sphinx, soit les égyptologues "patentés" ne savent pas lire, soit ils nous mentent. Vous vous souvenez qu'ils nous racontent qu'un pharaon a eu un "songe" où le Sphinx lui demandait de le "désensabler". Mais quelle foutaise ! J'ai le "vrai rêve" du "personnage" et pourquoi il a construit les Pyramides avant le Déluge. Ecrit noir sur blanc dans les Annales de DEUX Chroniqueurs Arabes qui ont récolté toutes les traditions sur les Pays d'Orient et notamment d'Egypte. Attendez, vous n'allez pas être déçus. Et je n'en suis qu'au début.

 

L'Apocalypse finalement -comme le livre de Daniel, et d'autres Prophètes- n'est que le condensé de la Loi ORALE Originelle que CEUX QUI SAVAIENT transmettaient à leur Descendance sans jamais rien écrire. Ils pratiquaient le bouche à oreille. Comme déjà expliqué, lorsque les hommes ont commencé à Ecrire, ils ne pouvaient pas livrer la Vérité aux Peuples. Et l'on comprend pourquoi.  Il n'y a qu'à voir les réactions de certaines personnes lorsque l'on dit que la Terre va se reconfigurer, ce qui entraîne une EXTINCTION DE MASSE. Ni plus ni moins. Mais peut-être encore plus cette fois car il y a le nucléaire. Les Anciens ont donc Voilé la Grande Catastrophe qui se produit cycliquement et se répète sans cesse. Ils l'ont rendu ININTELLIGIBLE pour les Peuples mais LISIBLE pour ceux qui ont atteint un certain degré d'INTELLIGENCE. Intelligence signifiant "lire entre les lignes", décrypter les Symboles. On y revient toujours. Et ceux qui n'ont pas fait cette démarche ne peuvent pas comprendre. Voilà pourquoi il est écrit :

 

Donne-moi l'Intelligence, pour que je garde ta loi

Et que je l'observe de tout mon coeur!

 (Psaumes 119:34)

 

Pour que je garde Ta Loi et que je la comprenne, il me faut de l'Intelligence. Je ne parle pas là d'Instruction. Cela n'a rien à voir. Or tout le monde peut acquérir cette "Compréhension" en lisant les textes avec l'Oeil de son Âme. Y compris les plus simples. Car certains "mots" agissent comme des Clefs. Ils ouvrent les Portes de l'Esprit. C'est ceci qu'il faut bien comprendre :

 

 La révélation de tes paroles éclaire,

Elle donne de l'Intelligence aux simples.

(Psaumes 119:130)

 

La "révélation" de tes paroles... vous voyez la "révélation" ou "Apocalypse" est déjà très présente bien avant que le supposé Jean l'ait écrite. Tous les Prophètes en parlent. Ce qui signifie qu'il y a un Mystère à Elucider. Un Secret à Dévoiler. Une Enigme à Résoudre si nous voulons non seulement comprendre, mais également et surtout Evoluer. Car là est le BUT de notre Mission sur terre. Et ceux qui échouent régresseront, quoiqu'on en dise. Il ne s'agit pas de dire que "Dieu" est mauvais ou veut notre mal. Non. Il s'agit de comprendre que NOUS SEULS sommes les RESPONSABLES de notre Evolution ou de notre Régression. Je vous expliquerai tout cela, bientôt.

 

Plusieurs seront purifiés, blanchis et épurés; les méchants feront le mal et aucun des méchants ne comprendra, mais ceux qui auront de l'Intelligence comprendront. (Daniel 12:10)

 

Il faut donc acquérir un certain "niveau", une certaine Intelligence pour comprendre les Messages Codés des Textes Anciens. Voilà pourquoi il est écrit dès le tout début de l'Apocalypse, ceci :

 

Heureux celui qui lit et ceux qui entendent les paroles de la prophétie, et qui gardent les choses qui y sont écrites! Car le temps est proche.

(Apocalypse 1:3)

 

Heureux ceux qui "entendent", c'est-à-dire "comprennent". Et qui "gardent" les choses, c'est-à-dire "se souviennent".

 

Je vous dirai que lorsque j'ai commencé, avec mes videos, à vouloir divulguer le sens réel des textes bibliques, de nombreux Initiés m'ont dissuadé de le faire. Me disant que je perdrais mon temps car 99,9 % des gens n'y entendraient rien et que je parlerai à des murs. J'ai passé outre les conseils, bien qu'au fond de moi, je savais qu'ils avaient raison. Le Maître s'est heurté au même problème. Et quelquefois, cela L'exaspérait. Il en souffrait même. Cela transpire nettement dans les textes, il avait du mal à garder son calme. Parce qu'Il était Humain, avant tout. Je comprends tout à fait son attitude dans tous les contextes qu'Il a connu. Que cela soit avec le Peuple ou avec l'Elite. Il avait lu les Textes, notamment Les Psaumes, Daniel, Isaïe, Jérémie et en avait saisi le Sens Réel. Si vous lisez attentivement son Enseignement, vous voyez qu'Il n'a fait que reprendre les mots et idées des Prophètes, mais Il les a modernisés. Il a voulu les rendre plus compréhensibles pour les générations futures qui les liraient, et notamment, celles de ce temps. Il a fait preuve d'une belle "inventivité" et d'une merveilleuse créativité en usant de paraboles, dont chaque mot -qu'Il a réellement prononcé- est une Clef Magique qui dévoile l'AUTRE FACE, c'est-à-dire celle de la Loi Cachée. Car depuis la Nuit des Temps, tous les Initiés savaient qu'ils ne devaient jamais trahir le Secret sous peine d'en perdre la Vie. Il a passé outre. Alors, il n'est pas difficile d'imaginer Sa Souffrance parce qu'Il voyait bien qu'Il n'était pas compris de Son Peuple, parce que celui-ci avait été maintenu dans l'Igrorance et l'Inculture. Voilà pourquoi Il dit, d'ailleurs :

 

J'ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais vous ne pouvez pas les porter maintenant. (Jean 16:12)

 

C'est exactement ce que je ressens. Car oui, c'est une Grande Douleur que de vouloir livrer la Vérité à vos Frères et Soeurs et de constater qu'un tout petit nombre seulement parvient à comprendre.

 

Parce que la Vérité est TERRIBLE. Bien plus TERRIBLE que vous ne pouvez l'imaginer. Moi-même, j'ai dû mal à la digérer. Et j'apprends tous les jours quelque chose de nouveau. Que l'on ait pu nous berner à ce point, c'est impensable. Et pourtant, cela est.

 

Il se passe une Catastrophe Planétaire tous les 12 960 ans. Notre Terre change de peau et elle bascule. Elle est aidée en cela par le Cosmos. La Pyramide de Cheops est une Bible de Pierre où tout est inscrit en nombres correspondant à des dates cycliques. En arrondissant les années, pour l'instant, j'en ai trouvé QUATRE : 36 000, 26 000, 13000, 6000.

 

Toutes les Pyramides du monde sont construites sur un Cercle qui entoure la Terre et représente l'emplacement exact de l'Ancien Equateur. Je découperai l'extrait du documentaire qui explique ce fait. Ce qui prouve que notre Planète a bien basculé et que l'actuel Equateur n'est plus à la même place que le Précédent. Je ne vais pas m'attarder plus longtemps sur le sujet, ici, car je veux terminer avec le volcan qui se réveille en Allemagne.

 

En Juillet, je disais que "les volcans de l'Eifel n'allaient pas tarder à nous envoyer un message". Car je sais que tous les volcans de la planète visibles et invisibles, c'est-à-dire sous les océans, doivent se rallumer. C'est le processus essentiel qui participe au basculement des pôles magnétiques, ces derniers entraînant le basculement des pôles terrestres.

 

Alors, je sais bien que c'est difficile à imaginer pour les esprits cartésiens et les scientifiques, mais c'est exactement ce qu'il se produit. La Terre s'ouvre littéralement en deux du Nord au Sud et du Sud au nord de l'autre côté. Et elle crache de la lave pendant des milliers d'années. Voire plus. J'avais commencé un article la semaine dernière qui explique ce fait et les incohérences des chercheurs quant à leurs théories sur les extinctions de masse. Extinctions qui sont toujours dues au même phénomène, quoiqu'ils en disent. Il est certain qu'il est plus facile pour eux d'incriminer une comète, cela leur évite de se confronter au véritable Mystère de notre Terre qu'ils sont incapables de comprendre. Quand ils poseront leurs oeillères, sans doute y verrons-nous plus clair, mais ce n'est pas demain la veille, n'en doutons pas.

 

Le Laacher, de surcroît, a poussé sa grosse colère, il y a 12 900 ans, comme par hasard. C'est à dire à NOTRE DATE, celle de 12 960 ans, à quelques dizaines d'années près. Et ce n'est pas une coïncidence puisque il en est ainsi depuis que notre monde est monde.

 

Il faudra donc s'attendre à quelques remous en Auvergne d'ici peu.

 

Je vous poserai des videos sur les "apocalyptiques" de Bugarach et vous expliquerai également que ce n'est peut-être pas une base extraterrestre qu'il y a en dessous mais quelque chose de plus "bouillonnant". Tous les sites "magiques" dont parle la Tradition sont souvent associés aux volcans. Mieux, toutes les Catastrophes Terrestres -que nos Ancêtres ont connu ou dont ils ont entendu parler par les pères de leurs pères dans un lointain passé- sont associées à des fêtes religieuses dans tous les pays du monde. Ca aussi, je vous l'expliquerai. Ainsi quand on danse, pleure, crie pour fêter la "Mort d'Osiris", la "délivrance des israélites", la "fête du Tet" en Chine, j'en passe et des meilleures, et bien, en fait, vous remplacer les expressions religieuses par "basculement de la terre" et vous avez le Vrai sens des fêtes dans diverses religions. Ce qui signifie, grosso-modo, que l'on fait "fêter aux peuples" SANS QU'IL LE SACHE un évènement dramatique qui est survenu à diverses époques et surviendra encore, dont le prochain très bientôt. Mais ce que les Peuples ignorent, l'Elite le sait très bien. Pour elle, les textes sacrés ont été écrits de telle sorte qu'ils sont des points de repère avec des nombres correspondant à des dates précises. Nous le savons, les voies de Dieu sont impénétrables...

 

 

Un super-volcan dort en Allemagne et montre des signes inquiétants de réveil

 

 

 

 

C'est juste 628 km (390 miles) tapi loin sous le Laacher. Le lac près de Bonn est capable d'éjecter des milliards de tonnes de magma.

 

Ce monstre éclate tous les 10 à 12000 ans et le dernier a éclaté il y a 12900 années, de sorte qu'il pourrait sauter à tout moment.

 

Le volcan Laacher See est similaire en taille au Mont Pinatubo, qui a provoqué une chute des températures mondiales de 0.5°C quand il a éclaté en 1991.

 

Il a apporté sur 998 km (620 miles) carrés, de la cendre et des roches et plusieurs petits séismes dans la région l'année dernière indiquent que ce pourrait être l'éveil de son profond sommeil.

 

Les experts estiment que s'il ne s'éteint pas, cela pourrait conduire à une dévastation généralisée, les évacuations de masse et même à court terme, le refroidissement global par le nuage de cendres bloquant le soleil.

 

L'effet sur ​​le Royaume-Uni est difficile à prédire, mais il est possible que de grandes parties du sud de l'Angleterre pourraient être couverte de cendres.

 

On pense que le volcan est similaire en taille au Mont Pinatubo dans les Philippines, qui a éclaté en 1991 et est devenu la plus grande éruption du 20ème siècle.

 

Il a éjecté 10 milliards de tonnes de magma, 20 milliards de tonnes de dioxyde de soufre et 16 km cubes de cendres et a provoqué une chute des températures mondiales 0.5°C.

 

Les vulcanologues estiment que le volcan Laacher See est toujours actif en dioxyde de carbone et est en pleine effervescence à la surface du lac, ce qui indique que la chambre magmatique ci-dessous est en train de "dégazer".

 

Sources Wikistrike

 

Posté par Adriana Evangelizt

 

 

Repost 0
29 décembre 2011 4 29 /12 /décembre /2011 19:46

Signe précurseur pour mon Serpent Ancien ou Ligne volcanique qui se forme autour de la Terre, comme écrit noir sur blanc dans l'Apocalypse. Une île volcanique est apparue dans la Mer Rouge le 23 décembre suite à une éruption sous-marine qui a eu lieu le 19.

 

L'Histoire va se répéter... regardez où est située la Mer Rouge... entre la plaque Arabique et la plaque Africaine... observez aussi attentivement les lignes en pointillés noires, dont une s'arrête au sud de cette mer...

 

 

 

Ces pointillés représentent la Vallée du Grand Rift... région hautement volcanique, je cite :

 

Cette zone d’extension intracontinentale rejoint au nord deux structures extensives (des anciens rifts océanisés) qui limitent la plaque arabique : la mer Rouge et le golfe d'Aden. Le tripoint de l’Afar qui relie ces trois structures est une zone volcanique majeure découpée par de nombreuses failles normales.

 

Le fait que cette île volcanique ait jailli du fond de l'océan signifie qu'en dessous le feu couve... regardez l'extrait de doc que j'ai découpé ci-dessous... et voyez ce qu'il s'y passe et qui s'est déjà produit. Avec une différence de taille. C'est que dans la doc, ils disent que la lave s'est arrêtés sous la croûte, alors qu'en fait, c'est la ligne toute entière qui s'est ouverte comme pour les trappes de Sibérie qui sont elles aussi sur le point de cracher la lave...

 

 

Imaginez bien maintenant que le magma que vous voyez remonter là à un seul endroit, est en train de remonter partout,  sous toute la croûte terrestre... Dame Terre va nous faire ses eaux...

 

  

La mer Rouge a un nouvel habitant: une île fumante.

 

 

 

L'île a été créée par une éruption qui a eu lieu dans la mer Rouge au début du mois.

 

Elle est faite de débris volcaniques détachés de l'éruption.

 

Selon les nouveaux rapports, les pêcheurs témoin de l'éruption de lave, parlent d’une île atteignant 30 mètres. Le 19 décembre est probablement le jour du début de l'éruption, a déclaré Erik Klemetti, volcanologue à l'université de Denison à Granville, dans l'Ohio.

 

Les panaches de cendres ont été vus émanant le 22 décembre par un spectroradiomètre, un imageur à résolution modérée, ou MODIS, grâce aux stellites de la NASA.

 

L'instrument de surveillance de l'ozone par le satellite Aura de la NASA a détecté des concentrations élevées de dioxyde de soufre, indicateur d’une éruption.

 

Le 23 décembre, ce qui ressemble à une île nouvelle est apparue dans la mer Rouge au large de la côte ouest du Yémen. "Je suis surpris de la rapidité avec laquelle l'île a augmenté", écrit, Klemetti sans son blog OurAmazingPlanet.

 

L'activité volcanique s'est produite le long du Groupe Zubair, un groupe de petites îles orientées nord-ouest/sud-est.

 

Les scientifiques vont garder un œil attentif sur la nouvelle île pour voir si celle-ci ne sombrera pas.  "Parfois, les îles sont éphémères car faites de débris volcaniques, de sorte qu'elles sont détruites par l'action des vagues assez rapidement", a déclaré Klemetti.

 

Mais l'activité volcanique pourrait dépasser l'érosion due à l'action des vagues.

 

D'autres îles nouvellement apparues :

 

-Surtsey, Islande,

- Anak Krakatau dans la caldeira du Krakatoa en Indonésie

- Hunga Tonga-Hunga Ha'apai à Tonga dans le Pacifique Sud.

 

WikiStrike nomme ces nouvelles îles : les WikiIslands

 

Source: MSNBC  , the extinction protocol 

 

Sources Wikistrike

 

Posté par Adriana Evangelizt

Repost 0
15 septembre 2011 4 15 /09 /septembre /2011 10:32

Il y a eu un mini séisme en Auvergne, le 6 septembre. Il n'était pas gros, mais est significatif de ce qui se trame dans le sous-sol. Mais, en fait, cela fait longtemps que la terre tremble en Auvergne et que l'on ne nous en dit rien. J'ai posé ci-dessous un texte datant de 1995. J'ai surligné en rouge et GROSSI ce qui nous importe. Il y avait, entre 1962-1993, 1900 épicentres de séismes en Auvergne. Combien y en a-t-il aujourd'hui ? Si certains trouvent de la doc à ce sujet, je les remercie de me les signaler.

 

Ainsi apprenons-nous que pour cette période :

 

Trois séismes ont dépassé la magnitude 4,  110 séismes ont eu une magnitude entre 3 et 4 et plus de 1000 séismes ont une magnitude comprise entre 2 et 3. Tous les séismes de magnitude supérieure à 2 sont actuellement localisés.

 

Calme l'Auvergne ? Vraiment ? Les volcans seraient éteints ? J'en doute fort. Lisez avec attention, ça vaut la chandelle. Quand on sait que le magma remonte sous la croûte terrestre sur toute la planète, l'effervescence auvergnate ne peut pas nous laisser de marbre. D'autant que l'on nous dit qu'il manque quelque chose pour avoir une idée des séismes passés. Il manque des archives. Car ils n'ont commencé à s'intéresser aux séismes en Auvergne que dans les années 60. Les archives les plus anciennes ne remontent qu'au 15e siècle, où divers témoignages, concernant les tremblements de terre historiques dans cette région, ont été relevés. Vu les dégâts provoqués, on pense qu'ils étaient de magnétude 5 ou supérieure.

 

Le dernier séisme en Auvergne fortement ressenti a eu lieu le 25 mars 1957, à 10 km de Vichy.

 

Un examen plus approfondi montre que, dans la région de Clermont-Ferrand, une dizaine de séismes sur cinq siècles ont été de relative importance, soit un séisme tous les CINQUANTE ANS. Le plus important date de 1490.

 

Avant l'an 1000, le seule information dont on dispose est celle rapportée par deux témoins oculaires (Sidoine Apollinaire et Grégoire de Tours) qui parlent d'un SEISME EFFRAYANT. Mais, nous dit-on, cette information est trop vague pour être prise en considération. On y revient, les témoins du passé ne sont pas pris en considération. La science d'aujourd'hui ne tient aucun compte des témoignages laissés par nos Ancêtres. Voilà pourquoi nous courons à la catastrophe...

 

 

 

 

 

Mini séisme en Auvergne

 

 

Non, le réveil des volcans n’est pas encore pour aujourd’hui ! Mais le Réseau national de surveillance sismique (RéNaSS) a enregistré, mardi, un mini séisme dans l’Allier et à l’Est de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme). Deux secousses de magnitude 1,9 et 2 ont été ressentis respectivement à proximité du puy de Dôme et près de Vichy, à dix-sept minutes d’intervalle. Aucun dégât à signaler.

 

Sources News Auvergne

 

----------------

 

 

 

Sismicité Instrumentale en Auvergne

 

Les tremblements de terre en Auvergne

 

 

Une étude complète de la sismicité de l'Auvergne a été publiée dans le Bulletin de la Société Géologique de France [Dorel et al, 1995]. Nous présentons ici les résultats essentiels de cette étude.

 

Sismicité Générale

 

En Auvergne la première station sismologique a été installée en 1913 à l'Observatoire de Physique du globe de Clermont-Ferrand (OPGC). Mais il fallut attendre 1962 pour voir apparaître plusieurs stations dans le Massif central avec l'installation d'un premier réseau effectuée par le Commissariat à l'Energie Atomique (CEA). A partir de 1981 un deuxième réseau fut mis en place par l'OPGC. Ainsi actuellement une bonne quinzaine de stations sont opérationnelles sur l'Auvergne et les régions limitrophes.

 

Une partie de ces stations est incluse dans le Réseau National de Surveillance Sismique (ReNaSS) dont les données sont centralisées au Bureau Central Sismologique Français (BCSF) situé à Strasbourg qui est chargé de l'étude de la sismicité de la France.

 

Depuis 1962 nous avons donc une bonne connaissance de la sismicité instrumentale de l'Auvergne. Nous présentons sur la carte de sismicité la position de tous les séismes dont la localisation a pu être faite pour la période 1962-1993. Près de 1900 épicentres sont reportés sur cette carte dont l'aire géographique est limitée en latitude entre 43°,8 N et 47°,6 N et en longitude entre 1°,3E et 5° E. Sur les dix dernières années nous localisons en moyenne 80 séismes par an.

 

 

Trois séismes ont dépassé la magnitude 4, 110 séismes ont eu une magnitude entre 3 et 4 et plus de 1000 séismes ont une magnitude comprise entre 2 et 3. Tous les séismes de magnitude supérieure à 2 sont actuellement localisés.

 

 

Cette sismicité présente une distribution non uniforme. On observe une sismicité diffuse et relativement importante au nord-ouest de Clermont-Ferrand dans un quadrilatère formé par les villes de Clermont-Ferrand , La Souterraine, Châteauroux et Moulins. On remarquera d'ailleurs que c'est dans cette région qu'ont eu lieu les trois séismes de magnitude supérieure à 4 durant la période considérée. Une activité notable existe également dans la région de St-Flour, la région d'Ambert et dans les Monts Dore. Ailleurs l'activité est beaucoup plus faible et se manifeste par quelques épicentres isolés en particulier à l'ouest et au sud de Lyon, au nord du Puy, au nord-est de Montceau-les-Mines et du Creusot.

 

Sismicité de régions particulières

 

Région des Monts Dore

 

Cette région a été le lieu d'une activité relativement importante en 1980 et 1984 et dans une moindre mesure en 1982 et 1983. Les activités de 1980 et 1984 sont caractérisées par près de 80 séismes répartis respectivement sur 1 mois ( entre le 20 Mars et le 20 Avril 1980) et 4 jours ( du 9 au 12 Avril 1984).

 

Plusieurs séismes de magnitude voisine de 3 seront observés lors de ces deux crises. Ces séismes se placent sur la bordure nord-est de la caldeira des Monts dore. La crise sismique du 21 Janvier 1983 est caractérisée par sa courte durée (environ 5 heures) et un nombre de séismes de l'ordre de 40 avec une magnitude maximum de 3,7. Les foyers se situent au sud-est d'Orcival à 14 km de profondeur. La faible crise sismique de 1982 se traduit par 5 séismes, localisés près de la zone épicentrale de 1980, dont 2 ont dépassé la magnitude 2 (2,3 et 2,1). On notera que cette même région fut le lieu d'un séisme ressenti le 4 Avril 1965 dans les villes de Mont Dore et du Chambon. A cette date le réseau sismologique était insuffisant pour localiser correctement cet événement.

 

Région de Saint-Flour

 

Cette région est le siège d'une activité sismique qui se présente soit sous forme d'épisodes sismiques en des points précis soit sous forme plus diffuse par des épicentres isolés.

 

Les points particulièrement actifs sont au nombre de trois :

 

Le premier groupe de séismes situé au nord-ouest de St-Flour s'est manifesté en particulier durant une époque récente entre 1991 et 1993 avec près de 250 séismes dont les magnitudes n'ont pas dépassé 3,5.

 

La localisation de ces séismes est très précise ( erreur <1 km ) et tous sont concentrés dans un rayon de 2km autour du village de Coltines à moins d'une dizaine de km au nord-ouest de St-Flour. Toutes les profondeurs sont voisines de 6 km . Ces séismes se placent sur le prolongement supposé du fossé de St-Flour, sous la planèze. Ils pourraient donc être interprétés comme des rejeux du système de failles bordières méridionales du fossé. Compte tenu de la largeur de celui-ci la profondeur des séismes est en accord avec la rencontre des failles antithétiques. Ces séismes seraient donc le résultat de l'extension, encore active actuellement, du fossé de St-Flour. Cette activité est également suggérée par la présence de sources thermominérales carbogazeuses observées sur les bordures nord et sud du fossé.

 

Le deuxième groupe de séismes se situe au nord-est de St-Flour à mi-distance entre cette ville et Langeac. C'est en Août-Septembre 1986 que l'activité a été la plus notable avec 30 séismes enregistrés de magnitude inférieure à 3 . Aucune faille apparente n'est visible.  La profondeur des foyers est voisine de 9 km. Un peu plus à l'est, on note aussi quelques séismes au sud de Langeac.

Le troisième groupe de séismes est localisé au sud de St-Flour. Les foyers sont également à 6 km de profondeur. Ces séismes sont situés sur la bordure sud du graben de St-Flour et pourraient donc avoir la même origine que ceux de Coltines.

 

Région du Fossé d'Ambert

 

Cette région est caractérisée par un bassin d'effondrement oligocène. La sismicité bien localisée depuis 1987 montre que celle-ci se concentre sur la bordure ouest du bassin en trois régions bien délimitées: au nord-ouest d'Ambert , à l'ouest de Marsac et au nord-ouest d'Arlanc. Plusieurs essaims de séismes ont été observés dont les principaux sont en Octobre 1982, en Avril-Mai 1989 et le 11 Mars 1990. Outre ces essaims, on note des séismes isolés dans le temps. C'est ainsi que la région fut particulièrement active lors des années 1989 et 1990. La profondeur des foyers est comprise entre 10 et 12 km pour les séismes à l'ouest de Marsac et de 8 à 9 km pour les séismes au nord-ouest d'Ambert. La magnitude maximum atteinte pour ces séismes a été de 3,6 pour le séisme du 7 Février 1988 au nord-ouest d'Arlanc. On notera qu'un séisme à été fortement ressenti (degré V) le 23 Juin 1958 dont l'épicentre macrosismique se situait à l'ouest d'Ambert.

 

Les séismes de cette région pourraient être la conséquence du rejeu de failles hercyniennes de direction NO-SE, alors que les séismes à l'ouest de Marsac seraient plutôt à mettre en relation avec les anciennes failles oligocènes du bassin d'Ambert.

 

Région Nord-Ouest de Clermont-Ferrand

 

Au nord, la région de Cosne d'Allier située entre Montluçon et Moulins a été le lieu de plusieurs crises sismiques. Le 27 avril 1977 un séisme de magnitude 4,0 situé à 30 km au nord est de Montluçon près de Cosne d'Allier a été ressenti dans un rayon de 25 km autour de l'épicentre. L'intensité maximum a été de VI dans les villages de Bourbon l'Archambault de Meaulnes et de Theneuille où quelques dégâts ont été constatés. Près de 120 répliques ont été enregistrées dans les quinze jours qui ont suivi. Une activité sismique se manifestera encore dans cette région en Novembre 1984 ( 30 séismes) et en Janvier 1985 ( 40 séismes).

 

De même à 7 km au nord de la faille de la Marche et à 20 km au nord de la ville de Guéret une crise sismique a eu lieu le 22 Mai 1991 caractérisée par un séisme de magnitude 3,6 suivi d'une vingtaine de répliques dont l'origine serait le rejeu d'une faille d'orientation N125°-155°.

 

Plus au sud, de part et d'autre du Sillon Houiller et entre celui-ci et la faille de Tauves Aigueperse se trouve une des régions ( Combrailles) les plus actives à la fois par le nombre et la magnitude des séismes. On notera que cette sismicité n'est pas, pour l'essentiel, directement reliée aux deux failles majeures de cette région à l'exception d'un des séismes de magnitude 4 situé précisément sur le Sillon Houiller. Ce séisme est survenu le 7 Novembre 1982 et son épicentre se trouve dans la région Pionsat-Teilhet. La coïncidence de ce séisme avec un ouragan a fortement perturbé l'évaluation des courbes isoséistes, certains effets du séisme pouvant être attribués à la tempête et réciproquement. Ce séisme ne fut suivi que d'une seule réplique.

 

La plupart des séismes se placent sur des failles secondaires nombreuses dans cette région et leur distribution dans le temps est assez régulière. On observe peu d'essaims de séismes à deux exceptions près: l'une concerne la région de Volvic sur la bordure ouest de la Limagne à 20 Km au nord de Clermont-Ferrand, avec une vingtaine de séismes enregistrés le 26 Décembre 1984, l'autre se place sous le Puy Mercoeur situé à une dizaine de km au sud du Puy de Dôme avec 15 séismes observés les 26 et 27 Mai 1986. La profondeur des foyers est de 12 km.

 

L'activité sous le Puy Mercoeur est la seule observée sous la chaîne des Puys.

 

Autres Régions

 

La sismicité des autres régions apparait comparativement beaucoup plus faible. Cependant il faut noter qu'une faible activité sismique est observée dans les régions suivantes:

 

 

- Au voisinage de la ville de Bort les Orgues.

 

- Sur le prolongement de la faille Tauves-Aigueperse, dans le bassin permien du Creusot et la région de Beaune. Cette activité serait en relation soit avec cette faille soit avec la fracturation de la bordure ouest du fossé d'effondrement de la Bresse.

 

- Au sud de la ville de Lyon. Ici il est difficile de mettre cette sismicité en relation avec des accidents géologiques visibles.

 

- Au centre du bassin de Limagne où on observe plusieurs épicentres au nord-est de Clermont-Ferrand, dans la région de Maringues en particulier. Certains de ces séismes se situent sur le prolongement de la faille Tauves-Aigueperse invisible en surface dans le bassin.

 

- Sur la bordure est du bassin de la Limagne entre Vichy et Moulins. Mais aucune sismicité n'est observée sur cette même bordure au sud de Vichy où pourtant eut lieu le dernier séisme important de magnitude supérieure à 4,5 en 1957.

 

- Dans le bassin de Brioude qui constitue le prolongement méridional de la Limagne.

 

- Dans le massif de l'Aubrac et particulièrement vers Chaudes-Aigues.

 

- Dans le Causse du Comtal, à 10 km au nord de Rodez où un séisme de magnitude 3,9 a eu lieu le 18 Avril 1974

  

On remarquera enfin que la sismicité est presque nulle sur les bordures sud et ouest du Massif central.

 

D'une façon générale, on constate donc que la sismicité instrumentale ainsi définie concerne principalement la partie la plus fracturée du Massif central. Cependant la correspondance entre sismicité et failles n'est pas à première vue évidente. Bien que l'on note par exemple des séismes sur le Sillon houiller ou sur la faille Tauves Aigueperse on remarque que l'ensemble de ces failles ne sont pas actives et beaucoup de séismes semblent liés à des accidents secondaires correspondant à des fractures plus récentes. Mais on peut aussi penser que la sismicité de ces grands accidents ne se manifeste que sous la forme de séismes importants donc très rares, probablement à l'échelle de plusieurs dizaines ou centaines d'années. Cette hypothèse serait appuyée par le fait que l'un des rares séismes de magnitude 4,0 durant les trente dernières années a été localisé sur le Sillon houiller.

 

On notera la quasi-absence de sismicité sous la plupart des massifs volcaniques (Cantal, Velay, Devès, Chaîne des Puys). Seule la région des Monts Dore a présenté une activité sur la bordure nord et est de la caldeira sans que cette activité puisse être mise en relation avec le volcanisme. Les caractéristiques des essaims de séismes observés sous les Monts Dore ou sur les fossés oligocènes ne présentent pas de différences fondamentales.

 

L'étude du mouvement des failles impliquées dans ces séismes montre que globalement le régime de contraintes tectoniques sur cette région est un régime distensif de direction OSO-ENE en accord avec les mesures in situ de contraintes et les données géologiques. Si on compare maintenant la sismicité que nous venons de décrire avec celle observée dans les autres régions de France on constate que sur les trente dernières années l'énergie sismique libérée est de l'ordre du centième de celle libérée pendant la même période dans les Pyrénées. Il y a en France environ une vingtaine de séismes par an de magnitude supérieure à 3,5. Parmi ceux-ci un se trouve en Auvergne.

 

Sismicité Historique

 

Nous savons que la sismicité instrumentale basée sur une période de quelques dizaines d'années est tout à fait insuffisante pour représenter la sismicité d'une région peu sismique. En matière de sismicité, et pour les séismes majeurs, on définit un temps de récurrence qui est l'intervalle de temps, entre deux séismes successifs sur la même portion de faille, nécessaire à l'accumulation des contraintes pour aboutir à la rupture. Dans les régions les plus sismiques du globe ce temps peut être de quelques dizaines à quelques centaines d'années. Par contre dans les régions faiblement sismiques ce temps pourrait être de plusieurs centaines à plusieurs milliers d'années, d'où la nécessité de disposer d'archives les plus anciennes possibles pour définir ce temps de récurrence. Celui-ci doit s'accompagner d'une estimation de la magnitude et de la localisation des séismes potentiels. On comprend que la connaissance de cette récurrence soit fondamentale pour définir l'Aléa sismique qui sera pris en compte pour déterminer le risque sismique.

 

Dans le cas du Massif central, les archives les plus anciennes remontent au XVe siècle. On trouvera dans les études de Pelletier [1969] et Vogt [1979] une compilation des différents témoignages concernant les séismes historiques ressentis dans la région Auvergne. A partir de ces travaux, nous avons relevé les séismes qui ont été ressentis avec une intensité égale ou supérieure à V en prenant en compte les effets de ces séismes. La position approximative de ces séismes est indiquée sur la figure.

 

Le séisme le plus important est celui de 1490 qui malgré son ancienneté a donné lieu à des témoignages nombreux sur les dégâts qu'il a provoqués et qui attestent de son importance.

 

 

La localisation est évidemment difficile à faire, compte tenu d'une forte hétérogénéité de la densité de population surtout concentrée dans quelques villes importantes. Il semble cependant que la région de Clermont-Ferrand soit celle qui fût la plus affectée. Une intensité de VII à VIII peut être estimée à partir des dégâts provoqués par ce séisme.

 

Le dernier séisme en Auvergne fortement ressenti ( Intensité VII ) fut celui du 25 Mars 1957 dont l'épicentre se situe dans la région de St Yorre- Randan à 10 km au sud de Vichy et dont la magnitude était voisine de 4,6.

 

L'examen de ces séismes montre que dans la région clermontoise une dizaine de séismes sur 5 siècles ont été de relative importance soit en moyenne un séisme tous les 50 ans mais de façon irrégulière. Celui de 1490 est le plus important.

 

Avant l'an 1000, la seule information dont on dispose d'après Pelletier [1969] est celle rapportée par Sidoine Apollinaire et Grégoire de Tours qui indiquent un séisme "effrayant" en 542. Information trop vague pour être prise en considération.

 

On retiendra que la sismicité de l'Auvergne, bien que faible, présente cependant une activité non négligeable. La possibilité de séisme de magnitude 5 n'est pas à exclure et un tel séisme au voisinage d'une zone urbanisée aurait des conséquences notables. Cela justifie l'existence d'un réseau sismologique de surveillance qui, outre le contrôle de la sismicité tectonique, permettrait aussi de déceler toute reprise éventuelle d'une activité volcanique actuellement inexistante.

Bibliographie

Dorel J., Fourvel D., et Donnadieu G. (1995) Sismicité de l'Auvergne et des régions limitrophes. Bull. de la Soc. Géol. de France tome 166 n° 3.

Pelletier H. (1969) Notes historiques sur les séismes d'Auvergne. - Revue des Sciences naturelles d’Auvergne. 35, p23-32.

Vogt J. (1979) Les tremblements de terre en France. - Mem BRGM, 96.

 

Sources Observatoire de Physique du Globe de Clermont-Ferrand

 

Posté par Adriana Evangelizt

Repost 0
2 septembre 2011 5 02 /09 /septembre /2011 13:45

 

 

 

3000 hectares ravagés par le feu au Texas

 

 

 

Un important incendie a détruit une trentaine de maisons dans le nord du Texas, mercredi, au moment où l'État traverse sa pire période de sécheresse depuis les 50 dernières années.

 

Le brasier, provoqué par des vents violents, est survenu dans le comté de Palo Pinto, dans le secteur de Possum Kingdom Lake, qui abrite plusieurs résidences secondaires. Au moins 39 maisons ont été ravagées, et 125 foyers ont été évacués, selon l'agence d'État Service Forest.

 

Des pompiers, avec le soutien de citernes aériennes et d'hélicoptères, ont tenté mercredi d'éteindre le brasier qui s'est étendu sur plus de 3000 hectares. Les autorités ne savaient toujours pas, jeudi, sur combien d'hectares le feu avait été contenu.

 

Les causes de l'incendie, qui n'a fait aucune victime pour le moment, ne sont pas encore connues.

 

De nombreux foyers d'incendie au Texas et en Oklahoma

 

Les pompiers sont maintenant aux prises avec un total de neuf feux de forêt, qui ont consommé environ 6500 hectares, selon les autorités locales.

 

En avril, le secteur de Possum Kingdom Lake avait dû être également évacué après que des centaines de milliers d'hectares furent ravagés par les flammes.

 

Pour Silvia Overton, une résidente du secteur, l'incendie de mercredi est encore plus « effrayant » que le premier. « Cette fois, j'ai vraiment senti que nous pourrions tout perdre », dit-elle.

 

Le Texas lutte contre la pire saison des incendies de son histoire. C'est 1,5 million d'hectares qui ont brûlé depuis le début de la saison, en novembre dernier. Les conditions météorologiques chaudes et sèches, alliées à une sécheresse historique, favorisent la propagation rapide du feu.

 

Le Texas et l'Oklahoma sont les plus touchés de plusieurs États affectés par la sécheresse, qui s'étend de l'Arizona à des sections de la côte est. Un incendie près d'Oklahoma City, mardi, a brûlé plus de 600 hectares de forêt.

 

Sources : Radio Canada

 

Posté par Adriana Evangelizt

 

 

Repost 0